Les journalopes

Les Journalopes

Lève-toi… je te cause, lève-toi.

Non… je ne t’ai pas demandé de te lever… mais de t’élever.

élève-toi …oui… en bon français, ça signifie :

Qu’il faut apprendre à relever tous les défis :

Celui des amis… mais celui des ennemis aussi.

Oui… le sens de la vie est à ce prix… scribouillard !

Pour qui tu t’es pris ? Pour Louis Ferdinand Céline ?

Mais je te l’ai déjà dit, je crois

C’est écrit, noir sur blanc, sur ton bulletin de vanité

Que tu es mauvais et maniaque par-dessus le marché

Ta graphomanie n’a rien à voir avec de l’écriture

C’est tout sauf de la littérature.

A travers l’exhibition de tes sentiments, tu ne fais que remonter tes inhibitions à la surface… de te démonter la face.

Non, je ne te reproche pas de t’ouvrir

Mais de ne pas t’apercevoir que ça n’ouvre sur rien… que sur ton cabinet de toilettes…

tes confidences et tes romances n’intéressent personne

Qu’est-ce que tu racontes ?

Monsieur se prend pour un journaliste d’investigation ?

Il mène l’enquête… les faits, rien que les faits pour informer ses concitoyens, pour rendre service à la cité et lui ouvrir les yeux sur l’antichambre :

du pouvoir de l’argent et de l’argent du pouvoir. Orgasme pour tous !

Encore un évadé de closer ou un rescapé de Mediapart.

Informateur, non ce n’est pas un sot métier, c’est vrai … mais un métier pour les sots.

C’est un souci très particulier : il faut avoir une vocation de détective… il faut être détecteur… de métaux précieux… de secrets d’état…

de mensonges utiles !

Délateur… ça te va ? Vendu !

Tu n’arrête pas de fouiller dans les poubelles du voisin pour savoir s’il est bon ou mauvais contribuable.

En le dénonçant tu ne crois rien faire d’autre que ton devoir de bon citoyen.

Tu sais ce que t’es ?

Une vulgaire concierge qui voit tout ce qu’elle croit et passe son temps à relayer ses impressions… sur son blog de merde.

Non… tu ne m’emmerdes pas… tu T’EMMERDES ! Nuance !

Et tu compenses en communiquant ton malaise.

Non, ce n’est pas de la politique, c’est un tic de vieux garçon à la recherche du temps perdu et croit le retrouver sur les réseaux sociaux.

Vieux garçon, tu as beau faire, tu ne retrouveras plus le petit garçon que tu fus… et pour cause :

tu l’as toi-même tué !

Terminus tout le monde descend tout le monde.

avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *