Hollywood, machine à propagande

Hollywood, quartier de la ville de Los Angeles son identité culturelle en tant que centre historique des studios de cinéma. Au cours des années 1910, Hollywood devient le principal centre de production de la nouvelle industrie cinématographique.

Pour le cinéma américain, l’exportation est d’environ 80% dans les pays européens et moins de 50% pour l’Inde, le Japon et le Royaume-Uni. La culture américaine de base est célèbre dans le monde;  » la boulimie de la culture : Paramount et Columbia Picture sont deux sociétés de production cinématographique.

Tout d’abord, dans le cinéma hollywoodien étant considéré comme le plus grand vecteur de diffusion de la culture américaine, on constate qu’effectivement, leur nourriture, leurs marques, leurs moeurs, leur religion, leurs opinions, leurs économie, sont présents dans la plus part de leurs film. Si le sujet principal de film n’est pas orienté directement vers cette  » propagande », elle transparaît toujours.

Puis, c’est aussi à travers les grands clichés hollywoodiens qui marquent les esprit que cette culture est répandu. Nous connaissons tous le fameux  » Happy End », ou les Walt Disney.

À Hollywood, comme dans toutes les autres industries cinématographiques, les acteurs sont récurrents. Une palette d’acteurs qui plaît, celle-ci représente bien la diversité américaine. Limages‘industrie cinématographique aime accumuler les clichés, reprendre les mêmes recettes qui fonctionnent pour ses éternels comédies romantiques, films d’actions et autres long métrages qui ne brillent pas par leur originalité.

Mais Hollywood aime aussi véhiculer des stéréotypes précis, du type « A Moscou il neige », « Un test ADN, ça prend 2 minutes »… Et sur le blog « Petit Illustré des clichés hollywoodien » (http://allanbarte.tumblr.com/page/2), le dessinateur a donc décidé de les mettre en forme et en images sur son blog.

 Exemple : Avatar, quelques allusions douteuses dans ce chef-d’oeuvre. Même si la planète Pandora est menacée de colonisation par des humains cupides à la recherche de matières premières. Evidemment, c’est un projet qui évince totalement les Na’vis, habitants de la planète en question. Si on s’arrête là, on se dit qu’ Avatar est une critique sans compromission du colonialisme et de l’impérialisme mais défend aussi la protection de l’éco-système. Mais en cherchant plus loin, on se rend vite compte que tout n’est pas si clair. Il a fallut aux Na’vis le héro blanc pour les sauver du sort qui les guettait. Il va sans dire, que sans le sacrifice et l’aide de ce dernier, tous ces « primitifs » auraient été décimés… D’autres scènes du film prêtent également à confusion.  Avatar reste malgré tout une oeuvre inégalée, mais la polémique est lancée…

Toujours du côté des US où les noirs ont la possibilité de produire leur TV shows, que vois-je? Que ces mêmes clichés sont repris par la communauté. Dans les comédies ont réutilise allègrement les gags plus ou moins réussis des Martins Lawrence, Eddy Murphy. Ok, ils s’attaquent parfois avec brio aux habitudes de la communauté noire, mais ils répandent, peut-être inconsciemment, les idées préconçues sur les afro-américains. Je ne cherche à culpabiliser personne: on en a tous ris un moment, moi y compris. Cependant, à force de se voir comparer à des personnages fictifs, et aux défauts volontairement grossis, en raison de la similitude de la couleur de sa peau; on finit par ne plus en rire. On peut rire de presque tout, à condition que cela soit fait avec intelligence. Quant aux Sitcoms on est passé en quelques années de Cosby show à Ma famille d’abord. Il est vrai que de nombreux afro-américains ne se reconnaissaient pas dans Cosby Show: père medecin, mère avocate, enfants sérieux. De ce fait, les sitcoms se sont faites de plus en plus à leur image (parfois peu glorieuse). Pouvons-nous alors demander à Hollywood de jetter les clichés que nous prenons de nous-mêmes?

 

avatar

Rom Hun

Parisien depuis le début de mes études, un accident coupa la continuité de mes activités et lors de la reprise, l'actualité des médias mainstreams m'apparu dépassée grâce à l'engagement des publications alternatives. C'est dont à chacun de mener sa pierre à l'édifice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *