L’ITALIE SUR LA ROUTE DE LA SOIE

Par Nuevo Curso. Le 24.03.2019. Traduction Les7duQuébec.com

 

 

Malte, le Portugal, la Bulgarie, la Croatie, la République tchèque, la Hongrie, la Grèce, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Slovaquie et la Slovénie font déjà partie de la « Route de la soie » chinoise. Et maintenant l’Italie . Le premier pays du G7 à le faire. (Macron est en retard qui souhaitait orchestrer le ralliement des pays de l’Union vers les routes de la soie. NDLT)

 

TRIESTE, ENTRE DEUX ROUTES DE LA SOIE

Pour la Chine, il s’agit d’un mouvement particulièrement symbolique , bien que le port de Trieste ait une valeur stratégique  intrinsèque pour communiquer deux des « routes de la soie » conçues à partir de Beijing. Pour l’Italie, 20 000 millions d’accords représentent une boule d’oxygène et une occasion de renouveler leur infrastructure à moindre coût.

Aujourd’hui, toutefois, cet accord ne peut que resserrer davantage les relations impérialistes. Merkel et Macron veillèrent avec Conte pour discuter de ce qui allait se passer maintenant. Et aujourd’hui, Xi se rend en France pour rencontrer, à l’ invitation de Macron , Merkel dans le but de réduire les tensions et de créer un terrain de jeu de la « réciprocité assurée » .

DI MAIO SIGNE LE MÉMORANDUM AVEC
LA CHINE EN TANT QUE MINISTRE DU
DÉVELOPPEMENT.

 

En Chine, ils ne se font pas d’illusions et craignent que le mouvement italien n’ait servi qu’à réveiller le géant allemand . Il y a de plus en plus de voix qui mettent en garde de manière interne sur l’impossibilité de « faire bloc » avec l’Europe . Mais en réalité, ils ne peuvent rien faire d’autre que « continuer à jouer » tant qu’ils ont la main favorable. La guerre impérialiste avec les États-Unis est passée d’une guerre commerciale de marchandises à des infrastructures – des exportations de capitaux des investissements- témoignant de sa nature impérialiste du conflit.

FRESQUE TV-BOY À ROME. DI MAIO,
LE CHAT, SALVINI, LE RENARD,  CONTÉ comme PINOCCHIO.

Entre-temps, en Italie, l’accord a encore accentué la fracture de la coalition gouvernementale qui représente à son tour, bien que de manière déformée, la corrélation changeante entre la faction de la petite bourgeoisie liée au capital productif et au capital américain (Salvini ) et la petite et furieuse petite bourgeoisie de l’agriculture, des services et de l’État (M5S). Ceci est en train de s’effondrer au niveau électoral, de grossir les résultats du premier et de s’engager dans une bataille suicidaire contre le train à grande vitesse et la politique de défense. Salvini, qui joue sur les assurances et espère rassembler le mécontentement et la peur des industriels locaux, rassure les Etats-Unis en assurant que ses alliés « ignorent les risques », soulève le discours contre la « colonisation chinoise des entreprises italiennes » et des gestes falacieux comme refuser de dîner avec Xi .

L’Italie et ce qui s’en vient

XI JINPING PRÉSENTE À GABRIEL
(ALORS MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES
ALLEMAND) LA ROUTE DU NORD DE SA
NOUVELLE «ROUTE DE LA SOIE»

Cela pourrait sembler un autre spectacle sans conséquence du feuilleton médiatique, beaucoup de bruit pour quelques fous. Mattarella, en tant que représentant de l’ensemble de l’Etat et de la bourgeoisie italienne, a déclaré dans son discours à Xi que « l’ Italie ne rompra pas ses alliances « . Et à la fin, Bruxelles n’a rien à dire contre l’accord et l’a approuvé, mais … La symbolique est importante lorsqu’elle est appuyée par des milliards d’euros de capital. L’Europe craint que la Chine ne passe du renforcement de ses propres besoins en capitalisation dans des situations de crise à un concurrent interne dans le placement de capitaux. Le monopole des travaux de génie civil est l’un des rares piliers de la rentabilité d’un système financier européen déjà très touché et dans l’attente d’une nouvelle reconversion par le biais de fusions . Toucher certains, c’est toucher d’autres et l’Allemagne ou la France ne veulent même pas penser à voir leurs banques dirigées à partir de la Chine. Même l’Espagne peut abandonner des ports stratégiques (Valence, Algésiras) mais fuir effrayée à l’idée de partager le cœur de la capitale nationale avec Pékin. Pour cela, la bataille consiste maintenant à empêcher les entreprises chinoises de soumissionner pour des travaux de génie civil sur un pied d’égalité avec les entreprises européennes.

Et c’est ainsi que l’expérience italienne renforce une crainte déjà ressentie par les Espagnols lors de la crise catalane : la capacité du capital chinois d’attiser les fractures au sein de la classe dirigeante au sein de chaque pays. Mais le fait est que, comme cela se déroulera dans quelques semaines à Dubrovnik , où les dirigeants chinois rencontreront leurs 16 partenaires européens, tous non membres de l’UE, la Chine joue déjà dans la politique européenne et dans la conception de ses infrastructures stratégiques.

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *