Toute la vérité sur le régime syrien (3)

carte-syrie

UN ŒIL SUR LE MONDE MUSULMAN
Adam Mira

Toute la vérité sur le régime syrien (3ème et dernière partie)! El-Assad fils s’accroche au pouvoir jusqu’à la mort

Le peuple syrien a finalement pris son destin en mains, en décidant de renverser le régime de Bachar el-Assad, qui a succédé à son père en 2000, car il n’a fait que perpétrer les mêmes exactions que ce dernier : étouffer l’opposition, mettre ses adversaires en prison ou les exécuter, museler et terroriser les populations, et commettre des massacres de masse!

Quatre ans après la Révolution syrienne, un résultat sanglant, plus de deux cent mille personnes ont péri, et plus de sept millions de réfugiés dans les quatre coins du monde.

.

Complot contre la Syrie

Depuis le premier jour de la révolte syrienne contre le régime baathiste, la mi- mars 2011, el-Assad fils déclare devant le parlement syrien : « Qu’il y a un complot contre la Syrie, et cela a été préparé soigneusement par des pays qui sont loin du Moyen-Orient et d’autres proches de la Syrie (il n’a pas cité les noms de ces pays-là).»!

Cependant, plusieurs sources proches du régime syrien ont déclaré que les États-Unis, l’Arabie Saoudite et l’équipe de Saad Hariri, le fils d’ex premier ministre libanais Rafik Hariri, sont au cœur de ce complot! La conspiration contre le régime syrien est vraie, mais la sécurité syrienne l’a déjouée deux ans avant la première émeute de 2011.

Selon une source saoudienne qui veut préserver son anonymat, le prince Bandar Ben Sultan, l’ex ambassadeur saoudien à Washington et l’ex chef de la sécurité nationale, a soutenu des groupes armées en Syrie afin de déstabiliser le régime en question et a dépensé beaucoup d’argent pour réaliser ce projet. Néanmoins, la Sécurité syrienne a rapidement attrapé les militants. Après quoi, el-Assad s’est envolé discrètement vers Arabie- Saoudite pour présenter au roi Abdallah un dossier complet contenant les preuves qui accusent son cousin le prince Bandar! Deux jours après cette visite, le prince Bandar se retrouve chassé au Maroc, il n’a plus le droit de retourner au pays!

Le roi Abdallah était très fâché contre lui pour deux raisons :

1ère . Le prince Bandar a mené cette opération sans l’autorisation du roi.

2ème. Sa tentative de reverser le roi Abdallah, par un coup d’État en 2008, pendant sa visite à une caserne militaire près de Riyad la capitale du pays!

Le prince Bandar a justifié son complot en prétendant que le renversement du régime baathiste en Syrie donnerait aux saoudiens la chance de dominer le Liban et la Syrie, et de ce fait l’Arabie Saoudite serait le seul arbitre au Moyen-Orient face à l’Iran!

Le prince Bandar est resté exilé au Maroc pendant deux ans. Toutefois, il est retourné au pays le mois de décembre 2010, quelques mois avant le déclenchement de la Révolution syrienne. La raison de son retour est liée à la dégradation de la situation dans le monde arabe et le besoin du régime saoudien de ses services.

Toutefois, le président el-Assad utilise ce complot (ancien et réglé), comme étant un acte isolé perpétré par un prince assoiffé de pouvoir, en vue de justifier la brutalité de son régime confessionnel face à des manifestants pacifiques demandant la liberté et la démocratie!

.

Le plan de répression de la Révolution

Avant que paraisse Bachar el-Assad devant le Parlement syrien et prononce son premier discours à la suite du déclanchement de la première émeute, il a fait plusieurs rencontres avec son frère Maher et d’autres responsables de la sécurité et de l’armée. Le rapport de ces meetings houleux, selon des documents confidentiels, stipule maints points :

1er. Il est hors de question de laisser les manifestants continuent leur activité et de prôner la liberté et la démocratie.

2ème. Le régime ne supporte pas d’autres joueurs politiques sur la scène interne, le parti Baath doit rester le seul et unique parti au pouvoir.

3ème. Le partage du pouvoir signerait la fin de la dynastie el-Assad. Dans ce cas, pour préserver le pouvoir, il faut suivre les recommandations d’el-Assad père en réprimant dans le sang n’importe quelle révolte. C’est-à-dire, en d’autres mots, suivre l’exemple du massacre de Hamah!

4ème. Le facteur temps est un enjeu primordial. Selon eux, au premier temps, les opposants vont gagner du terrain, mais le régime gagnera la guerre s’il résiste devant la première vague de protestation.

5ème. L’Iran est le seul allié du régime avec son bras militaire le Hezbollah.

6ème. Le régime ne compte que sur les alaouites, la branche confessionnelle de la famille el-Assad. Ils doivent rester aux premières lignes du combat afin d’exécuter le plan soigneusement et rester au pouvoir coûte que coûte!

7ème. Le régime peut intégrer certains politiciens opposants dans le gouvernement en vue de montrer que le parti Baath n’est pas fermé à l’idée de discuter avec certains antagonistes.

Le plan a bien fonctionné jusqu’à nos jours. Le régime a perdu des milliers d’activistes au premier temps, mais il s’est rapidement régénéré grâce à l’arrivée de l’aide iranienne, irakienne et libanaise.

.

Miliciens de toutes sortes

La Révolution syrienne a poussé le régime à montrer son vrai visage, pas seulement en tant que criminel et bandit, mais aussi comme un système confessionnel qui a restauré un nouvel État syrien alaouite, une branche de l’Islam chiite, en exploitant le parti Baath, un mouvement laïque et progressiste, comme levier afin d’instituer ce système chiite et confessionnel. Bien que la majorité des syriens, 80 pour cent, soit formée de musulmans sunnites.

Pourtant, el-Assad père s’est présenté comme un laïc et modéré, cachant en fait ses vraies convictions. Par contre, dès l’arrivée de son héritier au pouvoir, le masque derrière lequel se cachait jusque-là le régime est tombé. En conséquence, la Révolution syrienne est devenue une sorte de «guerre religieuse» entre sunnites et chiites!

Deux ans après la Révolution syrienne, le Hezbollah libanais envoie ses militants, les leaders chiites irakiens envoient leurs milices et la Garde révolutionnaire iranienne dépêche aussi certains conseillers militaires avec des militants iraniens et afghans chiites afin de faire la guerre auprès de leurs frères alaouites contre les sunnites arabes !

.

L’École du terrorisme

L’invasion américaine en Irak, en 2003, a poussé le régime syrien de travailler rapidement en vue de sauver le système en question. Les chefs de la sécurité syrienne ont trouvé que la meilleure solution afin de retarder ou d’empêcher l’arrivée de la démocratie à leur pays via la frontière irakienne allait être d’envoyer des Djihadistes en Irak. Ces derniers avaient pour mission d’infiltrer les mouvements islamiques et de montrer leur habileté à lutter contre les américains et leurs alliés.

Le réservoir à Djihadistes, pour réaliser cette idée diabolique, est la prison. En effet, la sécurité syrienne recrute certains prisonniers afin de devenir militants pour les mouvements islamiques en Irak, plusieurs ont accepté rapidement l’offre afin de quitter la prison, car ils savent très bien qu’ils sont morts dans les deux cas, alors ils choisissent de partir en Irak pour sortir de l’enfer de la prison syrienne.

Les prisonniers, futurs Djihadistes, restent liés avec la sécurité syrienne, car cette dernière utilise leur famille comme carte de menace au cas où ces prisonniers devaient fuir leur mission. Selon une source, sous réserve d’anonymat, neuf Djihadistes sur dix ont franchi la frontière syrienne pour rejoindre les islamistes en Irak, la sécurité syrienne facilite l’arrivée des Djihadistes tunisiens, saoudiens, algériens, marocains etc. qui cherchent à affronter les américains.

Lorsque la Révolution syrienne a commencé, les Djihadistes infiltrés ont joué un rôle important à la guise du régime baathiste de Damas. Certains experts estiment qu’il y a plus de deux mille Djihadistes qui travaillent pour le régime d’el-Assad. Mais, l’histoire ne se termine pas ici, car le régime de Damas a libéré, deux ans après le déclanchement de la Révolution, plusieurs islamistes connus de ses prisons afin de se joindre aux différents mouvements islamiques qui ont commencé à pousser comme des champignons.

La scène syrienne contient actuellement une dizaine de mouvements islamiques qui luttent contre le régime Bachar el-Assad, mais qui, en réalité, s’entretuent plus qu’ils n’affrontent les Baathistes, car comme cela a été expliqué plus haut, certains de ces mouvements travaillent à la solde du régime, alors qu’ils se présentent au grand jour comme des ennemis du pouvoir. C’est là l’une des raisons qui explique pourquoi le gouvernement de Damas n’est pas tombé jusqu’à nos jours.

Ainsi, le régime joue toutes ses cartes afin de rester au pouvoir, car el-Assad et ses alliés savent très bien que la chute de ce système sera le début de la liquidation chiite de la scène politique au Moyen-Orient, pas seulement en Syrie, mais aussi en Irak et au Liban, donc il s’agit-là d’une guerre existentielle pour tout le monde!

.

Conclusion

Pour finir, el-Assad mène son dernier combat en se mettant le dos contre le mur. Il sait parfaitement qu’il n’a pas d’autre choix que de se battre jusqu’au dernier alaouite afin de gagner sa guerre. Mais, sans doute, les tyrans n’ont jamais lu l’histoire qui désigne toujours le peuple comme seul vainqueur!

avatar

Un oeil sur le monde musulman

Je médite l’Islam parce que ce phénomène historique, intellectuel et émotionnel durable, influençant plus d’un milliard d’humains, compte. Je le fais en athée et en philosophe matérialiste mais avec toute la déférence requise. Je ne suis pas un iconoclaste. Je ne suis pas un hagiographe non plus mais je m’intéresse à cette vision du monde pour ce qu’elle dit de l’humain et de son contexte culturel. Salut, solidarité et respect, dans la différence. - Paul Laurendeau (Ysengrimus)

14 pensées sur “Toute la vérité sur le régime syrien (3)

  • avatar
    2 avril 2015 à 2 02 23 04234
    Permalink

    Je viens de lire attentivement votre troisième partie sur la vérité du régime Al Assad. Je suis étonné que vous n’ayez mentionné ni le référendum sur une nouvelle Constitution,, réalisé en février 2012, ni l’élection présidentielle de juin 2014. La nouvelle Constitution ouvre le pays à une plus grande participation démocratique du peuple à son devenir politique. À l’époque j’avais écrit un article sur le sujet. J’avais alors écrit :

    « Selon l’agence SANA, cette nouvelle constitution prévoit, entre autres, un système politique fondé sur le principe du pluralisme politique et l’exercice démocratique du pouvoir à travers des élections. Les partis politiques autorisés contribueront à la vie politique et il sera interdit de créer des partis sur des bases religieuses, confessionnelles ou raciales. Le Président de la République sera élu directement par le peuple et pourra être candidat pour deux mandats successifs de sept ans. La liberté est un droit sacré et l’Etat garantit aux citoyens, égaux en droits, leur liberté personnelle ainsi que leur dignité et sécurité ».

    Dans une conférence de presse tenue aujourd’hui à Damas, le ministre de l’intérieur, le général Mohamed al-Chaar, a indiqué que le nombre de citoyens qui avait exercé son droit au référendum a atteint 8,376,447, soit 57,4%., parmi les 14, 589, 954 qui ont le droit au vote.

    Il a fait savoir que 7,490,319 citoyens ont voté pour le projet de constitution, soit 89,4% du total des citoyens qui avaient participé au référendum et que 753,208 citoyens ont voté non, soulignant que le nombre de bulletins nuls a atteint 132, 920, représentant un taux de 1,6%.

    La Russie a considéré ce référendum sur la constitution comme un pas important dans la bonne direction. La Chine a demandé aux interventionnismes de laisser les Syriens solutionner leurs problèmes eux-mêmes. Les Etats-Unis l’ont ignoré, se contentant de le qualifier d’une grande farce.

    http://humanisme.blogspot.ca/2012/02/que-vont-decider-les-amis-du-peuple.html
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/02/syrie-nouvelle-de-derniere-heure.html
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/02/lactualite-sur-la-syrie-telle-que-vue.html

    http://humanisme.blogspot.ca/search?q=Syrie
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/04/en-syrie.html

    Un relevé de presse matinal, 16 mai 2012
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/05/syrien-releve-de-presse-matinal.html

    En juin 2014, l’élection présidentielle s’est réalisée et le président Al Assad a été reconduit au pouvoir. En dépit de toutes les limites d’une telle élection en période de guerre, l’ouverture est faite aux forces d’opposition pour accéder pacifiquement au pouvoir par la voie constitutionnelle.

    Le 20 janvier 2015, à Damas, le Président syrien Bachar al-Assad a accordé une entrevue à M. Jonathan Tepperman, Rédacteur en chef du Foreign Affairs Magazine. Cette entrevue est reproduite intégralement en français sur Mondialisation.
    http://www.mondialisation.ca/conversation-avec-le-president-syrien-bachar-al-assad/5427957

    Je pense que toute la vérité sur le régime syrien devrait également prendre en considération ces démarches vers plus de démocratie et d’ouverture politique. Peut-être avez-vous prévu de traiter ces questions dans un quatrième article. Dans ce cas, je serai heureux de vous lire de nouveau.

    Toute la vérité l’exige.

    Avec tout mon respect.

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2015 à 7 07 03 04034
    Permalink

    Je viens de lire votre commentaire sur mon article, et je suis ravi de vous répondre.
    – Vous prenez SANA l’agence de presse syrienne comme référence, malheureusement, ce bureau n’a aucune crédibilité pour un petit simple raison : parce que tous les journalistes qui travaillent pour les journaux locaux : el-Thaoura, el-Baath et Téchrine, ou pour la radio ou la télévision doivent être membre du parti Baath, le Parti unique au pouvoir depuis 1963.
    L’Institut du journalisme à Damas n’accepte aucun-soi-disant- un étudient qui n’est pas un membre de parti en question.
    – La Nouvelle constitution mentionne des chartes importantes, mais l’ancienne aussi, parce qu’en Syrie il n’y a que la LOI de la Sécurité. Cette dernière a le droit d’arrêter et de mettre en prison n’importe quel citoyen, car elle profite de l’État urgence qui est en exercice depuis l’arrivée du parti Baath au pouvoir en 1963, et Bachar el-Assad l’a remplacée avec, soi-disant, la nouvelle constitution par un nouveau décret : une loi contre le terrorisme!
    – La Chine et la Russie ont le même visage de celui d’el-Assad, elles mettent leurs opposants dans la prison et liquident leurs adversaires sans pitié, et la corruption gangrène les deux pays etc. C’est vrai qui elles sont des pays puissants, mais malheureusement, n’ont aucune crédibilité aux yeux des Syriens ou aux yeux du monde moderne. En sus de là, la Russie colonise un autre pays (l’Ukraine), la Chine n’accepte aucune discussion à propos de Tibet. La Russie pleure son absence depuis la chute de l’Union Soviétique et elle essaie de trouver une place au Moyen-Orient autant que la Chine qui demande inlassablement aux pays du Golf arabique d’investir dans le pétrole et de tisser une belle relation avec eux dont l’Irak. Dans ce cas, les deux pays utilisent la Syrie pour avoir un pas au Moyen-Orient!
    – Les médias syriens, qui appartiennent au gouvernement, ne reflètent pas l’opinion de la majorité de citoyens arabes, surtout quand vous avez mentionné les élections présidentielles, à ce moment-là, il y avait sept millions réfugiés syriens ( au Liban, en Jordanie, en Turquie et ailleurs), et vous indiquez le nom de ministre de l’Intérieur el-Chaar comme un nom crédible, bien qu’il soit un homme d’el-Assad qui participe activement depuis toujours à éliminer tous les opposants de régime. Croyez-vous vraiment que Bachar el-Assad a eu plus de 8 millions voix et qu’il a gagné les élections présidentielles?
    Le Monde entier sait que l’actuel président (illégitime) ne laissera jamais le pouvoir à quelqu’un d’autre!
    – Comme j’ai mentionné dans mon premier article : Assad père a imité le régime du Coré du Nord. Donc après Assad sera un nouveau petit Assad.
    C’est très facile de parler de la Syrie de l’extérieur ou d’analyser la situation au Moyen-Orient comme un conflit entre le mal et le bien, entre un gouvernement laïque et modéré et des extrémistes.
    – Depuis l’arrivée de la famille d’el-Assad au pouvoir à l’aide d’un coup d’état en 1970, la Syrie fait partie de cette famille, elle est devenue la ferme de cette dynastie qui a le droit de faire tout ce qu’elle veut sans personne ne prononce un seul mot.
    La corruption, l’exécution, l’injustice, le régionalisme, la fraude, l’exploitation et le vol de richesse de pays pour quelques centaines de personnes etc. tout ça est le vrai visage de régime d’Assad.
    Le père a tué plus de 35 mille syriens en 1982, le fils cause la mort de plus de 200 mille et plus de 7 millions réfugiés, il n’y a aucune solution pour arracher cette peste de pouvoir que le soutien et l’intervention international afin d’amener Assad et ses proches au Tribunal international de justice à la Haye.
    J’aimerais vous dire que la plupart des journalistes qui abordent le conflit au Moyen-Orient ne savent pas vraiment toute la vérité sur les différents régimes, et surtout la cause de l’hostilité entre chaque pays au Levant. Et beaucoup de politiciens ne comprennent pas la raison dont laquelle le peuple syrien a attendu bien longtemps avant de révolter contre ce régime corrompu et confessionnel, pour répondre à cette question j’aurai besoin plus d’une série afin d’éclairer la situation syrienne.
    Mais, je vous promis que je vais écrire dans les prochaines semaines des articles exclusifs sur le Moyen-Orient incluant la Syrie. Comme par exemple : qui a tué Imad Moughniyah, le leader d’Hezbollah, et la fuite de Monaf Tellas l’ami d’enfance de Bachar el-Assad en France et bien d’autres textes.
    Il faut que je m’arrête ici, parce que je pourrais écrire et écrire et je ne pense pas qu’il soit une bonne idée de me concentrer sur un seul sujet.
    Je vous souhaite une belle journée et je vous remercie de m’avoir suivi.
    Je vous invite à regarder et à lire ces références :
    https://www.youtube.com/watch?v=IN6CUA_k5f4
    https://www.youtube.com/watch?v=wBd9yLoRue0
    https://www.youtube.com/watch?v=7gB6cSizcyc
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=30684&lang=fr
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=30811&lang=fr
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=30918&lang=fr
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=29242&lang=en
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=29856&lang=en
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=29959&lang=en
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=30126&lang=en
    http://www.middleeasttransparent.com/spip.php?page=article&id_article=16353&lang=fr

    Répondre
  • avatar
    3 avril 2015 à 12 12 14 04144
    Permalink

    Merci pour cette première réaction. Vous n’apprenez rien à personne en disant que l’agence SANA est syrienne et qu’elle apporte des informations qui consolide les faits qui favorisent la gouvernance de la Syrie. Ce fait ne devrait pas vous surprendre puisque c’est le cas de presque toutes les agences de presse en Occident qui répondent aux intérêts de ceux qui les financent. Ceci dit, il y a bien eu un référendum sur une nouvelle constitution qui a ouvert la démocratie au multi-partis. C’est également un fait qu’il y a eu une élection en juin 2014 comportant divers candidats à la présidence et que Al Assad a été reconduit au pouvoir. Ce sont deux faits importants que vous vous êtes abstenue de mentionner dans un article coiffé du titre de « Toute la vérité sur la Syrie ». Toute la vérité inclue que ces deux évènements soient évoqués, indépendamment de l’opinion que l’on puisse s’en faire. Quant à la fiabilité de l’information, je vous réfère à bref relevé de l’information que j’avais réalisé en février 2012 en relation avec la Syrie.
    http://humanisme.blogspot.ca/2012/02/lactualite-sur-la-syrie-telle-que-vue.html

    Si vous aviez intitulé votre série d’articles « Mon point de vue de ce qui se passe en Syrie », je pourrais comprendre vos omissions ou vos jugements de valeurs sur les agences d’information apportant un point de vue différent du vôtre, mais vous avez choisi un titre ambitieux « Toute la vérité sur la Syrie ».

    Il vous faut maintenant faire avec les questionnements auxquels donne lieu votre article. J’espère que vous avez pris connaissance de l’opinion qu’exprime M. Serge Charbonneau, sur le sujet et dont la référence vous a été donnée. Toute la vérité sur la Syrie vous oblige à prendre en considération toutes ces interpellations qui remettent en question le rôle joué par nos réseaux de communication. Vous avez parlé de SANA, mais vous avez omis de parlé de Radio Canada et de bien d’autres. Tout cela fait partie de « toute la vérité sur la Syrie. »

    Avec tout mon respect

    Répondre
    • avatar
      3 avril 2015 à 23 11 08 04084
      Permalink

      Merci pour cette mise au point Oscar.

      Répondre
  • avatar
    4 avril 2015 à 12 12 56 04564
    Permalink

    Je crois que je suis obligé d’écrire sur la Syrie dans les prochaines semaines, mais j’aimerais parler d’autres sujets, après quoi je vais reparler de la situation syrienne (régime, peuple etc.)
    Merci beaucoup pour vos commentaires.

    Répondre
    • avatar
      4 avril 2015 à 13 01 44 04444
      Permalink

      Allez-y selon votre inspiration, Adam.

      Bienvenue sur les 7 du Québec, au fait. Adam est un journaliste indépendant d’origine palestinienne ayant vécu au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

      Répondre
    • avatar
      4 avril 2015 à 16 04 52 04524
      Permalink

      J’espère, qu’à l’inspiration toujours nécessaire, qu’il y ait de la rigueur dans l’analyse, fondée, autant faire se peut, sur des références crédibles pour la variété des lecteurs et lectrices des 7dq. Il faut savoir qu’ils ne sont pas tous des adeptes de l’information meanstream, souvent remise en question par l’information alternative qui s’avèrent, dans bien des cas, plus crédibles. Ceci dit, les 7dq gardent toute leur liberté pour permettre à l’information meanstream d’y occuper également un espace important et de s’y tailler une place avec ses lecteurs et lectrices.

      Je vous souhaite bonne chance dans la quête de la vérité dont je suppose être votre passion.

      Répondre
  • avatar
    5 avril 2015 à 14 02 41 04414
    Permalink

    Je vous remercie de m’avoir encouragé, j’essayerai de faire mes mieux.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *