Les prolétaires doivent répondre à Trump et à tous les États capitalistes

Source :  Révolution ou guerre.  No 7. Le 16.02.2017.  Url   http://igcl.org/Les-proletaires-doivent-repondre-a

.

« Avec Trump, les masques tombent » [1]. Son langage, brutal, vulgaire, grossier, insultant, loin de l’habituel langage diplomatique policé, est un langage de guerre ; de guerre commerciale ; de guerre impérialiste ; et de guerre de classe. « Est-ce que cela sonne comme un remake des années 1920 et 1930 ? Oui, 100 ans plus tard » (The Guardian, 17/1/2017) [2]. En à peine quelques semaines de présidence, “ l’impensable et imprévisible ” Trump est devenu un facteur actif d’accélération de la situation historique et des contradictions de fond du capitalisme qui ont elles-mêmes provoqué son élection [3].

.

Avec l’élection de Trump, la bourgeoisie américaine [4] s’engage dans une marche à la guerre généralisée. Elle va relancer la course aux armes nucléaires et ses dépenses militaires et “ d’infrastructures ”… comme dans les années 1930. Elle engage une diplomatie agressive qui désigne les véritables ennemis : la Chine bien sûr ; mais encore plus, et pour la première fois directement désigné, l’Allemagne et l’Union européenne rassemblée autour de la première. « Vous [les allemands] pouvez fabriquer des voitures pour les États-Unis, mais vous devrez payer 35 % de taxes sur chaque voiture qui entre aux États-Unis » [5]. Avec Trump, le rival impérialiste est pointé du doigt : « Regardez l’Union européenne. C’est, en gros, un instrument pour l’Allemagne. »

 

Avec l’élection de Trump, c’est toutes les bourgeoisies nationales, tous les puissances impérialistes rivales qui sont contraintes de s’engager “ consciemment ” dans la marche à la guerre. « Le président américain devient un danger pour le monde. Il est temps pour l’Allemagne et l’Europe de préparer leurs défenses économiques et politiques » (le journal allemand Der Spiegel, 5 février).

 

Avec l’élection de Trump, les conditions des confrontations massives historiques entre les classes qui vont déterminer la résolution de l’alternative révolution ou guerre, se précisent. Ses discours et ses insultes racistes, anti-immigrés, anti-“latinos ”, anti-musulmans, sexistes sont de véritables provocations contre le prolétariat. Les prolétaires américains risquent de subir une défaite sanglante dans la rue s’ils se laissent entraîner dans des manifestations anti-Trump ou en “ défense de la démocratie ” derrière les forces de gauche et le parti démocrate [6]. Tout comme s’ils devaient céder aux appels à l’union nationale qui suivent chaque attentat depuis janvier 2015 à Paris jusqu’au dernier en date commis dans une mosquée à Québec le 29 janvier dernier. Pour les prolétaires, la seule mobilisation qui vaille, y compris face à la marche à la guerre, est la défense de leurs conditions de vie et de travail contre la classe capitaliste et son État. Une défaite massive et sanglante du prolétariat nord-américain constituerait la levée d’un premier barrage à la voie à la guerre généralisée. Ne resterait alors, objectivement, à l’échelle internationale et historique, que l’obstacle prolétarien européen. Car, soyons clairs, si les fractions nord-américaine et européenne du prolétariat international devaient subir des défaites historiques, nulle autre fraction du prolétariat international ne serait en condition de brandir le drapeau de l’internationalisme prolétarien à la hauteur nécessaire pour le mener à l’insurrection ouvrière internationale et ainsi rejeter le capitalisme et la guerre.

 

Avec l’élection de Trump, les révolutionnaires et les ouvriers les plus conscients ne peuvent esquiver leur responsabilité : regarder en face les enjeux de la situation ; se regrouper pour les clarifier collectivement ; pour clamer et convaincre qu’il n’y aucun échappatoire à la crise et à la guerre du capital si celui-ci n’est pas détruit ; pour pouvoir intervenir et orienter politiquement les inévitables combats de classe.

 

Avec l’élection de Trump, avec ce que son personnage signifie et annonce, lutter avec détermination et clarté pour regrouper les révolutionnaires, c’est-à-dire pour construire le parti politique de classe, le parti communiste, devient une urgence.

RL, 16 février 2017.

Notes

[1. Éditorial du Monde Diplomatique de février 2017, Serge Halimi. http://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/HALIMI/57131.

[3. Nous renvoyons nos lecteurs à la lecture de nos communiqués sur l’élection de Trump et l’attentat de Berlin dans ce numéro de la revue.

[4. Le fait que certaines de ses annonces les plus provocatrices puissent être retirées sous la pression de l’appareil d’État américain et de secteurs de la bourgeoisie, que son langage puisse adopter un ton plus diplomatique, voire même qu’ils finissent par s’en débarrasser d’une manière ou d’une autre comme ils l’avaient fait avec Kennedy ou Nixon, ne change rien au fait qu’il aura fait tomber les masques et que la situation ne fera pas marche arrière.

[5. Interview de Trump par le Times britannique et au Bild Zeitung, le journal allemand, du 16 janvier 2017.

[6. On peut en voir déjà les prémisses dans la capacité de la bourgeoisie mexicaine à utiliser les provocations de Trump, la construction du mur à la frontière, pour détourner la violente colère populaire et ouvrière suite à l’augmentation des prix de l’essence du 1e janvier dernier, avec l’organisation de la manifestation nationaliste et “ anti-gringo ” du 12 février.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant ouvrier depuis 40 années.

5 pensées sur “Les prolétaires doivent répondre à Trump et à tous les États capitalistes

  • avatar
    28 février 2017 à 13 01 13 02132
    Permalink

    Bonjour à tous,

    « Bouder ce débat » (dixit l’inénarrable Bibeau), ou simplement, éviter de perdre son temps…?

    Je m’y autorise néanmoins une brève incursion pour tenter de vous faire voir cette énormité qui pourtant, aurait du vous sauter aux yeux…

    Le fait que ce ne soit pas le cas ne m’incite donc pas à y revenir davantage, l’expérience étant déjà faite.

    Dans ce court texte proposé par Michel Labelle (on se rassure un peu en pensant qu’il n’est pas de lui…), il y a déjà une collection de bêtises étonnantes, diluées dans les infos, par contre, réellement utilement glanées dans la presse bourgeoise, et qui en font, paradoxalement, le seul intérêt!

    On passera sur la plupart, comme sur la masse d’inepties puériles qui semblent encore « fonder » le groupe « TCI » (« Qui sommes nous »…>>> au moins, on peut en sourire et on est vite renseignés…!)

    Mais la perle qui semble donc vous avoir échappé, alors qu’elle est supposée provenir des « internationalistes »…:

    « Car, soyons clairs, si les fractions nord-américaine et européenne du prolétariat international devaient subir des défaites historiques, nulle autre fraction du prolétariat international ne serait en condition de brandir le drapeau de l’internationalisme prolétarien à la hauteur nécessaire pour le mener à l’insurrection ouvrière internationale et ainsi rejeter le capitalisme et la guerre. »

    Quintessence…

    Tout ça pour ça…

    Idéalisme petit-bourgeois, quand tu nous tiens…

    Sur ce, permettez moi de retourner à mes « bouderies » internautiques qui semblent tout de même intéresser un autre public, plus ouvert au débat sur les réalités, en fin de compte.

    Bien à vous,

    Luniterre

    Répondre
  • avatar
    28 février 2017 à 13 01 17 02172
    Permalink

    Bonjour à tous,

    « Bouder ce débat » (dixit l’inénarrable Bibeau), ou simplement, éviter de perdre son temps…?

    Je m’y autorise néanmoins une brève incursion pour tenter de vous faire voir cette énormité qui pourtant, aurait du vous sauter aux yeux…

    Le fait que ce ne soit pas le cas ne m’incite donc pas à y revenir davantage, l’expérience étant déjà faite.

    Dans ce court texte proposé par Michel Labelle (on se rassure un peu en pensant qu’il n’est pas de lui…), il y a déjà une collection de bêtises étonnantes, diluées dans les infos, par contre, réellement utilement glanées dans la presse bourgeoise, et qui en font, paradoxalement, le seul intérêt!

    On passera sur la plupart, comme sur la masse d’inepties puériles qui semblent encore « fonder » le groupe « TCI » (« Qui sommes nous »…>>> au moins, on peut en sourire et on est vite renseignés…!)

    Mais la perle qui semble donc vous avoir échappé, alors qu’elle est supposée provenir des « internationalistes »…:

    « Car, soyons clairs, si les fractions nord-américaine et européenne du prolétariat international devaient subir des défaites historiques, nulle autre fraction du prolétariat international ne serait en condition de brandir le drapeau de l’internationalisme prolétarien à la hauteur nécessaire pour le mener à l’insurrection ouvrière internationale et ainsi rejeter le capitalisme et la guerre. »

    Quintessence…

    Tout ça pour ça…

    Idéalisme petit-bourgeois, quand tu nous tiens…

    Sur ce, permettez moi de retourner à mes « bouderies » internautiques qui semblent tout de même intéresser un autre public, plus ouvert au débat sur les réalités, en fin de compte.

    Bien à vous,

    Luniterre

    Répondre
    • avatar
      28 février 2017 à 13 01 26 02262
      Permalink

      COMME IL EST TRISTE DE LIRE DE TELS PROPOS (ci-haut) QUI NE SE MONTRENT ABSOLUMENT PAS À LA HAUTEUR DES ÉVÈNEMENTS HISTORIQUES QUI NOUS CONFRONTENT mondialement.

      1) Je croyais “naïvement” que nous avions dépassé le stade des attaques personnalisées et que nous nous étions donné pour mot d’ordre de débattre d’idées –d’orientation tactique- de direction stratégique.

      2) Encore merci Michel, en présentant ce texte tout à fait pertinent (je ne dis pas que nous l’endossons – je dis que ce texte – peu importe qui l’a écrit et je sais que vous vous fichez de l’opinion de l’un et de l’autre à propos du groupe en cause) ce texte dis-je, soulève de nombreuses questions, dont la nécessité de regrouper les RÉVOLUTIONNAIRES pour construire le parti communiste de classe – que penser de cet appel ? N’est-ce pas les marxistes-léninistes qu’il faut regrouper d’abord – “l’avant-garde” disperser ? Mais qui est cette avant-garde et qu’est-ce qui lui donne son statut d’avant-garde ?? Le fait qu’elle magouille à propos des élections présidentielles françaises ??

      3) Merci Luniterre pour cette citation tiré de l’article … mais nous aurions aimé un peu d’analyse théorique de ta part plutôt que de puériles insultes. L’assertion des camarades du IGCL est erronée à long terme c’est vrai et elle est doublement erronée car je crois que le prolétariat n’a absolument pas les capacités d’empêcher le déclenchement d’une troisième guerre mondiale – ni de forcer le regroupement des forces RÉVOLUTIONNAIRES…pour le moment s’entend.

      4) De fait, la guerre mondiale inévitable, créera les conditions du regroupement NONPAS DE L’AVANT-GARDE – QUE LES CAMARADES NOUS EN GARDE – mais du regroupement des VÉRITABLES RÉVOLUTIONAIRES qui deviendront de facto l’avant-garde .

      QU’en pensez-vous ??? À mon avis beaucoup plus important à débattre que les chances de Mélenchon de faire le 2e tour aux présidentielles françaises, pour se faire battre par Marine Le Pen (ses chances sont, et ont s’en christ de toute façon = sont = 0 = zéro).

      Merci quand même de l’effort… Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com
      PS l’article du PCI mériterait aussi des commentaires…

      Répondre
  • avatar
    1 mars 2017 à 16 04 34 03343
    Permalink

    salut à tous

    hier sur ARTE un film revoir, son intérêt l’importance du mouvement spontané des masses et les initiatives imprévues de celle ci , quant au

    parti et autres organisations elles ne feront que suivre les évènements.

    Prochaine diffusion
    Lénine, une autre histoire de la révolution russe

    Le programme de Arte Belgique 10 mars 2017 09:25

    Répondre
  • avatar
    1 mars 2017 à 17 05 11 03113
    Permalink

    Dans le contexte de tension actuel Le texte du IGCL est très important –

    1) L’appel marque bien que Donald Trump est un accélérateur d’évolution – évolution vers l’approfondissement de la crise et suite à la crise – à la guerre.
    2) L’article montre bien que c’est la classe capitaliste mondialisée qui est derrière ce polichinelle politique et que ce sont les contradictions du mode de production qui appellent une telle évolution inéluctable.
    3) L’article indique bien que l’État est l’État des capitalistes et qu’il doit être détruit – il ne peut être une solution à la crise
    4) L’article dénonce de façon juste les tentatives de récupération des réformistes qui voudraient faire de cette guerre classe contre classe une protestation pour renforcer l’État la démocratie bourgeoise frauduleuse – pour soutenir un camp impérialiste contre un autre comme en 1923-1930
    5) LES CAMARADES ONT ENTIÈREMENT RAISON D’EN APPELER :  » Pour les prolétaires, la seule mobilisation qui vaille, y compris face à la marche à la guerre, est la défense de leurs conditions de vie et de travail contre la classe capitaliste et son État. Une défaite massive et sanglante du prolétariat nord-américain constituerait la levée d’un premier barrage à la voie à la guerre généralisée. »
    6) OUI la question mondialement posée et à résoudre est bien : Le PEUPLE AMÉRICAIN PEUT-IL LANCER UN MOUVEMENT INSURRECTIONNEL ANTI-CAPITALISTE VISANT À DÉTRUIRE LES FONDEMENTS DE CE MODE DE PRODUCTION AUX ÉTATS-UNIS d’abord et en Europe ensuite – et ce mouvement insurrectionnel pourra-t-il se transformer en RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE SOUS LA DICTATURE – non pas du Parti communiste – mais de la classe prolétarienne ??? Tout ceci peut-il survenir avant la guerre nucléaire ???
    7) Nous ne saurions répondre à ces questions historiques mais la tâche des prolétaires révolutionnaires est certainement de se préparer à cette affrontement classe contre classe inévitable… L’avant-garde prolétarienne surgira dans le cours des combats.

    Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *