Élever un enfant: cher ou pas cher ?

enfant

DOMINIQUE BOISVERT :
(article écrit par Diane Gariépy présenté par D. Boisvert – août 2013)

Cher ou pas cher, élever un enfant ? Semblerait qu’il y a trop de militants, de journalistes et de travailleurs sociaux qui se plaignent pour rien. C’est ce que nous révèle l’Institut Fraser dans un avis publié récemment [1]. Il tranche : Non, élever un enfant pourrait coûter aussi peu que 3 000$ par année.

Bien évidemment, cette question intéresse au plus haut point les tenants de la simplicité volontaire.  J’ai souvent entendu lors des colloques du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) : « Élever des enfants, ça ne coûte pas si cher que ça !».

RQSV et Institut Fraser : même combat ? Loin de là. Si les affirmations des simplicitaires et celles de l’Institut Fraser semblent aller dans le même sens aujourd’hui, nous devons ici préciser que ces deux groupes ne s’adressent pas tout à fait au même public et que, plus fondamentalement, ils ne partagent pas le même rêve sociétal.

Le RQSV  interpelle particulièrement la classe moyenne qui s’est développée dans les suites de la Révolution tranquille et qui commence à s’effriter depuis la première crise du pétrole (1979), la hausse des taux d’intérêt des années 1980 et de la délocalisation des emplois post ALENA 1994.  La classe moyenne, c’est bien connu, dépense beaucoup trop pour des biens de consommation loin d’être toujours essentiels. Nous sommes devenus, au siècle dernier, cinq fois plus riches qu’en l’année 1900 mais sommes-nous devenus cinq fois plus heureux ? Nous nous sentons dispersés, stressés, angoissés; nous mangeons trop et devenons facilement compulsifs dans un tas d’autres domaines. Et quand un couple décide de fonder une famille, il n’est pas rare de le voir se mettre à exagérer en choix d’auto(s), en grandeur de maison, en jouets, en cours parascolaires, etc., et ce, au détriment des prochaines générations de parents.

Aussi, la simplicité volontaire vient rappeler aux jeunes parents qu’ils doivent recentrer leurs choix de vie sur l’essentiel, c’est-à-dire leurs enfants et non les modes, gadgets et fausses sécurités de tous genres.

Quant à lui, l’Institut Fraser s’adresse, particulièrement dans cet avis, à deux publics différents : il « sermonne » d’abord tous ceux et celles qui, selon eux, se trompent dans leurs estimés sur le coût pour élever un enfant.

« The social welfare community, a broad coalition of public service workers, social activists, academics, and many journalists, is active in lobbying the state for more resources for families with children »

Puis, il « encourage » les couples, même les moins fortunés, à faire des enfants. Témoignages à l’appui :

“I never went hungry or cold, and am well edu­cated with a great career. Oh, and I grew up in a family of ten, with one work­ing parent. Adjusted expectations are perhaps in order.”

 “Many of the GTA immigrants handle child care differently. One grandpar­ent or both look after the kids. They live together in one dwelling and save on housing costs and daycare.”

Et, finalement, la visée politique est clairement avouée :

This agenda, associated with left-liberal and social democratic positions, is part of a redistributionist perspective and it would be naive to ignore the influence it has on public policy.

“[…]Any evidence of suffering children is a powerful catalyst for public policy change. For this reason, it is important for researchers and policy makers to be particularly cautious with claims along these lines.”

Cette approche est très cohérente avec ce qu’est l’Institut Fraser :

« Une organisation à but pédagogique et de recherche internationale indépendante » qui envisage « un monde prospère et libre où les individus bénéficient d’un plus grand choix de marchés compétitifs, et de responsabilité personnelle ». Forbes a classé le think tank comme libertarien et le New York Times l’a décrit comme libertarien  et conservateur. »   [Wikipedia]

On le voit bien ici : le RQSV et l’Institut Fraser ne partagent vraiment pas le même rêve sociétal. Le rêve néolibéral (libertarien), c’est la loi de la jungle : les gros mangent les petits et tous les moyens sont bons pour y parvenir. Le rêve des tenants de la simplicité volontaire : une société basée sur la coopération, la confiance, la solidarité.

Alors, c’est cher ou pas cher d’élever des enfants ? Tout dépend de la société dans laquelle nous choisissons de les intégrer.

Se résigner à élever des enfants dans un environnement compétitif, du chacun pour soi, de priorité aux plus forts et aux plus riches ? Oui, ça risque de coûter cher, n’en déplaise à l’Institut Fraser.

Par contre, joindre les rangs de ceux et celles – de plus en plus nombreux- qui élèvent  leurs enfants au sein d’un réseau (famille, voisinage, commune, village, quartier) où la générosité, la confiance et le partage sont de mise ? Oui, je pense que ça peut être moins lourd sur les épaules des parents.

Une suggestion : Et si nous revenions à la famille élargie ? Pas seulement élargie aux liens de sang mais aussi aux voisins, aux grands-parents, mettant à contribution l’énergie des plus jeunes, remettant sur pied des garderies autogérées, et favorisant les échanges de services : salles communes, prêts d’outils, d’autos, de vélos, de livres, ouvrant des joujouthèques, faisant des assemblées de trocs, choisissant des piscines de rue ou de quartier (au lieu d’avoir chacun sa piscine dans sa cour), apprenant à travailler et à jardiner ensemble. La liste pourrait s’allonger encore… Je vous laisse y rêver.

P.S. : Et dans ce réseau auquel je souscris, on ne présume pas – comme semble le faire l’Institut- que les femmes doivent rester à la maison pour s’occuper des enfants : on se donne des mécanismes collectifs pour s’assurer que la garde des enfants devienne l’affaire de tous. Ne dit-on pas que ça prend un village tout entier pour élever un enfant?

 

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l'analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L'ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d'aujourd'hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

Une pensée sur “Élever un enfant: cher ou pas cher ?

  • avatar
    11 octobre 2013 à 10 10 12 101210
    Permalink

    Est-ce du cynisme ?

    Quand on pense au fardeau fiscal qu’ils paieront pour nous, c’est pas cher.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *