UKRAINE. Crimée: Comment l’Occident veut faire passer une défaite en victoire ?

Vladimir Poutine et Barack ObamaVladimir Poutine et Barack Obama
Un oeil sur … les conflits
Allain Jules :

« C’est acté, la Crimée est russe ! », a dit le président russe Vladimir Poutine à son homologue américain Barack Obama. Ce dernier, qui lui demandait de retirer ses troupes aux abords des frontières russo-ukrainiennes lui a rétorqué que, « ces troupes n’existent pas, aucun radar ne peut affirmer qu’elles y sont et par conséquent, ce sont des chimères du nouveau pouvoir de Kiev ». Là, est la vérité de l’entretien, hier, des deux hommes.

Quant à la rencontre entre le ministre russe des Affaires étrangères Serguei Lavrov et son homologue américain John Kerry, attention à la falsification de la presse occidentale. Certains esprits faibles ont même affirmé que le président russe, qui a pris l’initiative de passer un coup de fil à Barack Obama fléchissait sa position. Il n’en est rien. Au contraire même, sachant que les Européens, notamment les Allemands et les Britanniques n’étaient pas en phase avec le forcing américain de l’isolement de la Russie, Poutine, en homme de paix, vient plutôt à la rescousse de Barack Obama. Son dogmatisme politique l’enfonçant dans les abîmes…

Quand la presse mainstream parle d’une sortie de crise, il s’agit en fait de suivre la ligne du Kremlin, et non l’inverse. Souvenez-vous de la dernière sortie du président élu ukrainien Viktor Ianoukovitch. La presse occidentale n’en avait pas fait écho. Il demandait expressément que dans toute l’Ukraine, il y ait un référendum. Mais, Washington, pour faire croire qu’il pèse dans ce dossier, a plutôt accepté le principe de plus d’autonomie dans les zones est de l’Ukraine. Voyez-vous une divergence avec la position russe ? Ceci, simplement pour faire bonne figure. En échange, Washington demande à la Russie de ne plus intervenir en Ukraine. Même pas une victoire à la Pyrrhus, mais un véritable aveu d’échec car, la Russie n’a pas besoin de prendre Kharkiv, Donetsk, Lugansk, Odessa, Kherson ou Nikolaev, ces contrées sont favorables en majorité, à la Russie.

Cette fois-ci, la rhétorique publicitaire et mensongère de l’Occident ne passera pas. Les Etats-Unis ont compris que c’est la seule issue de secours qu’ils ont pour faire sortir du chaos, l’Ukraine. Du coup, on va assister à des pouvoirs très limités de la part de celui ou celle qui prendra le pouvoir en mai prochain. Non seulement, il sera sous le joug des institutions de Bretton Woods que sont le FMI et la Banque mondiale, mais c’est probablement la chronique d’une mort  annoncée de l’Ukraine.

 


3 pensées sur “UKRAINE. Crimée: Comment l’Occident veut faire passer une défaite en victoire ?

  • avatar
    31 mars 2014 à 7 07 19 03193
    Permalink

    Obama croit à ce qu’il dit mais ne comprend rien à ce qu’il dit, et d’ailleurs il s’en fout royalement.

    Répondre
  • avatar
    31 mars 2014 à 11 11 28 03283
    Permalink

    Bonjour, Et si ceci est vrai…: POUTINE LANCE UN RESEAU CARTE BANCAIRE RUSSE
    du 31 mars au 4 avril 2014 : Eh oui, Poutine ose faire ce que l’Europe N’A JAMAIS OSE, MEME EN PENSEE, lancer un réseau de paiement carte bancaire concurrent aux Américains de Visa, Mastercard et Amex. Mr Villon a vu sur Vesti.ru que « les Russes, préparent une contre attaque (mesurée) contre la bête Argent. Il y a quelques jours, dans le charrette de représailles occidentales suite a l’annexion de la Crimée, Visa/MasterCard ont désactivé les paiements par Carte pour les clients de certaines banques Russes (on est toujours en plein 777). Moscou voit ceci comme une menace importante pour la sécurité monétaire de ses concitoyens. Aussi ils ont décidé d’accélérer sur le sujet et d’activer cette année un système national de cartes de paiement qui remplace ou concurrence Visa et MasterCard ». Voilà ce que l’Europe aurait dû faire depuis 1980, mais que les lobbies américains ont réussi à empêcher en caressant tous les gouverneurs de banque centrale dans le sens du poil… Excellente initiative que je vais suivre de près, et qui, si cela se réalise, retirera plusieurs dizaines de milliards de dollars à Visa Mastercard qui prennent entre 0,3 et 2% sur chaque transaction. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © http://www.jovanovic.com 2008-2014

    Répondre
    • avatar
      31 mars 2014 à 12 12 11 03113
      Permalink

      Merci Gilles H pour partager cette information.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *