APRES 5 ANNNÉS DE GUERRE EN SYRIE (Déclaration de ROCML)

 

(En tant que  prolétaire révolutionnaire que faut-il penser de ce communiqué de ROCML (France) que nous publions ci-dessous ?  En toute apparence tout y est, la dénonciation de la politique impérialiste occidentale qui a soutenu – armer – former ces mercenaires terroristes pour porter la guerre en Syrie et en Irak et la dénonciation de la politique impérialiste russe qui a défendu ses intérêts en Syrie en soutenant le gouvernement de Bachar al-Assad. En finale, le communiqué termine son homélie par l’apologie de groupuscules Kurdes nationalistes chauvins que ROCML présente comme ayant « mis en échec les tentatives de dépeçage de la Syrie par l’impérialisme et qui combattent, sous toutes ces formes, le capitalisme-impérialiste » (sic). Au passage, l’impérialisme n’est pas une politique mais une phase d’évolution du mode de production capitaliste…

Dans toute cette affaire syrienne-irakienne, l’erreur fondamentale des marxistes-léninistes et des autres gauchistes c’est de ne jamais se tenir sur des positions prolétariennes révolutionnaires. De s’en tenir à des positions sectaires et dogmatiques de groupuscule « militant ». Il cherche alors le groupuscule ayant le plus d’affinités avec leur groupuscule sectaire – habituellement un groupuscule défendant une faction de la bourgeoisie locale particulièrement  faible et délaissée par les grandes puissances – et le groupuscule gauchiste occidental proclame alors que cette faction est leur égérie, celle qui défend les intérêts du « peuple » (jamais de la classe ouvrière car la classe prolétarienne n’intéresse pas la gauche, ni la droite incidemment) contre les politiques impérialistes, ce qui est totalement faux. Aucune organisation, aucune fraction de la bourgeoisie en guerre au Moyen-Orient n’a de près ou de loin défendu les intérêts de la classe ouvrière irakienne, syrienne, libanaise, palestinienne, jordanienne, ou israélienne dans cette succession de conflits armés depuis vingt ans et même avant. La classe prolétarienne régionale a fui en grand nombre et elle ère sur les routes de l’exil, ou elle a servi de chair à canon dans ces guerres qui ne sont pas son affaire, ou encore, elle se terre sous terre attendant l’accalmie pour sortir des abris. Nous l’avons écrit dans des communiqués précédent, le nationalisme chauvin kurde ne peut en aucun cas devenir le défenseur du prolétariat régional multi-ethnique – déplacé et de plus en plus apatride. Le prolétariat régional ne se bat pas pour récupérer des « droits nationaux, la démocratie ou la liberté » qui sont des mythes petits bourgeois qui ont fait d’immenses ravages parmi notre classe sociale au temps des pseudos guerres de « libération nationale » – la Syrie de Bachar et l’Irak de Sadam furent justement des entités issues de ce mouvement capitaliste nationaliste. Le prolétariat régional ne se bat pas pour lui-même – pour ses intérêts de classe alors inutile de rallier quelque faction de la bourgeoisie que ce soit.

Enfin, contrairement à ce que prétend le communiqué de ROCML (France) : « Le problème principal au Moyen-Orient actuellement est l’intervention directe, armée des puissances impérialistes » (sic). Le problème principal de la classe prolétarienne au Moyen-Orient c’est l’existence du mode de production capitaliste – en phase impérialiste – et l’hégémonie de la classe bourgeoise locale alignée soit sur une alliance impérialiste soit sur une autre. La classe prolétarienne locale ne se sent pas la force suffisante pour renverser ces ploutocrates nationaux sous-fifres des oligarques internationaux qui sévissent à partir des capitales occidentales et asiatiques…alors attendons qu’elle se mette en route…  Bonne lecture du communiqué.  Robert Bibeau. Éditeur. Http://www.les7duquebec.com)  

**********

 

APRÈS 5 ANNNÉES DE GUERRE L’IMPÉRIALISME PORTE LA RESPONSABILITÉ DES MASSACRES DES PEUPLES DE SYRIE ET D’IRAK  Communiqué de  ROCML (France).

 
Depuis le mois d’août 2016, les forces d’Assad et de l’impérialisme russe, ainsi que des milices iraniennes et libanaises assiègent Alep, aux mains des rebelles financés par les Occidentaux et les pays du Golfe. Aujourd’hui, cette bataille touche à sa fin.

C’est une bataille décisive dans le déroulement de la guerre en Syrie

Alep est stratégique pour les impérialistes occidentaux. C’est un point essentiel pour ravitailler les rebelles en armes et en logistique et jouer le rôle de plaque tournante avec le reste de la rébellion. Quelles forces militaires se trouvent dans Alep-Est ? On a entendu beaucoup de choses dans les médias sur la prétendue Armée syrienne libre (ASL). Cette armée est en très large majorité composée des groupes réactionnaires islamistes, des agents de l’impérialisme occidental et de l’Etat turc, des ennemis mortels de tous les peuples.

Pour le régime d’Assad et l’impérialisme russe, la prise d’Alep est une étape importante pour obtenir une issue victorieuse de la guerre en Syrie. Face à cette défaite une campagne médiatique bat son plein en France pour venir « en aide » à la population d’Alep.

La dénonciation hypocrite et intéressée des faiseurs de guerre occidentaux

Le parti socialiste, le nouveau premier ministre Cazeneuve, EELV appellent le peuple français à se lever pour dénoncer les bombardements d’Alep par l’aviation russe et Bachar El Assad. Les grands médias à leur botte mènent campagne tambour battant en ce sens. Viennent-ils de se rendre compte que la guerre tue des civils ? Eux qui ont bombardé le Mali, la Libye, la Côte d’Ivoire, la Centrafrique ? Les voilà qui se présentent en vertueux hommes de paix, venant en aide aux innocents qui périssent sous les bombardements. Leur intervention en Irak, en Afghanistan a fait plus d’un million de morts, combien y-a-t-eu d’appels à se mobiliser contre la guerre dans les médias ?

Le PS a interdit les manifestations qui dénonçaient les bombardements israéliens en Palestine et appelle aujourd’hui à manifester contre les bombardements russes à Alep. Quelle hypocrisie !! C’est le criminel qui crie halte aux crimes ! Le gouvernement français dénonce les bombardements à Alep car ce sont les rebelles financés par les impérialismes occidentaux qui sont en difficulté. En vérité, ce gouvernement n’est pas schizophrène. Il encourage la guerre là où ses intérêts sont à conquérir (comme à Mossoul ou Raqqa), il dénonce la guerre là où ses intérêts sont menacés. A Alep, les rebelles que le gouvernement français a largement financés sont à l’agonie.

Il n’y a pas de doutes possibles : les groupes qu’arment et soutiennent les impérialistes, ne sont pas porteurs de progrès, de démocratie ou de révolution. Ce n’est pas en dépeçant la Syrie que le peuple syrien pourra avancer dans la voie du progrès social et démocratique.

En France tous les progressistes et anti-impérialistes conséquents dénoncent le rôle que la France a eu dans la déstabilisation et le développement de la guerre en Syrie, le soutien qu’elle a apporté aux groupes armés islamistes et réactionnaires en Syrie. Ils dénoncent la campagne hypocrite des médias-mensonges menée sur la guerre en Syrie. Le gouvernement français ne vise pas la fin de la guerre en Syrie et le retour de la paix. Il dénonce les bombardements russes parce qu’ils compromettent une issue favorable aux objectifs de l’impérialisme français.

Les impérialismes occidentaux ont instrumentalisé la colère légitime du peuple syrien !

Les peuples sont les victimes de cette guerre pour le dépeçage de la Syrie !  Lors du printemps arabe en 2010-2011, le peuple syrien s’était mobilisé pour réclamer de meilleures conditions de vie et des droits démocratiques car il subissait les effets de la crise économique et sociale, l’oppression d’un régime autocratique. C’est ce moment qu’a choisi l’impérialisme occidental, Israël et les pétromonarchies du Golfe pour lancer leur offensive contre la Syrie en aiguisant les oppositions religieuses et en armant les forces les forces réactionnaires islamistes. Cependant, les puissances occidentales sont aujourd’hui en échec ! Contrairement à ce qui s’était passé en Libye, ils ont trouvé sur leur chemin l’impérialisme russe. Ses intérêts géostratégiques ont conduit la Russie à apporter son appui à Assad pour vaincre la rébellion fomentée par l’impérialisme occidental. Poutine n’a pas agi par amour du peuple syrien ou pour les intérêts nationaux du peuple russe mais pour sauver et développer les intérêts de ses grandes entreprises monopolistes (exemple : Gazprom, l’industrie d’armement). L’un des objectifs de la guerre en Syrie est le contrôle des ressources et des routes stratégiques de Syrie pour les différents impérialistes. Celui des puissances occidentales est de créer un « nouveau Moyen-Orient » au service de ses seuls intérêts. Cette guerre est donc de la responsabilité principale de l’impérialisme. Tant que l’impérialisme aura la main en Syrie, le peuple syrien ne pourra pas être maitre de ses choix. C’est pour cela qu’en France, nous devons dénoncer le rôle des différents gouvernements en particulier et de l’impérialisme en général.

L’impérialisme hors du Moyen-Orient

Le problème principal au Moyen-Orient actuellement est l’intervention directe, armée des puissances impérialistes. L’impérialisme est faiseur de guerre et manipulateur de la révolte des peuples en utilisant la religion ou leur révolte pour leurs droits nationaux, démocratiques et économiques. Il n’hésite pas à mettre à feu et à sang toute une région du monde quand ses intérêts sont en jeu.

Les populations d’Alep ou de Mossoul mourant sous les bombes sont les conséquences sinistres de cette politique impérialiste. Ceux qui sont véritablement responsables de ces morts, ce sont ceux qui ont fomenté cette guerre en Syrie, c’est l’impérialisme, en particulier les impérialistes français, américains, russes et leurs alliés respectifs. C’est eux qui devront répondre de tous ces crimes ! L’intervention armée des impérialistes au Moyen Orient doit être combattue et doit cesser. L’intérêt des peuples et des travailleurs de la région est le retour d’une paix où les peuples de Syrie retrouveront leur souveraineté et leurs droits nationaux et démocratiques reconnus.

Dans cette lutte, les mouvements kurdes et arabes de Syrie et de Turquie montrent la voie, Rojava en est l’exemple concret. Nous nous devons de soutenir ces forces progressistes qui ont mis en échec les tentatives de dépeçage de la Syrie par l’impérialisme et qui combattent, sous toutes ces formes, le capitalisme-impérialiste.

ROCML (France).  Décembre 2016.   (Communiqué  reçu par courriel)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *