Par milliers, les poissons et les porcs dérivent, morts, sur des rivières rouges

UN OEIL SUR … LA CHINE

Carolle Anne Dessureault :

Les sources du texte présenté s’inspirent de l’article de la journaliste Audrey Garric, le Monde Blogs, et de plusieurs commentaires et photos envoyés par les internautes chinois.

En Chine, les internautes dénoncent depuis longtemps la saleté des cours d’eau qui sont en grand péril. Plusieurs d’entre eux ont publié des photos des conditions désastreuses de l’eau. Dans l’est du pays, à Anhui; à Jiangsu; dans le district de Wangjiang, où la rivière a une couleur de lait; dans le sud, à Guangdong; dans le sud-ouest, à Sichuan …et d’autres …

Particulièrement, ces dernières semaines, la colère des internautes a monté à Pékin et à Shanghai. Ici, en raison des milliers de carcasses de porcs flottant sur le fleuve de Shanghaï et là, pour l’air devenu irrespirable (il l’était déjà depuis bien des années).

Le fleuve Huangpu à Shanghaï sur le Bond : une scène apocalyptique

Plus de 6 000 bêtes, du porcelet au cochon adulte de plusieurs centaines de kilos, sont morts dans ces eaux visitées chaque année par des milions de touristes. L’image du Huangpu apparaît en tête de l’article.

Surprenant mais ce désastre écologique ne semble pas alerter les autorités. Voici les propos du directeur de l’agence de protection de l’environnement du district Songjiang de Shanghaï, Xu Rong, adressés au Global Times chinois : «Pour l’instant, la qualité de l’eau n’a pas été affectée mais nous devons retirer les cochons aussi vite que possible pour ne pas laisser leurs corps pourrir dans la rivière.»

 La population ne semble pas rassurée pour autant. Dans une région où le Huangpu dessert 20 % de la population dans sa consommation d’eau, ce qui représente 23 millions de Chinois, il y a de quoi semer l’inquiétude, voire la panique.

Sur son blog, cité par la BBC, l’avocat Gan Yuanchun met au défi les autorités de Shanghaï : «Puisqu’il n’y a visiblement aucun danger à boire cette eau, demandons au secrétaire du parti communiste chinois, au maire et aux autorités compétentes sur l’eau d’être les premiers à boire cette soupe à la viande.»

Le fléau de la rivière Fu dans le Hubei

On parle de cent tonnes de poissons morts sur une quarantaine de kilomètres sur la rivière Fu, dans la province chinoise du Hubei. Qu’est-ce qui a pu causer ce malheureux incident? Il s’agit d’un déversement chimique dans le cous d’eau qui a laissé des concentrations d’ammoniaque élevées, relevées à la sortie d’une conduite provenant d’une usine locale chimique.

On continue toujours à ramasser les cent tonnes de poissons morts.

Les preuves de pollution des rivières ne manquent pas

L’an dernier, le gouvernement chinois dressait un bilan assez sombre : 40 % des rivières sont gravement polluées et 20 % le sont à un niveau tel que leur eau a été jugée trop toxique pour permettre le moindre contact. La sécurité et la santé des personnes sont en danger.

D’où vient cette pollution?

En partie dans le nombre d’usines pétrochimiques construites à proximité des rivières. Environ 20 000, dont 10 000 le long du fleuve Yangtsé et 4 000 près de la rivière jaune – qui déversent régulièrement leurs rejets toxiques dans l’eau, au grand désespoir de la population. L’an dernier, on enregistrait 1 700 accidents chimiques conduisant à une pollution de l’eau. Des décès prématurés font suite à ces cataclysmes, on estime à 60 000 le nombre de vies humaines décédées prématurément chaque année, parmi les 750 000 autres personnes liées à la pollution. Ces statistiques relèvent de la Banque Mondiale.

Le fleuve Yangsté, autrefois appelé «le fleuve bleu» a connu le même sort que le Huangpu

Près de la ville de Chongqing, ce grand fleuve a lui aussi viré au rouge. Les scientifiques s’interrogent encore sur les causes : pollution chimique, trop forte concentration de vase ou dépôts de sédiments en raison de fortes précipitations?

La rivière Jian dans le nord du pays

En 2011, cette rivière se colorait elle aussi de rouge après une fuite de colorants dans un atelier textile illégal.

Les rivières Baiyang et Daqubang dans le sud-est

Ici, les rivières Baiyang et Daqubang, dans la province de Zhejiang (sud-est) sont devenues orange en mars 2012. Les gens de la place les ont surnommées «la rivière jaune» et la «rivière orange.»

Selon les scientifiques, la coloration ne provient ni de la boue ni du sable, mais bien de la pollution industrielle et en particulier des rejets de fer.

Et l’eau fraîche, c’est pour quand?

SOURCE : LE MONDE BLOGS (Audrey Garric et internautes chinois)

7 pensées sur “Par milliers, les poissons et les porcs dérivent, morts, sur des rivières rouges

  • avatar
    6 septembre 2013 à 5 05 06 09069
    Permalink

    On a beau célébrer la croissance économique extraordinaire de la chine, on commence à peine à voir les multiples désastres écologiques qui y sont en développement. C’est bien profitable une économie totalement dérégulée mais à long terme toute le monde est perdant à ce jeux économique. L’argent n’a pas de valeur réel mais symbolique. Quand nous aurons détruit la biosphère il ne nous restera qu’à nous nourrir symboliquement de symboles imaginaires, pas très nourrissant j’en conviens. Qui est encore d’accord à faire la promotion tout azimut de l’économisme industrielle, de la techno-science et de leurs avatars. Les libéraux, les néo-libéraux, les libertariens et autres du même acabit, qui font la promotion d’une telle exploitation de la biosphère, devraient réviser leur visions du monde et devenir conscient que la réalité et la nature ne se plieront à leurs fantasmes de toute-puissance. Buffon (18ième siècle), qui avait prédit qu’avec la science et la technique la nature se laisserait mener par le bout du nez comme les hommes le font avec les femmes et que tous leurs fantasmes de puissance se réaliseraient, souffrait tout simplement d’une grave erreur de perception sur la réalité. Ils est grand temps de corriger cet erreur avant qu’il ne soit trop tard. L’écologisme sera une voie pour faire évoluer l’humanité vers une conscience plus près de la réalité et une sagesse pour vivre ensemble sainement.

    Répondre
    • avatar
      6 septembre 2013 à 7 07 51 09519
      Permalink

      Bon matin Robert,

      Buffon avait ses limites. Sa vision manquait d’expansion. Tout était rétréci au despotisme humain.

      Je crois en effet que l’homme (des deux sexes) apprendra et devient nécessairement solidaire lorsqu’il souffrira du manque de l’abondance naturelle qu’il détruit lui-même.

      CAD

      Répondre
  • avatar
    6 septembre 2013 à 7 07 36 09369
    Permalink

    @ Carolle,

    Merci pour cette information aux teintures dantesques.

    Finalement, la civilisation s’est bâtie sur un socle d’idées enthousiasmantes au début, puis qu’elles se révèlent suicidaires à la fin.

    C’est désormais visible dans le paysage.

    Bonne journée

    Demian West

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2013 à 7 07 55 09559
    Permalink

    @Demian

    Bâtir sur un socle d’idées n’est sans doute pas suffisant. Il y faut le coeur. La vision du bien de l’ensemble.

    Nous nous croyons naïvement séparés des autres par le concret des frontières, n’est-ce pas un leurre? Nos actions déchaînées entraînent le coût de réactions difficiles à corriger. De là, nous apprenons l’abécédaire de l’éthique.

    Quelqu’un regarde par la fenêtre et dit : «C’est long!» Les fleurs prennent du temps à pousser.

    Si au moins nous pouvions comprendre tout de suite et stopper, changer de courant …

    Carolle Anne Dessureault

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2013 à 15 03 11 09119
    Permalink

    Tout système quelqu’il soit es infiltré par le crime organisé qui génère des centaines de milliards de $ annuellement. Ceux parmis les fonctionnaires qui ne sont pas achetables sont intimidés.

    Ces milliards de $ sont investi dans des entreprises légales qui n’ont rien a foutre de l’écologie, leur objectif étant de laver cette argent.

    C’est a cela qu’il faut s’attaqué…qui en as le courage ?

    Répondre
  • avatar
    6 septembre 2013 à 15 03 53 09539
    Permalink

    On lit des choses bien sensées sur internet, c’est pas comme dans la vraie vie et la télé. 😀

    Répondre
  • avatar
    11 septembre 2013 à 11 11 59 09599
    Permalink

    Ce genre « d’articles » devrait être remboursé par la sécurité sociale pour son effet rassurant à destination des opinions publiques se considérant comme au dessus de tous soupçons.

    Lorsque j’étais jeune, nous étions des centaines à nous baigner dans la rivière proche de mon village. La baignade est depuis longtemps interdite…

    En Bretagne les algues vertes profilèrent. Le cheval roumain est vendu pour du boeuf, des milliers de femmes risquent des cancers à cause de prothèses même pas chinoises. Des médicaments sont retirés de la circulation après avoir tué. Des employés (pas des migrants chinois) se suicident chez Renault et à France Telécom. Les Français travaillent 7 mois pour l’état et cotisent pour une retraite qui sera avant longtemps généreusement offerte à 75 ans.

    Tout cela et bien d’autres choses pourraient être écrits par les médias Chinois. La différence est que nombreux sont les Chinois à avoir conscience des erreurs commises, la plupart du temps pour que l’Europe et les USA puissent « rester propres sur eux ». Il semble que contrairement aux races parfaites, les Chinois connaissent le dicton de la paille et de la poutre.

    peut-être faudrait-il demander à al recopieuse de service :  » alors heureuse ? »

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *