Attaques vicieuses contre le Québec francophone

vendredi 5 juin 2009

La bataille de Montréal est commencée

Les anglos-québécois, qui se faisaient discrets quand on leur brandissait la menace de la souveraineté, viennent de laisser tomber leur flegme britannique en lançant les hostilités linguistiques.
Sur les tribunes radiophoniques de langue anglaise (et elles sont nombreuses) on assiste à un déchaînement de fureur depuis que madame Louise Harel, une femme politique respectée de tous les Québécois un tant soit peu conscients, a décidé de se présenter contre Gérald « l’indécis qui ne voit jamais rien » Tremblay.
Et quand les anglos se déchaînenent, ils n’y vont pas avec le dos de la cuillère, comme on l’a vu dans le passé quand ils ont incendié le parlement de Montréal. Eh bien, l’histoire est souvent une répétition du passé puisque cette fois c’est le torchon appelé The Gazette qui ose comparer l’ancienne ministre péquiste des Affaires municipales à nul autre qu’un des pires scélérats répertoriés au Québec ces dernières années: Maurice « Mom » Boucher, emprisonné à vie pour le meurtre de deux gardiens de prison !
En procédant par une vicieuse analogie, le quotidien des anglos et des allos déclare littéralement la guerre aux Québec français. Soutenant qu’ils forment 40% de la population montréalaise, ils trouvent inconcevable qu’une indépendantiste unilingue française devienne leur mairesse. Remarquez que ce 40% est contestable et qu’il inclut tous ces immigrés qui sont beaucoup plus intéressés par les valeurs américaines que par la culture québécoise.
Force est d’admettre que certains porte-parole de la communauté anglophone se sont inscrits en faux devant cette intolérance raciste, notamment l’avocat Julius Grey qui admet que plusieurs de ses amis sont dégoûtés de l’administration actuelle autour de laquelle flottent des parfums de scandale.
Pour Jack Jebwab, directeur de l’Association pour les études canadiennes à Montréal, la candidate souverainiste risque de polariser les Montréalais, tant sur le plan linguistique que constitutionnel.
Eh oui, la bataille de Montréal, où une partie de plus en plus importante de sa population, refuse de s’intégrer au Québec francophone, est commencée. Fourbissons nos armes !

IGGY DIT NON AU QUÉBEC

Au même moment, le machiavélique favori des midinettes, Michael « Iggy » Ignatieff, vient enfin de montrer ses vraies couleurs…bien différentes des discours ratoureux qu’il a récemment prononcés pour faire la cour au Québec.
Iggy a en effet confié aux journalistes du Devoir qu’il n’était pas question de donner davantage de pouvoir au Québec au sein de la Confédération canadian ou encore de faire des gestes concrets pour donner du relief à la reconnaissance de la nation québécoise par la Chambre des Communes.
Le bel hypocrite, à l’origine du débat sur la reconnaissance de la nation québécoise admet maintenant avoir parlé à travers son chapeau, comme il en a l’habitude. Il estime que la reconnaissance de la nation québécoise est plutôt virtuelle, mais que rien de concret ne suivra.
Pour expliquer les choses clairement et appeler un chat un chat, il considère que les Québécois francophones forment une communauté culturelle au même titre que les descendants des Italiens, Allemands, Chinois, Ukrainiens, Algériens, etc, etc qui peuplent le Canada dans une espèce de melting pot à la sauce américaine, où Iggy a étudié et enseigné.
Relançant les hostilités, le chef libéral fédéral en remet: Le fédéralisme actuel fonctionne bien, dit-il et le Québec a tous les pouvoirs qu’il lui faut. Donc pas question de laisser le Québec avec la maîtrise complète de sa culture et de ses communications, comme même les libéraux fédéralistes provinciaux l’ont déjà réclamé !
Ça a au moins le mérite d’être clair: Ignatieff, non seulement ne comprends rien au Québec, mais il entend combattre vigoureusement ses aspirations légitimes.
Celui qui me dira qu’il n’est pas grandement temps de proclamer notre indépendance, à la suite d’une élection décisionnelle, n’aura rien compris.
Car, après celle de Montréal, la bataille du Québec doit commencer. Et ça presse car quand on se fait insulter le même jour par The Gazette et par Ignatieff, il est temps de nous préparer à combattre.
Fourbissons nos armes…

PIERRE SCHNEIDER

8 pensées sur “Attaques vicieuses contre le Québec francophone

  • avatar
    5 juin 2009 à 13 01 21 06216
    Permalink

    Comparer Louise Harel à Mom Boucher est de la mauvaise foi. Faudrait se rappeler que c’est dans son comté, soit Hochelaga-Maisonneuve, que régnait la terreur, il y a une quinzaine d’années. Qu’on se souvienne de cet enfant, Daniel Desnoyers, qu’on se souvienne de la guerre des motards, de l’opération Carcajou… bon sang, Louise Harel s’est battue pour redonner une fierté à ce quartier.

    Allez-y maintenant ! Vous allez voir qu’elle a fait un très bon travail.

    On ne sait plus quoi inventer.

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2009 à 13 01 50 06506
    Permalink

    La comparaison à Mom Boucher est certainement déplacée, je crois que le quotidien devrait se rétracter là-dessus.

    Deux petits points à rajouter: 1) pas surprenant qu’un grand nombre de citoyens de la portion ouest de l’île ne soient pas chauds à l’idée de voir Mme Harel arriver à l’hôtel de ville. Les fusions forcées et les défusions râtées ont prouvé que les deux grands partis politiques n’ont aucun repect de la démocratie. N’oubliez pas qu’il y a eu des référendums et que la voix du peuple n’a pas été respectée. Sur l’île et ailleurs (ex.: St-Bruno). Si on ne peut pas être fier de sa ville et la garder, comment peut-on faire la promotion de l’indépendance du Québec?

    2) Je ne vois pas quel est le problème à voter pour une mairesse unilingue francophone. Il y aura toujours un interprète au besoin, un porte-parole de l’administration pour les non-francophones, une communication (communiqués, site web, etc.) dans les deux langues, etc… On devrait quand même s’attendre à ce que les québécois anglophones et allophones soient en mesure de comprendre le français… non?

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2009 à 17 05 09 06096
    Permalink

    Michael Ignatieff a révélé jeudi soir le fond de sa pensée: pas question de donner davantage de pouvoir au Québec au sein de la fédération ou encore de faire des gestes concrets pour donner du relief à la reconnaissance de la nation québécoise. Vraiment désolant. Il est l’héritier direct des Trudeau-Chrétien-Martin et tutti quanti. Une image vaut mille mots: http://www.youtube.com/watch?v=U2VBsQSXe_Q

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2009 à 17 05 23 06236
    Permalink

    Évidemment, pour un politicien fédéralisant comme Ignatieff, le Québec n’a pas à avoir un pouce de plus! Un Québec faible dans un Canada uni, voilà ce qu’Iggy nous propose. Et en toute cohérence libérale, ça sent à plein nez une politique à la Trudeau, parfaitement digne de la grande famille.

    Parlant de tout ça, je suis tombé sur un vidéo qui en dit long… http://www.youtube.com/watch?v=U2VBsQSXe_Q

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2009 à 17 05 26 06266
    Permalink

    @ Francine

    Ha ha! Le temsp d’écrire le mien, je n’avais pas vu votre commenrtaire. C’est d’ailleurs vous qui m’avez pointé vers ce vidéo via un autre blogue. En tout cas, merci!

    Répondre
  • avatar
    5 juin 2009 à 23 11 13 06136
    Permalink

    Moi je vois Mme. Louise Harel à la mairie de Montréal, Mme. Pauline Marois première-ministre du Québec et Monsieur Gilles Duceppe à Ottawa. Nos planètes sont alignées, tout devient possible!

    Répondre
  • avatar
    7 juin 2009 à 20 08 08 06086
    Permalink

    daniel charette

    ÇÀ semble se diriger comme CELÀ…………………………
    Ignatieff a ENLIGNÉ les astres !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *