« TEL AVIV SUR SEINE ». Les drapeaux palestiniens étaient interdits à Paris jeudi dernier

palestine

Un oeil sur… les conflits
ALLAIN JULES :

« Dans une petite embarcation , des militants pro-palestiniens sont passés devant « Tel Aviv sur Seine » avec des drapeaux palestiniens avant d’être interpellés par la police. », rapporte Génération Palestine Paris.

C’est vrai que, Paris a vu des chek-points en plein Paris Plage, assurés qui plus est, par des membres de la LDJ. Le comble. Il ne manquait plus que de l’eau « skunk », ce liquide chimique nauséabond que les forces israéliennes projettent sur les Palestiniens pour que la boucle soit bouclée…

Un jeudi de la « tolérance » qui s’est avéré triste et intolérant…

2 pensées sur “« TEL AVIV SUR SEINE ». Les drapeaux palestiniens étaient interdits à Paris jeudi dernier

  • avatar
    18 août 2015 à 1 01 29 08298
    Permalink

    Autant ce Tel Aviv sur seine est une honte pour Paris , autant vos mensonges m’interpellent . Il est faux de dire que les drapeaux palestiniens étaient interdits (plusieurs dizaines de ces drapeaux flottaient sur le quai opposé qui était le lieu de la contre manif ) , quant à votre embarcation et ses occupant , il est strictement défendu de naviguer sur la seine avec de tel « objets » gonflant . D’ailleurs il faut etre à moitié DEBILE pour y aller de la sorte . Cette fois çi , les flics leur on sauvé la vie ! Pour une fois qu’ils font leur boulot …………

    Répondre
  • avatar
    18 août 2015 à 10 10 52 08528
    Permalink

    Je confirme, j’ai couvert l’événementle jeudi 13 août. Le long de la Seine, une manifestation pro-palestinienne se trouvait également sur Paris-plage, séparée de Tel-Aviv-plage par le pont au change sous lequel se trouvait un solide barrage de policiers, les deux manifestations étant soilidement verrouillées par des hordes de policiers armés jusqu’aux dents et parfaitement organisés.

    Sur Paris-Plage même, côté « israélien », l’ambiance était bon enfant, ludique, presque sensuelle, avec une absence totale de contenu politique affiché.

    Côté « palestinien », c’était plutôt la ferveur, les échanges animés, avec photos d’enfants tués ou blessés par les bombardements israéliens et les noms des 2.000 dernières victimes, souvent agées de moins de trente ans, et souvent de moins de dix ans…

    Le contraste entre la décontraction de Tel-Aviv Plage et l’atmosphère préoccupée de Gaza-Plage était saisissant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *