Voile et pureté

UN ŒIL SUR LE MONDE MUSULMAN
Colette Provost

Pendant de nombreuses années, j’ai travaillé auprès de nouveaux arrivants, dans les Centres de francisation et d’intégration des immigrants du gouvernement du Québec. J’ai été en contact avec beaucoup de femmes voilées et avec leurs familles. Ce que j’entends et lis aujourd’hui dans les médias ne correspond que rarement aux témoignages des principales intéressées.

En général, les femmes voilées ne choisissent pas de porter le voile. Il leur est imposé par le milieu familial. Ces femmes, voilées contre leur gré, on ne les entend pas à la télévision et on ne les entendra jamais car si elles parlent, elles seront amèrement punies.

Le voile n’est pas une obligation inscrite dans la religion musulmane, pourtant il est incontournable chez les intégristes. Les hommes sont là qui surveillent, menacent, sévissent. J’en ai vu faire les cent pas à la porte des classes, donner des coups de poing sur les tables, guetter par les fenêtres. Les jeunes filles sont chaperonnées par les frères, les pères, les oncles ou les cousins, les femmes par les maris. La plupart d’entre elles n’ont même pas choisi leur conjoint; elles ont été mariées par leur famille, avant leur arrivée au Québec ou après.

Il y a loin de la réalité au mythe du voile comme symbole de pureté. En l’absence d’hommes, les langues se délient: les étudiantes en francisation parlent de l’obligation de porter des vêtements sexy à la maison, de la polygamie, de petites filles violées au vu et au su de la famille. Des femmes sont frappées, ébouillantées ou séquestrées si elles ripostent.

En public le voile les identifie comme inaccessibles à certains, réservées à d’autres. Ce n’est pas la femme qui est considérée pure, c’est le groupe intégriste qui se considère comme devant rester pur. Un mariage à l’extérieur de ses rangs est impensable. Les intégristes ne sont pas contre l’exclusion: ils sont tout à fait pour.

J’ai aussi rencontré dans le cadre de mon travail des Musulmans qui ont quitté leur pays d’origine pour donner la chance à leurs filles de vivre dans une société égalitaire, des hommes qui ont fui l’intégrisme et se retrouvent ici surveillés, dénoncés à la communauté pour le simple fait d’avoir bu de l’alcool, mangé durant le ramadan ou laissé les femmes sortir tête nue. Ces hommes seraient bien heureux que la laïcité soit inscrite dans une charte.

D’aucuns prétendent que la Charte retournerait les femmes voilées à la maison, leur ferait perdre leur emploi dans la fonction publique. Pourtant des intégristes exigent actuellement de recevoir des services publics exclusivement d’hommes ou de femmes voilées; selon eux, le contact avec les femmes serait « impur »: ne briment-ils pas ainsi le droit au travail de la majorité des femmes?

Jamais dans la fonction publique je n’ai eu la permission d’afficher ouvertement mes convictions politiques, pourquoi cette autorisation serait-elle donnée à ceux et celles qui font la promotion de l’intégrisme? Rien dans le Coran n’oblige à porter le voile. Si la femme le porte de plein gré et refuse de l’enlever, elle appuie l’intégrisme. Si elle le porte contre son gré, la société n’a pas à soutenir les hommes qui l’y forcent.

Partout à travers le monde des femmes voilées cherchent à se libérer, parfois au péril de leur vie. Ici, certaines femmes voilées se présentent comme libérées et prétendent que la Charte de la laïcité violerait leurs droits: cette perversion de la réalité est scandaleuse car elle nie l’enfer réel que vivent la majorité des femmes voilées, ici comme ailleurs.

 

Colette Provost

provostc@cooptel.qc.ca

femme-musulmane

avatar

Un oeil sur le monde musulman

Je médite l’Islam parce que ce phénomène historique, intellectuel et émotionnel durable, influençant plus d’un milliard d’humains, compte. Je le fais en athée et en philosophe matérialiste mais avec toute la déférence requise. Je ne suis pas un iconoclaste. Je ne suis pas un hagiographe non plus mais je m’intéresse à cette vision du monde pour ce qu’elle dit de l’humain et de son contexte culturel. Salut, solidarité et respect, dans la différence. – Paul Laurendeau (Ysengrimus)

7 pensées sur “Voile et pureté

  • avatar
    23 janvier 2014 à 12 12 41 01411
    Permalink

    Bonjour Madame Provost,
    Je pense que les personnes que vous avez rencontré elle même ne comprenne pas l’islam, sauf quelques exceptions,car pour comprendre il faut déjà écouter.

    Je suis un musulman vivant en France, j’ai vécu ma jeunesse dans un pays musulman et je peux vous dire que cette vision erronée de l’islam que vous qualifiez de radicale, nous vient tout droit du Wahhabisme dont la puissance de frappe est très puissante. Il n’y a qu’un seul islam, c’est la lecture des uns et des autres qui déforme le message, pour certains par ignorance, pour d’autres par pur profit.

    L’islam repose sur des piliers et des principes.

    La pudeur est un principe qui se traduit dans la pratique du quotidien par un habit qui exprime la pudeur. quand vous lisez le coran, et les hadiths vous comprendrez ce que je dis. Je prends pour exemple la « Choura » la consultation, c’est un principe de gouvernance qui se traduit en pratique quotidienne dans la gestion des affaires de la cité par le Califat.

    Le voile est à la pudeur, ce que la consultation est à la gouvernance.

    • avatar
      23 janvier 2014 à 13 01 04 01041
      Permalink

      Je rajoute que la frontière entre le cultuel et le culturel est floue dans les sociétés musulmanes, de par ce flou vous observez ces comportements, par conséquent, il faut plus aller en direction des textes pour comprendre ce qui est l’islam, et ainsi vous pourrez distinguer entre le fait et l’écrit.

      l’islam n’est pas une religion, d’ailleurs le mot religion en arabe désigne plus ce que l’on désigne en français la prière, qui elle sous entends l’invocation, l’acte de la prière en arabe est ES-SALATE littéralement qui veut dire la connexion ou la liaison.

      l’islam est désigné en arabe par le mot DINE qui peut se traduire par éthique, valeur, façon de vivre, comportement… mais ce n’est surement pas religion, « RELIGARE »

      de plus, en islam chacun est responsable de ses propres actes, et on réponds devant Dieu de la responsabilité dont on avait la charge envers autrui.

      nul clergé qui dicte la loi ou qu’il parle au nom des autres, à charge pour chaque musulman de s’enquérir du savoir auprès de ceux qui ont la science, mais en aucun cas il doit prendre pour argent comptant ce qu’il entendra des autres, il écoute pour comprendre, le coran et les hadiths sont la référence en cas de conflits ou divergences.

  • avatar
    23 janvier 2014 à 13 01 37 01371
    Permalink

    @Colette Provost

    Merci pour votre article qui nous renseigne sur la réalité vécue par des femmes voilées, ici chez nous. Il y a dans toutes choses des pour et des contre.

    Quels que soient les idéaux d’une religion, ce qui compte c’est la manière dont les gens la vivent aujourd’hui dans le quotidien. Je ne peux qu’espérer que les femmes de toute appartenance finissent par vivre sans crainte d’être ostracisées.

    @chafy
    J’aime votre « … en islam chacun est responsable de ses propres actes, et on réponds devant Dieu de la responsabilité dont on avait la charge envers autrui.»

    C’est ainsi que tout individu devrait vivre : être responsable de ses actes. J’ajoute aussi de ses choix.

    Quant à la responsabilité dont on a la charge envers autrui, celle-ci, à mon avis s’applique à l’éducation des enfants. Notre responsabilité envers les autres est de les laisser libre d’être et de respecter leurs choix.

    CAD

    • avatar
      23 janvier 2014 à 13 01 52 01521
      Permalink

      « Je ne peux qu’espérer que les femmes de toute appartenance finissent par vivre sans crainte d’être ostracisées. »

      Très intéressant cette notion de faire disparaître la crainte d’être ostracisé. Mais pour y arriver, ce n’est certainement pas en défendant les « ports ostentatoires » de quoi que ce soit. Ce serait plutôt en les permettant et en éduquant les individus.

      La question devient alors: Est-il encore possible aujourd’hui, d’ajouter socialement à l’éducation d’un individu?

      J’en doute un peu.C’est un travail qui revient aux parents, je pense; mais là…

      Amicalement

      André Lefebvre

    • avatar
      23 janvier 2014 à 14 02 10 01101
      Permalink

      @ CAD
      en islam vous avez deux types relations dont découlent des responsabilités, la verticale et l’horizontale.
      la verticale c’est celle qui vous lie à Dieu, pour celle la vous êtes seul responsable de vos actes.
      l’horizontale c’est celle qui vous lie avec les autres, et par apport à celle la Dieu sera le juge.

      l’islam a pour mission de protéger et d’organiser cinq aspects de la vie de l’être humain: sa foi, sa morale, sa sexualité, sa dignité, et ses biens.

  • avatar
    23 janvier 2014 à 16 04 28 01281
    Permalink

    C’est le gros bon sens. Il n’y as que l’intégrisme qui sortirait gagnant de l’échec de la charte des valeurs (laicitée).

    Une relation avec un Dieu tel que je le concois, ne nécessite aucunement l’intervention de curés ou d’imam et ce réfère uniquement a cette relation car rien n’y personne ne saurait s’imposer dans cette relation sans poser un acte des plus orgueilleux en prétendant savoir ce qui es mieux que ce que me dicte ma conscience…inspiré !

    Le problême avec les religions, j’inclus l’islam quelle en soit une ou pas, est l’instrumentalisation qu’en font les assoiffés de pouvoir de même que l’interprètation qu’ils en font et qu’ils imposent .

    bonne journée

  • avatar
    23 janvier 2014 à 21 09 40 01401
    Permalink

    Mon approche est inspirée du rejet du multiculturalisme, elle s’inspire donc de l’esprit républicain.
    Je conviens que les musulmans agissent selon leurs traditions dans les pays qui ont vu naître cette pratique. Ici, il faut attendre des musulmans, par respect pour la société qui les accueille, qu’ils acceptent les lois et les coutumes autochtones. De même que, choisissant de vivre en Arabie saoudite il nous faudrait vivre selon les règles, les rites et les coutumes locales. Aussi archaïques soient-elles à nos yeux.

    Les musulmans ont de belles idées mais ce ne sont que les leurs et ils doivent accepter la relativité des civilisations et se plier aux coutumes des milieux dans lesquels ils choisissent de s’établir. Nous ne sommes pas en terre musulmane. Les frontières sont une convention qui a vu le jour pour assurer que tout ne soit pas partout pareil.

    Salutations Colette

Commentaires fermés.