Les États-Unis, et non la Chine, constituent la véritable menace à la légalité internationale

Par  JEFFREY D. SACHS.  Le 12.12.2018.  Sur  Globe and Mail.

 

Jeffrey D. Sachs est un économiste américain et directeur du Center for Sustainable Development de la Columbia University.

 

Si, comme le prétendait Mark Twain, l’histoire rime souvent, notre époque se souvient de plus en plus de la période antérieure à 1914. Et comme pour les grandes puissances européennes à l’époque, les États-Unis, dirigés par un gouvernement déterminé à affirmer la domination américaine sur la Chine, poussent le monde vers le désastre.

 

Le contexte de l’arrestation du directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, une décision dangereuse prise par l’administration du président américain Donald Trump dans le cadre de son conflit qui s’intensifie avec la Chine, revêt une importance capitale. Les États-Unis ont demandé au Canada d’arrêter Mme Meng à l’aéroport de Vancouver en route de Hong Kong vers le Mexique, puis de l’extrader aux États-Unis. Une telle démarche est presque une déclaration de guerre des États-Unis au monde des affaires en Chine. Presque sans précédent, il expose les hommes d’affaires américains voyageant à l’étranger à un risque beaucoup plus grand que de tels actes soient commis par d’autres pays.

 

Les États-Unis arrêtent rarement des hommes d’affaires, américains ou étrangers, pour des crimes présumés commis par leurs entreprises. Les chefs d’entreprise sont généralement arrêtés pour leurs crimes personnels allégués (tels que détournement de fonds, corruption ou violence) plutôt que pour les malversations alléguées de leur entreprise. Certes, les dirigeants d’entreprise devraient être tenus pour responsables des méfaits de leur entreprise, y compris jusqu’à des accusations criminelles, mais le fait de commencer cette pratique avec un homme d’affaires chinois de premier plan – plutôt que les dizaines de PDG et de directeurs financiers américains coupables – est une provocation étonnante contre le Gouvernement chinois, et le monde des affaires et public.

 

Mme Meng est accusée d’avoir violé les sanctions américaines contre l’Iran. Cependant, considérez son arrestation dans le contexte du grand nombre de sociétés, américaines et non américaines, qui ont violé les sanctions américaines contre l’Iran et d’autres pays. En 2011, par exemple, JP Morgan Chasepayé 88,3 millions de dollars d’amende en 2011 pour violation des sanctions américaines à l’encontre de Cuba, de l’Iran et du Soudan. Pourtant, Jamie Dimon n’a pas été enlevé d’un avion et emmené en détention.

 

Et JP Morgan Chase était loin d’être le seul à violer les sanctions américaines. Depuis 2010, les principales institutions financières suivantes ont payé des amendes pour de telles violations: Banque du Brésil, Banque d’Amérique, Banque de Guam, Banque de Moscou, Banque de Tokyo-Mitsubishi, Barclays, BNP Paribas, Banque Clearstream, Commerzbank, Compass, Crédit Agricole , Deutsche Bank, HSBC, ING, Intesa Sanpaolo, Banque nationale d’Abou Dhabi, Banque nationale du Pakistan, PayPal, RBS (ABN Amro), Société Générale, Banque Toronto-Dominion, Trans Pacific National Bank (maintenant connue sous le nom de Beacon Business Bank) , Standard Chartered et Wells Fargo.

 

Aucun des PDG ou directeurs financiers de ces banques contraires aux sanctions n’a été arrêté et placé en détention pour ces violations. Dans tous ces cas, la société – plutôt qu’un gestionnaire individuel – était tenue pour responsable. Ils n’ont pas non plus été tenus pour responsables de la violation généralisée des lois qui a précédé ou suivi la crise financière de 2008, pour laquelle les banques ont payé des amendes d’un montant impressionnant de 243 milliards de dollars, selon un décompte récent . À la lumière de ce bilan, l’arrestation de Mme Meng est une rupture choquante avec la pratique. Oui, demandez des comptes aux chefs de la direction et aux directeurs financiers – mais commencez chez vous afin d’éviter l’hypocrisie, l’intérêt personnel déguisé en principe élevé et le risque d’inciter à un nouveau conflit mondial.

 

De manière tout à fait transparente, l’action des États-Unis contre Mme Meng semble réellement faire partie de la tentative plus générale de l’administration Trump de saper l’économie chinoise en imposant des droits de douane, en fermant les marchés occidentaux aux exportations chinoises de haute technologie et en bloquant les achats chinois de sociétés technologiques américaines et européennes. On peut dire, sans exagération, que cela fait partie d’une guerre économique contre la Chine – et de manière imprudente.

 

Huawei est l’une des sociétés technologiques les plus importantes de Chine et constitue donc une cible de choix pour les efforts de l’administration Trump visant à ralentir ou à stopper l’avancée de la Chine dans plusieurs secteurs de haute technologie. Les motivations des États-Unis dans cette guerre économique sont à la fois commerciales – pour protéger et favoriser les entreprises américaines à la traîne – et en partie géopolitiques. Ils n’ont certainement rien à voir avec le respect de la légalité internationale.

 

Les États-Unis semblent vouloir cibler Huawei, notamment à cause de son succès dans la commercialisation des technologies de pointe 5G à l’échelle mondiale. Les États-Unis affirment que la société pose un risque de sécurité spécifique en raison de capacités de surveillance cachées dans son matériel et ses logiciels. Pourtant, le gouvernement américain n’a fourni aucune preuve à l’appui de cette affirmation.

 

Une récente diatribe contre Huawei dans le Financial Times est révélatrice à cet égard. Après avoir concédé que « vous ne pouvez pas avoir de preuve concrète d’ingérence dans les TIC, à moins d’avoir la chance de trouver l’aiguille dans la botte de foin« , l’auteur affirme simplement que « vous ne prenez pas le risque de mettre votre sécurité entre adversaire potentiel. »En d’autres termes: Bien que nous ne puissions pas vraiment indiquer un comportement inapproprié de la part de Huawei, nous devrions néanmoins inscrire la société sur une liste noire.

 

Lorsque les règles du commerce mondial entravent les tactiques de gangster de M. Trump, les règles doivent disparaître, selon lui. Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeoavoué la même chose la semaine dernière à Bruxelles: « Notre administration », a-t-il déclaré, « sort légitimement ou renégocie des traités, accords commerciaux et conventions obsolètes ou néfastes les intérêts de nos alliés. »  Pourtant, avant de mettre fin à ces accords, l’administration les détruit par des actions imprudentes et unilatérales.

 

L’arrestation sans précédent de Mme Meng est d’autant plus provocante qu’elle repose sur des sanctions extraterritoriales américaines, c’est-à-dire sur l’affirmation des États-Unis qu’ils peuvent ordonner aux autres pays de cesser leurs échanges avec des tiers tels que Cuba ou l’Iran. Les États-Unis ne toléreraient certainement pas que la Chine ou tout autre pays dise aux entreprises américaines avec qui ils peuvent ou ne peuvent pas commercer.

 

Les sanctions à l’encontre de parties non nationales (telles que les sanctions américaines imposées à une entreprise chinoise) ne devraient pas être appliquées par un seul pays, mais conformément aux accords conclus au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies. À cet égard, la résolution 2231 du Conseil de sécurité des Nations Unies appelle tous les pays à lever les sanctions contre l’Iran dans le cadre de l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran. Pourtant, les États-Unis. – et seuls les États-Unis – rejette maintenant le rôle du Conseil de sécurité dans de telles affaires. L’administration Trump, et non Huawei ou la Chine, est la plus grande menace qui pèse sur l’état de droit international, et donc sur la paix dans le monde.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *