« Votez (un budget), arrêtez cette comédie et mettez fin à cette paralysie! » : Président Obama

UN OEIL SUR LES USA:
Franklin

Cet article est paru dans le journal l’Echo, en Belgique.  C’est celui qui semble le plus conforme a la réalité ,car tout ce qui est publié sur ce sujet aux USA est biaisé par la politicaillerie qui a replacé une vrai vision de gouvernance,   http://www.lecho.be/r/t/1/id/9414666.

USA: scénario « potentiellement catastrophique »

Alors qu’aucune solution n’a encore été trouvée à la crise budgétaire, le président américain a annulé un déplacement qu’il devait faire en Asie. Le différend budgétaire menace par ailleurs de s’étendre à la question du relèvement du plafond de la dette, ce qui placerait les USA à court de liquidités le 17 octobre. Un scénario « potentiellement catastrophique », selon le Trésor, qui inquiète notamment le Japon.
Le président Barack Obama a annulé sa tournée en Asie la semaine prochaine en raison de la crise budgétaire aux Etats-Unis, qui entre ce vendredi dans son quatrième jour. Et aucune perspective de solution rapide n’est en vue.

« Etant donné la paralysie de l’Etat fédéral, le voyage du président Obama en Indonésie et au Brunei a été annulé. Le président a pris cette décision vu la difficulté d’organiser un déplacement » en une telle période, a précisé l’exécutif américain.

De même source, c’est le secrétaire d’Etat John Kerry qui dirigera les délégations américaines en Indonésie et au Brunei, où vont se dérouler respectivement le sommet du « forum de Coopération de l’Asie-Pacifique » à partir de lundi, puis le sommet de l’Asean (Association des nations d’Asie du Sud-Est) et de l’Asie de l’Est à partir de mercredi.

Obama avait préalablement décidé d’écourter la tournée qu’il prévoyait dans la région, en renonçant à des étapes initialement prévues en Malaisie et aux Philippines, là encore en raison de la crise budgétaire.

Alors qu’aucun accord n’était en vue, le président a haussé le ton jeudi. Il a accusé le président de la Chambre, John Boehner, son principal interlocuteur, de ne pas vouloir « s’aliéner les extrémistes dans son parti ».« Votez (un budget), arrêtez cette comédie et mettez fin à cette paralysie! », a lancé le président américain lors d’une intervention au ton musclé dans une PME de Rockville (Maryland, est) près de Washington.

Faute d’un accord sur le budget au Congrès, les administrations centrales des Etats-Unis sont partiellement fermées depuis mardi matin, et quelque 900.000 fonctionnaires fédéraux, soit 43% des effectifs, ont été mis d’office en congés sans solde selon le site GovExecutive

Jeudi, la Chambre des représentants, dominée par les adversaires républicains d’Obama, a une fois de plus voté des mesures partielles et temporaires assurées d’être rejetées par le Sénat à majorité démocrate et la Maison Blanche. Face à l’importance de la crise, le Sénat américain devrait rester en séance tout le week-end, selon le chef de la majorité démocrate Harry Reid.

Vers un défaut de paiement?

Les troupes de Boehner, opposées à la réforme de l’assurance-maladie promulguée par Obama en 2010 et dont un volet crucial est entré en vigueur mardi, refusent de voter un budget qui n’en supprimerait pas le financement. Ces élus ont aussi menacé de lier cette question à celle du relèvement du plafond légal de la dette, nécessaire d’ici au 17 octobre.

Les 900.000 fonctionnaires américains (soit 43% de la fonction publique) mis en chômage technique depuis mardi pourraient être payés rétroactivement. Il faudrait pour cela que le Congrès vote au final une loi rétroactive pour verser les salaires perdus.

Après trois semaines de paralysie fédérale en décembre 1995 et janvier 1996, plus de 800.000 fonctionnaires avaient rattrapé leurs salaires grâce à l’adoption par le Congrès d’une loi rétroactive. Et cette semaine, des élus de la Chambre des représentants et du Sénat ont déposé des propositions de loi à cet effet.
« Ils méritent leur salaire, pas une punition financière », a déclaré l’auteur de la mesure, le représentant démocrate Jim Moran, soutenu par près de 100 élus des deux partis.
Les républicains ont annoncé jeudi que la Chambre voterait prochainement sur le texte de Moran.

En attendant, les fonctionnaires renvoyés chez eux peuvent faire une demande d’allocations chômage, a précisé le département du Travail. Mais ces aides pourraient mettre deux à trois semaines avant d’être versées, et en cas de paie rétroactive, les bénéficiaires seraient dans l’obligation de rembourser les allocations perçues.

Si le Congrès n’y donne pas son feu vert, les Etats-Unis risqueront de se retrouver en défaut de paiement à partir de cette date, une situation sans précédent sur laquelle le Trésor a une nouvelle fois tiré la sonnette d’alarme jeudi.

« Le marché du crédit pourrait se geler, la valeur du dollar plonger et les taux d’intérêt américains monter en flèche, conduisant à une crise financière et à une récession qui rappelleraient les événements de 2008, voire pire », a averti cette administration dans un rapport évoquant un défaut de paiement « potentiellement catastrophique ».

Le Trésor américain a averti jeudi qu’un défaut de paiement des Etats-Unis sur leur dette« serait sans précédent et potentiellement catastrophique », avec un impact plus grave que la crise financière de 2008. « Le marché du crédit pourrait se geler, la valeur du dollar plonger et les taux d’intérêt américains monter en flèche conduisant à une crise financière et à une récession qui rappelleraient les événements de 2008, voire pire », écrit le ministère dans un rapport.

Et le secrétaire au Trésor Jacob Lew a enfoncé le clou en assurant dans un entretien télévisé qu’il serait « dangereux » de croire qu’il restait « des fonds de tiroir » pour assurer le fonctionnement de l’Etat sans augmenter la capacité d’emprunt de son pays.

A l’été 2011, un précédent blocage politique sur le plafond de la dette avait paralysé Washington, conduisant l’agence de notation Standard and Poor’s à priver les Etats-Unis de leur prestigieux « AAA », gage de solvabilité maximale pour les marchés financiers.

Tokyo s’inquiète

Le ministre nippon des Finances Taro Aso et le gouverneur de la banque centrale du Japon se sont montrés inquiets ce vendredi du possible impact de l’impasse budgétaire américaine sur l’économie mondiale et sur le marché des changes.

« Si ce n’est pas résolu vite, il y aura diverses conséquences » sur la conjoncture économique internationale, a déclaré à la presse Aso, à propos des négociations pour le moment infructueuses entre républicains et démocrates sur le relèvement du plafond de la dette américaine.

Aso a aussi souligné que cette situation d’incertitudes sur les finances américaines risquait de faire vendre des dollars et acheter des yens, donc d’augmenter la valeur de la monnaie nippone, ce qui ne serait pas une bonne chose pour l’économie du Japon entrée il y a quelques mois dans une phase de reprise.

(Photo © Jonathan Ernst)

FRANKLIN