POURQUOI LES RELATIONS PERSONNELLES SE SONT-ELLES TELLEMENT DÉGRADÉES AU TRAVAIL?

Par Nuevo Curso. Traduction

 

 

This article is available in five languages on this webmagazine:
Personnal-relationship-2.06.2019-English-Italian-Portuguese

La nouvelle la plus commentée de cette semaine lors des pauses est le suicide d’un travailleur d’IVECO après la fin d’une vieille vidéo d’une aventure sexuelle, que tout le personnel a envoyé à son partenaire.

Ils nous le vendent dans les médias comme « violence de genre« , mais nous savons tous que cela aurait pu être l’inverse. La victime était harcelée, soumise au chantage et duper par le propriétaire de la vidéo, un ancien amant selon la police. Mais ce qui est terrifiant et a suscité toutes les craintes, c’est la complicité nécessaire et superficielle des collègues – des deux sexes – qui se sont relayés jusqu’à créer un environnement irrespirable qui a fini par briser moralement la victime. Pourquoi nos peurs réveillent-elles cette triste histoire? Parce que cela met en évidence quelque chose que tous les travailleurs ont à l’esprit et qui, paradoxalement, mine continuellement notre morale.

Les ouvriers ne sont que des individus alors qu’ils ressentent de la colère contre la classe dirigeante. Ils deviennent des bêtes dès qu’ils s’adaptent à leur joug, cherchant seulement à rendre leur vie plus agréable sous le joug sans chercher à le briser.

F. Engels. La situation de la classe ouvrière en Angleterre, 1844-1845

 

La classe ouvrière a deux dimensions: une communautaire, une résistance et un soutien mutuel, qui a une certaine permanence dans le familier, dans l’intimité. Mais cela n’existe pas dans l’œuvre de beaucoup de « bonnes vibrations » qu’ils nous vendent et de beaucoup de morale féminine qui s’écrase. Nous n’allons pas au travail de notre propre volonté et le lien qui nous unit en dehors des moments où nous nous levons n’est qu’une situation courante de dépression. Seule une attitude « humaine » et morale peut être attendue de ses collègues lors de luttes. C’est la lutte qui nous rend dignes; Salariés, le travail forcé dégrade et dégrade les relations humaines.

 

Le prolétariat, lorsqu’il ne réagit pas, n’est que la force par laquelle le capitalisme se reproduit en tirant parti de l’apathie générale de son ennemi historique. La classe ouvrière n’est alors qu’un conglomérat amorphe de personnes qui gèrent du mieux qu’elles peuvent pour survivre dans une société insupportable, reproduisant l’atmosphère de concurrence et d’inimitié, l’esprit insensé du capitalisme. En un mot, il n’agit pas en tant que classe ayant des intérêts communs contre la vermine capitaliste.

Organisation et activité révolutionnaire, 1979

«ELITE» UN MODÈLE DE COLONIALISME
CULTUREL REPRENANT UN THÈME DE
L’IDÉOLOGIE DE LA TÉLÉVISION AMÉRICAINE:
FAIRE D’UNE PARABOLE DE LA SOCIÉTÉ DES
JEUNES SOUMIS À L’AUTORITÉ DANS
DES ENVIRONNEMENTS IMPRODUCTIFS.

C’est la base toujours présente. Mais il y a plus, plus de nuances. Nous nous rendons compte qu’il est de plus en plus courant de rencontrer une fragilité émotionnelle certaine et dangereuse: les personnes des deux sexes ne pouvant pas supporter que leurs relations soient terminées, elles doivent humilier publiquement leur ex de manière plus ou moins nuisible pour dissimuler la honte et la peur qu’ils ressentent lorsqu’ils se sentent « abandonnés ». Chaque fois, il y en a plus et ils n’hésiteront pas une minute à transmettre une vidéo malveillante afin de montrer qu’ils sont différents, « différents », que, cette fois, ils ne sont pas la victime.

 

On blâme les réseaux sociaux ou la série Yankee TV, le discours ultraindividualiste permanent des « gagnants » et des « perdants », la « popularité » de l’institut, la nécessité d’attirer l’attention sans rien y apporter. D’autres vont se référer aux discours sur l’éducation des deux dernières décennies, à l’obsession d’éviter la frustration des enfants … Mais tout cela exprime bien l’idéologie.dominantes, bonnes adaptations et reflets des peurs des familles de travailleurs qui ont convergé avec l’école pour transformer l’éducation sentimentale des deux dernières générations en une machine à créer de petits enfants, toujours peur de cesser d’être « spéciale » et d’être rejetée … et irrémédiablement frustré à 30 ans. Les causes profondes, cependant, sont toujours matérielles. Bien sûr, ils ont raison sur un point: l’absence de responsabilités personnelles jusqu’à presque 30 ans est importante pour accélérer le processus «Sauvez-vous qui peut».

 

RÉPARTITION DE L’ÂGE D’ÉMANCIPATION

En Espagne, l’âge moyen d’émancipation est de près de 30 ans . Ce n’est pas une exception en Europe: les pays du Sud (Portugal, Italie, Croatie et Grèce) et deux pays de l’Est (Bulgarie et Slovaquie) ont également plus de 28 ans et demi. Les causes? Une corrélation évidente avec les niveaux de chômage des jeunes et l’absence d’un système de bourses d’études couvrant les coûts vitaux et de logement – à la allemande – permettant une vie indépendante de la famille… pour le compte de l’État.

 

EVOLUTION DU NOMBRE DE SUICIDES

Le capitalisme actuel peut continuer à accumuler du capital avec un certain succès. Cela se produit chaque fois que la crise se resserre, au prix de la précarisation et de l’ appauvrissement. Mais dans les phases de régression du PIB comme dans celles de «croissance», elle produit des vies dépendantes et précaires, soumises à une frustration permanente , objectivement incapables de se sentir utiles, poussées au délire pour trouver un sens minimum. Un véritable concasseur qui, en Espagne, laisse déjà 4 000 suicides et plus de 600 morts au travail par an. Non, ils peuvent masquer les chiffres et obtenir une « croissance », mais il n’y a pas de développement mais son contraire: déni permanent de l’humain qui nous déforme et nous tue.

 

C’est pourquoi nous sommes également perturbés par cette histoire dégoûtante. Parce que cela nous montre très clairement qu’il n’ya pas d’autre issue que de cesser d’être des personnes isolées qui cherchent à ne pas perdre la tête sous l’eau et rencontrer nos pairs sur un pied d’égalité, nous devons cesser de leur faire confiance pour des programmes « de changement » toujours menteurs et ennemis … et Prenons l’avenir entre nos mains … debout en tant que classe avant que le rouleau compresseur ne devance ce qu’il reste de notre vie et qui nous aimons le plus .

Lire aussi

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “POURQUOI LES RELATIONS PERSONNELLES SE SONT-ELLES TELLEMENT DÉGRADÉES AU TRAVAIL?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *