Présentation de la tendance internationaliste « Émancipation »

Par Nuevo Curso. Traduction

 

 

This article is available on this webmagazine in English-Italian-Porutuguese:
9.7.2019-Emancipation-English-Italian-Portuguese

 

«Es-tu Trotskiste?», «Vous êtes des Sedovites», «Vous êtes des gauchistes?», «D’où venez-vous?». Parmi les premières questions que nos lecteurs nous posent, beaucoup ont trait à l’origine et à l’histoire de notre tendance.

Pour cette raison, l’une des «choses» approuvées par le Congrès fondateur de l’émancipation était d’écrire un texte simple qui, en quelques points, expliquerait l’histoire de notre tendance et que nous pourrions incorporer à la liste de ce blog :  l’école du marxisme. Jusque-là, nous avions souligné le rôle de la gauche communiste qui travaillait dans notre langue, en prenant pour acquis la dimension internationale et la continuité – qui est la plus importante – avec tous les internationalistes révolutionnaires. Nous nous sommes rendus compte que c’était une erreur lorsque certains collègues d’autres pays ont commencé à nous définir comme des partisans de la gauche communiste espagnole.  Partie d’un processus historique beaucoup plus vaste, nous présentons le premier brouillon du texte que vous retrouverez désormais dans nos publications.

 

LEON TROTSKI ET NATALIA SEDOVA DANS LEUR MAISON À
COYOACÁN, PEU DE TEMPS AVANT L’ASSASSINAT DU PREMIER.

Notre tendance

Elle est née en tant que gauche communiste internationale poussée par l’opposition de la gauche russe dans la lutte contre la dégénérescence de l’Internationale. Constitue des fractions externes de la gauche ayant pour objectif de récupérer les partis du Komintern et intègre différentes tendances – dont beaucoup sont les fondateurs des différents partis nationaux – dans la construction d’une perspective de classe globale.

Trotski fonda la IVe Internationale en 1938, lorsque la capitulation sans lutte de l’Internationale devant le nazisme de 1933 ouvrit la voie à une nouvelle guerre mondiale et surtout après la défaite de la révolution espagnole de 1937, dans laquelle le stalinisme prenait pour la première fois le rôle de force motrice et de ligne directrice de la contre-révolution.

À partir de 1942, la bataille contre le centrisme à la IVe Internationale dénonce la renonciation au défaitisme révolutionnaire du Secrétariat international et la trahison de l’internationalisme des partis membres qui soutiennent les « résistances nationales ». Il adopte une politique indépendante de la direction centriste en 1944, qui appelle à la conversion de la guerre impérialiste en guerre civile révolutionnaire et dénonce le caractère impérialiste de l’occupation militaire russe dans les pays d’Europe orientale. La rupture devient formelle au deuxième congrès de l’Internationale (1948).

 

En 1949, il a été constitué en « Union internationale des travailleurs« , regroupant les sections et les factions internationalistes dans une rupture avec la politique de l’internationalisme. Parmi eux, les deux sections qui ont connu les deux révolutions caractéristiques de la période – l’espagnol et le vietnamien – et des fractions et des groupes de l’internation éteinte qui ont participé aux tentatives de la classe pour transformer la guerre impérialiste en une guerre civile révolutionnaire en Grèce , France, Allemagne et Italie. Ses bases reconnaissent la Russie stalinienne et ses satellites comme des capitalismes d’État et rejettent la « défense stalinienne de l’URSS », la possibilité d’une libération nationale progressive et en général le caractère progressiste de toute alliance avec des factions bourgeoises (??? NdT).

 

Il est réorganisé internationalement depuis 1958 sous l’acronyme FOR (« Revolutionary Workers ‘Development »), organisant dans les années 60 des sections en France, en Espagne, en Italie, en Grèce et aux États-Unis. À ce stade, la critique de la libération nationale – entamée dans les années 30 par la gauche communiste en Argentine – et le rôle des syndicats dans le capitalisme d’État, commencé dans les années 40 à l’UOI, sont essentiels. En 1961, FOR publie le « Manifeste communiste en faveur du deuxième parti », texte fondamental de  « l’équilibre de l’expérience » (??? NDT)  révolutionnaire dans les conditions du capitalisme en décadence. (??? NdT)

 

À partir de 2011, des initiatives apparaissent dans différents pays qui se consolident et se regroupent sur les positions programmatiques de la tendance. En 2017, le processus s’est accéléré et a abouti en juin 2019 à la constitution au Congrès de Llerena de « Émancipation » en tant qu’organisation politique globale et internationaliste.

 

Nous sommes aujourd’hui Emancipation / Émancipation / Emancipação / Emancipation / Emancipazione et nous publions un nouveau cours et une nouvelle école du marxisme

 

MANUEL FERNÁNDEZ GRANDIZO («MUNIS») EN 1977

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “Présentation de la tendance internationaliste « Émancipation »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *