Pourquoi Trump a-t-il décidé de retirer les troupes américaines de Syrie?

Source :  France-Irak-actualité. Le 20.12.2018.  Sur Le Saker francophone.

 

Revue de presse : Moon of Alabama (20/12/18)*

 

Vendredi dernier, le président Trump a encore eu un long appel téléphonique avec le président turc Erdogan. Il a ensuite ignoré tous ses conseillers et décidé de retirer les bottes américaines de la Syrie et de mettre fin également à la guerre aérienne.

C’était la première fois que Trump prenait une position décisive contre l’État profond, l’establishment néocon et interventionniste permanent de son administration, de l’armée et du congrès, qui dicte généralement la politique étrangère américaine.

C’est cette décision, et qu’il s’y soit tenu, qui l’a finalement rendu présidentiel.

Le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, le «chien fou» du secrétariat à la Défense, Mattis, et son secrétaire d’État, Pompeo, étaient tous contre cette décision. Le spécialiste travaillant sur la Syrie, le cinglé (vidéo)  James Jefferey, représentant spécial pour l’engagement en Syrie, et Brett McGurk, l’envoyé spécial du président auprès de la coalition mondiale visant à vaincre État islamique, ont été pris par surprise. Ils avaient travaillé avec diligence pour installer une présence américaine permanente dans un pseudo-État fantoche dirigé par les Kurdes dans le nord-est de la Syrie.

Alors que ces personnes ont d’abord essayé de changer la décision de Trump, leur résistance a maintenant cessé :

Le secrétaire d’État américain à la Défense, James Mattis, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, et le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, se sont rencontrés lundi, au moment où l’on apprenait que Trump décidait formellement le retrait américain de Syrie. Plusieurs responsables américains ont plaidé contre le retrait brutal des États-Unis, mais auraient renoncé mardi soir à tenter de faire changer Trump d’avis. Les responsables américains ont commencé à informer leurs alliés de la décision mardi.

 

“La pression des secrétariats à la Défense et d’État, et du Conseil de sécurité nationale  ont cessé [mardi] dans la nuit”, a déclaré un expert régional qui se consulte avec l’administration américaine, évoquant le département de la Défense, le département d’État et le Conseil de sécurité nationale.

 

En janvier, nous avions déjà expliqué pourquoi le projet néocon d’un État kurde fantoche dans le nord-est de la Syrie était condamné dès le début :

 

Ilhan tanir @WashingtonPoint – 19h50 – 24 janvier 2018

 

Cette carte est discutée à longueur de journée à la télévision turque en tant que zone de sécurité prévue par la Turquie à la frontière avec la Syrie.

Il semblerait que le secrétaire général américain Tillerson l’avait accepté, même si personne du côté américain ne le confirme.

Il s’agit de la création, avec le soutien des États-Unis, d’un mini-État dans le nord-est de la Syrie, qui constitue le plus grave problème de sécurité d’Ankara. Aucune “zone de sécurité” [turque] n’est nécessaire si l’armée américaine continue de construire et de soutenir une “force frontalière” kurde pouvant pénétrer dans le ventre mou du sud-est de la Turquie – aujourd’hui, demain ou dans dix ans. À moins que les États-Unis n’arrêtent ce projet et se retirent de la zone, la Turquie continuera de faire pression contre celui-ci, par la force si nécessaire.

Le peuple turc soutient la lutte contre les Kurdes, eux-mêmes soutenus par les États-Unis, et est prêt à en payer le prix. Les dirigeants du YPK kurde sont délirants dans leurs revendications et surestiment leur position politique. Les États-Unis ne peuvent avoir à la fois la Turquie comme alliée et un mini-État kurde fantoche. Il faut choisir.

Trump n’a jamais souhaité que ce projet aille de l’avant. Il a toujours voulu déclarer sa victoire contre ISIS et partir. C’est l’État profond qui a essayé d’empêcher cela et qui a fait avancer le projet.

Mais il y a de plus gros poissons géopolitiques à frire que de fomenter de telles ingérences au Moyen-Orient. Trump sait que le “moment unilatéral” des États-Unis après l’effondrement de l’Union soviétique, qui leur a permis d’être l’unique superpuissance, est terminé. La Russie est de retour et la Chine avance.

 

La politique adoptée par Trump en faveur de la diminution du pouvoir américain consiste à mettre fin à la “mondialisation” qui a permis la montée rapide de la Chine. Il veut diviser géopolitiquement le monde en deux sphères d’influence. Celles-ci seront séparés l’une de l’autre dans les domaines politique, économique, technologique et militaire.

 

Dans ce nouveau grand jeu, le nord-est de la Syrie n’est qu’un aparté qui ne mérite pas une implication significative. La Turquie, beaucoup plus grande, alliée de l’OTAN depuis 70 ans, est bien plus importante. Si Trump n’avait pas pris la décision de mettre fin au projet néocon sur la Syrie en retirant les troupes américaines de la Syrie, les États-Unis auraient perdu la Turquie :

En me mettant à la place d’Erdogan, je serais très tenté de quitter l’OTAN et de rejoindre une alliance avec la Russie, la Chine et l’Iran. À moins que les États-Unis changent de cap et cessent de jouer avec les Kurdes, la Turquie continuera à se dégager de la vieille alliance. L’armée turque a jusqu’à présent empêché la rupture avec l’OTAN, mais même de fervents officiers anti-Erdogan sont maintenant de son côté.

Si les États-Unis font une offre réelle à la Turquie et adoptent une nouvelle position, ils pourraient peut-être renverser la situation et la remettre dans le giron de l’OTAN. La Maison Blanche de Trump est-elle capable de défier les voix pro-israéliennes / kurdes et de revenir à cette vision réaliste ?

Si elle ne peut pas faire cela, la vraie réponse à la question “Qui a perdu la Turquie ?” sera évidente.

Trump a décidé qu’il était plus important d’empêcher la Turquie de quitter l’OTAN et de se joindre à une alliance plus étroite avec la Russie, la Chine et l’Iran, plutôt que de continuer à faire la fête en marge du Moyen-Orient. C’est la bonne décision.

L’idée du mini-État kurde a également provoqué un conflit entre le commandement européen des États-Unis (EUCOM) et le commandement central des États-Unis (CentCom). La Turquie (et Israël) relèvent de l’EUCOM, tandis que le Moyen-Orient et l’Asie occidentale sont du domaine du CentCom. Au cours de l’année écoulée, EUCOM a été de plus en plus bruyant à propos des projets de CentCom en Syrie :

Parmi les critiques figure le général Curtis Scaparrotti, chef du commandement européen et commandant suprême des forces alliées en Europe. […] Lors d’un voyage à Washington en mars, Scaparrotti s’est approché de Mattis pour exprimer ses inquiétudes face aux tensions grandissantes dans les relations américano-turques, inquiétudes que le commandant européen a également exprimées lors de plusieurs réunions avec le général Joseph Votel, son homologue responsable du Centcom.

EUCOM et l’OTAN craignaient en effet que la Turquie ne se rapproche de la Russie et quitte finalement l’OTAN. Cela est maintenant peu probable. Depuis 1991, CentCom a joué un rôle démesuré dans la politique étrangère américaine. le secrétaire à la Defense, Mattis, est une créature du CentCom. C’est bien de voir ramener le CentCom et Mattis à la raison.

 

Mais si l’on espère que la Turquie mettra fin à ses relations avec la Russie et l’Iran, le résultat sera décevant. La Turquie dépend du gaz russe et iranien et des marchés d’exportation. Après la tentative de coup d’État contre lui, Erdogan ne fait plus confiance aux Américains. De plus, la position qui lui donne le plus de flexibilité et de puissance est entre les deux “blocs”, qui continueront à le courtiser. Il jouera à hésiter entre eux pour tirer le meilleur parti des deux côtés.

 

Les néocons de l’administration et leurs soutiens sionistes ont perdu la partie. Craig Murray décrit leurs objectifs :

Le chaos de cette stratégie incohérente et contre-productive est, assez curieusement, ce que veulent vraiment les néocons. Leur objectif est la guerre perpétuelle et la déstabilisation au Moyen-Orient. … Aujourd’hui, en maintenant les populations arabes pauvres et divisées sur le plan politique, les néocons estiment qu’ils renforcent la sécurité d’Israël et facilitent certainement l’accès des entreprises occidentales au pétrole et au gaz de la région, comme nous le voyons dans l’instabilité de l’Irak et de la Libye.

L’État profond néocon et interventionniste a fait exploser la stratégie quand il a tenté d’utiliser la présence temporaire américaine en Syrie contre État islamique pour pousser Trump dans un conflit avec l’Iran :

Certains responsables et anciens responsables américains ont critiqué ce qu’ils considéraient comme une exagération de la part des faucons de l’administration au sujet de l’Iran, en particulier l’envoyé américain en Syrie, Jim Jeffrey, et son lieutenant, Joel Rayburn, le secrétaire d’État adjoint au Levant, qui ont déclaré publiquement que les forces américaines ne quitteraient pas la Syrie tant que toutes les forces iraniennes ne seraient pas parties.

 

Les personnes qui travaillent pour [Trump] – Bolton, Rayburn, maintenant Jeffrey – aggravent la situation en ajoutant des objectifs impossibles à atteindre en Syrie [impliquant l’Iran] qui suggèrent un séjour indéfini“, a déclaré le responsable américain qui a qualifié de catastrophique la décision de Trump. Le responsable a déclaré que ces exigences n’avaient «aucun lien avec des objectifs réalistes pour nos militaires» et allaient «bien au-delà» de l’objectif consistant à vaincre État islamique et à empêcher sa réémergence.

 

Mais la présence iranienne en Syrie est si minime et la position américaine si faible, que cela a toujours été une idée stupide :

John Allen Gay, expert iranien et directeur exécutif de la John Quincy Adams Society, [..] affirme que la décision de Trump confirme ce que tout le monde a discrètement admis au moins pour l’année écoulée : le maintien des forces américaines en Syrie pour contrer État islamique commence à sembler être un moyen pour les interventionnistes de l’administration de faire valoir que nous devrions nous attaquer à l’Iran.

“Garder les troupes là-bas après la défaite d’ISIS était en partie une mission naturelle, mais c’était aussi un cheval de Troie pour les faucons de l’administration qui veulent affronter l’Iran”, a-t-il déclaré à TAC.

Pourtant, la présence de quelques milliers d’américains entre les forces turques d’un côté, les Iraniens, les Russes et les Syriens de l’autre ne serait jamais décisive face au rôle régional de l’Iran. Elle apportait de réels risques sans aucune issue au jeu”, a ajouté Gay. “Je ne pense tout simplement pas que le public américain ait envie d’un grand combat contre l’Iran, où que ce soit, sans parler de la Syrie orientale.”

Le Département d’État des États-Unis est déjà en train de déplacer son personnel hors de Syrie. Les 4 000 à 5 000 militaires et sous-traitants américains ont entre 60 et 100 jours – d’autres sources disent 30 jours, mais c’est un peu trop précipité – pour faire leurs bagages et partir.

Ils se coordonneront avec la Russie pour un transfert des responsabilités. Des conseillers russes remplaceront les bérets verts américains qui commandent les forces tribales kurdes et arabes contre État islamique. La Russie tentera également de convaincre la Turquie qu’il n’est plus nécessaire d’envahir l’est de la Syrie. Elle promettra de désarmer les forces kurdes ou de les intégrer dans l’armée syrienne. Ses forces aériennes remplaceront les États-Unis et d’autres pays qui bombardent actuellement les quelque 2 000 combattants de État islamique restés sous leur contrôle le long de l’Euphrate.

 

Les Kurdes en Syrie devront faire bonne figure avec Damas. Ils n’ont nulle part où aller. Leur rêve d’un Rojava autonome ne restera que cela, un rêve. La Syrie ne peut survivre qu’en tant qu’État contrôlé centralement. Il ne sera jamais fédéralisé. Les tribus arabes locales dans le Nord-Est chercheront probablement à se venger des hauts dirigeants kurdes qui avaient eu recours au soutien des États-Unis pour engager leurs fils dans la lutte contre ISIS. Les dirigeants de l’YPK vont probablement fuir dans le nord de l’Irak pour se cacher avec leurs frères du PKK dans les montagnes de Quandil.

L’armée syrienne, qui prévoit de déloger al-Qaïda du gouvernorat d’Idleb au printemps prochain, devra maintenant déplacer un certain nombre de forces vers le nord-est. La nouvelle priorité consistera à isoler État islamique au niveau de l’Euphrate, près de la frontière irakienne, et à terme l’éliminer. La milice irakienne va probablement aider pour ça. La récupération des gisements de pétrole et de gaz et d’autres atouts économiques constituera un autre enjeu important.

Tout dépendra de la manière dont la Russie et l’Iran seront capables de gérer la Turquie. Une fois que les États-Unis seront partis et que le danger d’une entité kurde en Syrie diminuera, ils pourraient bien être en mesure de convaincre Erdogan de mettre un terme à ses plans d’invasion.

Il est plutôt réconfortant de voir que Trump a enfin pu se libérer du diktat de l’État profond. En rapatriant les troupes de Syrie, il remplit l’une de ses promesses électorales.


 

Donald J. Trump @realDonaldTrump – 11:42 utc – 20 déc. 2018

Sortir de Syrie n’était pas une surprise. Cela fait des années que je fais campagne et il y a six mois, alors que je voulais très publiquement le faire, j’ai accepté de rester plus longtemps. La Russie, l’Iran, la Syrie et d’autres sont l’ennemi local de État islamique. Nous y avons travaillé. Il est temps de rentrer à la maison et de reconstruire. #MAGA

Les personnes qui ont voté pour Trump se féliciteront de ce mouvement. On espère qu’il pourra l’étendre en diminuant encore l’influence de l’Arabie saoudite et d’Israël sur sa politique.

Au cours de sa campagne, Trump a également plaidé pour de meilleures relations avec la Russie. Mais l’État profond a poussé sa politique dans la direction opposée. Retirer les États-Unis de la Syrie est en train d’éliminer un problème qui les opposait à la Russie. Trump pourrait-il utiliser sa nouvelle colonne vertébrale pour vaincre encore l’État profond et enfin œuvrer pour de meilleures relations avec la Russie ?

Cela semble actuellement peu probable. Mais la décision de vendredi a été une grande surprise. Restez à l’écoute pour d’autres nouvelles.

Traduit par jj, relu par wayan pour Le Saker Francophone

Source : Le Saker francophone

Version originale : Moon of Alabama

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “Pourquoi Trump a-t-il décidé de retirer les troupes américaines de Syrie?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *