Vingt proverbes arabes

UN ŒIL SUR LE MONDE MUSULMAN

 

Nous avons tous un détracteur et un adulateur.

Je préfère l’inimitié du sage à l’amitié de l’ignorant.

Aime et montre. Hais et cache.

La constance des injustices fait la justice.

Les conjonctures du sage sont préférables aux certitudes de l’ignorant.

Une perte évidente est préférable à un profit lointain.

Le voleur prudent ne dérobe rien dans la rue qu’il habite.

Jette de la boue sur un mur. Soit elle restera collée, soit elle laissera une trace…

Seule ta main arrivera à essuyer les larmes de ton visage.

Celui qui mange le miel doit envisager la piqûre des abeilles.

Si deux personnes te disent que ta tête n’est plus sur tes épaules, tâte la donc…

Traite ton fils adulte comme ton frère.

Un oiseau dans ma main plutôt que dix sur un arbre.

Quand tu frappes, blesse. Quand tu nourris, rassasie.

Il voudrait un chat en bois qui attrape les souris et ne mange pas.

Si tu es aimé du capitaine, tu peux t’essuyer les mains dans les voiles.

Tu me parles d’un poisson qui crachait du feu. Je te réponds que l’eau où il vit aurait éteint les flammes.

Les peuples ont la religion de leurs rois.

Le rassasié rompt le pain bien trop lentement pour l’affamé.

Qui vivra verra mais qui voyagera verra d’avantage.

 

 

Source: Joseph Hankí (1998), ARABIC PROVERBS, with side by side English translations, Hippocrene books, New York, 129 p. [les traductions françaises sont de Paul Laurendeau]

.
.
.

Le Souk, par Elizabeth Carolan
Le Souk, par Elizabeth Carolan
avatar

Un oeil sur le monde musulman

Je médite l’Islam parce que ce phénomène historique, intellectuel et émotionnel durable, influençant plus d’un milliard d’humains, compte. Je le fais en athée et en philosophe matérialiste mais avec toute la déférence requise. Je ne suis pas un iconoclaste. Je ne suis pas un hagiographe non plus mais je m’intéresse à cette vision du monde pour ce qu’elle dit de l’humain et de son contexte culturel. Salut, solidarité et respect, dans la différence. – Paul Laurendeau (Ysengrimus)

5 pensées sur “Vingt proverbes arabes

  • avatar
    8 mai 2014 à 0 12 52 05525
    Permalink

    @Paul Laurendeau

    J’apprécie beaucoup les deux suivantes :

    « Le rassasié rompt le pain bien trop lentement pour l’affamé. »
    « Qui vivra verra mais qui voyagera verra d’avantage. »

    Merci.

    Carolle Anne Dessureault

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 5 05 19 05195
    Permalink

    Merci. Pour ma part, je trouve que

    Traite ton fils adulte comme ton frère

    est une des choses simples, droites et belles qu’a pu produire la portion masculine (si proéminente) de la culture des Arabe. Je vis aussi au rythme de:

    Les conjonctures du sage sont préférables aux certitudes de l’ignorant.

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 6 06 13 05135
    Permalink

    Les proverbes sont parmi les crochets par lequel le voile se soutient dans la conscience humaine. Ce voile ne sert qu’à voiler la réalité à la conscience humaine.

    La bêtise humaine est infinie.

    Répondre
    • avatar
      8 mai 2014 à 9 09 53 05535
      Permalink

      La bêtise humaine est infinie.

      Faux, car je la vois encore grandir 🙂

      Répondre
  • avatar
    9 mai 2014 à 7 07 53 05535
    Permalink

    Il y a deux sortes de gens: ceux qui peuvent être heureux et ne le sont pas, et ceux qui cherchent le bonheur sans le trouver.

    L’or n’appartient pas à l’avare, mais l’avare à l’or.

    On est plus le fils de son temps que de son père.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *