QU’AVONS-NOUS APPRIS DE LA LUTTE DES CLASSES EN 2018?

Par Nuevo Curso. Le 30.12.2018. Sur Nuevo Curso

This article is available in English and Italian on this webmagazine:2.01.2019-English-Italiano-WHAT HAVE WE LEARNED FROM THE FIGHT OF CLASSES IN 2018

 

2018 a été une année très importante pour la lutte des classes. Toutes les faiblesses et les pièges qui ont paralysé et plafonné les grèves et les luttes des années 70 et 80 ont été revélés, mais cette fois, des moyens de les surmonter ont été exposés. Nous avons vu des grèves de masse, des luttes qui se propageaient, des assemblées, des comités élus et même des soviets. Panorama mondial sans précédent au cours des vingt-cinq dernières années.

 

Tout semblait indiquer à beaucoup de gens en 2017 que les protagonistes de la lutte de classe en 2018 allait être, encore une fois, une petite bourgeoisie de plus en plus folle qui traînerait les travailleurs sous leurs propres slogans. La peur de la lumpénisation dans les quartiers et des décennies de nationalisme peintes en rouge – et les médias insistent encore – sur la croissance illimitée de l’extrême droite et des « libérations nationales », sinon des deux, et le style Salvini . Cependant … que reste-t-il de tout celà?

 

La Catalogne en est un bon exemple: après la « fausse indépendance » et les élections du « jour des marmottes », le mouvement indépendantiste a plus d’un an de paralysie et d’impuissance politique . Et le nationalisme espagnol qui allait émerger en réponse? Il a trouvé un toit et a ajouté à l’impuissance des autres expressions de colère de la petite bourgeoisie espagnole. Son grand succès? Avoir divisé les voix sur « les façades de toute une vie » du PP, permettant, sans toucher à la loi électorale, une perspective ténue de majorités absolues sans l’approbation de la petite  bourgeoisie régionale nationaliste . Quel succès à attendre de revenir au point de départ après des années de gouvernements avec le bâton dans les roues!

 

2018 a montré à travers le monde que les révoltes nationalistes et xénophobes de la petite bourgeoisie ne conduisaient qu’à l’impuissance politique et au néant.

2018 a été l’année du retour des grèves de masse. Cela a commencé avec des mobilisations massives et ouvertes de classe au Kurdistan et en Iran . Peu de temps après, en Tunisie , des travailleurs sont descendus dans les rues et les quartiers. Dans un cas comme dans l’autre, les mobilisations se sont dégonflées et se sont arrêtées d’elles-mêmes, stagnant dans leurs propres limites. Que devait-on apprendre des mouvements d’il y a presque un an ? Il ne suffisait pas de prendre la rue. Nous l’avons résumé en deux choses: « Parlez en tant que travailleurs et organisez-vous en assemblées« . Et c’est précisément ce qui est apparu plus tard au cours de la grève de masse à Jerada (Maroc) et particulièrement en Iran, où nous avons vu non seulement des assemblées de masse et une extension des luttes, mais aussi les contours de nouveaux soviets, comités, conseils …

 

Les luttes de 2018 ont montré que deux choses que la « citoyenneté » écrasait sont nécessaires: parler de notre propre « nous » en tant que travailleurs et d’une véritable organisation dotée d’une capacité de discussion, de décision et d’extension.

 

 

Le printemps a amené les grèves d’Air France et des chemins de fer en France . Les deux grèves se sont conclues par la méfiance à l’ égard des forces prolétariennes  engendrées par l’ ancien piège syndical qui noyait les combats des années 70 et 80, les mêmes que ceux que nous avions vus en février dans l’Inti en Argentine , que ce même moment fut révélé au Portugal et puis nous avons vu à Navantia en Espagne : l’idée que la limite des luttes réside dans la viabilité de la société. La faisabilité, c’est-à-dire la rentabilité du capital, à laquelle il faut subordonner les revendications et les mobilisations des travailleurs car … comment allons-nous obtenir quelque chose d’une entreprise en faillite?

 

En Argentine, au Portugal, en Espagne, en France … les syndicats ont une fois de plus soulevé le vieux piège: des exigences subordonnées au « bon fonctionnement de l’entreprise », « comment allons-nous obtenir quelque chose d’une entreprise en faillite? »

La réponse, encore confuse, venait du lieu le moins attendu. Les « Gilets jaunes », un mouvement interclasse promu par la petite bourgeoisie provinciale française et suivis par des milliers de travailleurs atomisés et précaires dépendant de la voiture pour survivre à ceux que la taxe sur l’essence de Macron avait mis sur les cordes. Mais malgré l’horreur des drapeaux nationaux et des hymnes patriotiques qui représentent précisément la subordination de la lutte à l’ intérêt national , c’est-à-dire la rentabilité du capital, la classe ouvrière a pris pour « accrocheur » la mobilisation qui lui donnait un caractère massif et introduisant à chaque fois plus de poids propres revendications. Le fantôme de la grève de masse est revenu en Europe. Ce n’était qu’un fantôme: il n’y avait pas d’assemblées de masse, pas de comités élus et révocables, pas de soviets comme en Iran … et pourtant, il existait un principe d’affirmation des besoins humains génériques plutôt que de la « bonne marche » d’une capitale nationale angoissante. Il y avait une menace de constitution en classe . Et cela suffisait: le gouvernement français s’empressa de donner afin d’avorter l’horizon visé par le mouvement.

 

La force et le succès des « gilets jaunes » ne sont pas dus à ce qu’ils étaient, mais à ce qu’ils menaçaient de convertir. C’est pourquoi le mouvement est en réalité déjà dépassé sans avoir été vaincu dans la pratique . La principale leçon : le discours d’implacabilité et l’impossibilité de dépasser les limites du capital national, en l’occurrence le fameux « plafond européen du déficit », ont disparu dès qu’ils ont été menacés par une lutte généralisée des travailleurs. Merkel – l’Attila de la Grèce – a soudainement défendu la « flexibilité »… Il n’y a rien d’inaltérable dans les besoins du capital, il n’y a pas de limite « indiscutable » à nos besoins en termes de rentabilité. C’est l’inverse, si nous mettons un « toit » imaginaire sur nos luttes, si nous les subordonnons aux besoins du capital, c’est quand nous ne pouvons espérer rien d’autre que de nous appauvrir nous – mêmes et de manière précaire .

 

Les « gilets jaunes » ont montré que la rentabilité du capital n’impose aucune limite « indiscutable ». C’est l’inverse: si nous acceptons un plafond dans l’existence d’avantages, nous ne pouvons que nous appauvrir et devenir précaires.

.

L’année 2018 a été une année au cours de laquelle la lutte des classes a ouvert des portes et testé des solutions. Mais il a également montré de profondes faiblesses. Le principal : que même dans son moment révolutionnaire, la classe ouvrière a du mal à générer les avant-gardes dont elle a besoin pour faire avancer le combat, indiquant la voie à suivre et élevant le niveau suivant de slogans et d’exigences. De plus, sans équilibre, sans terminer un programme, la combativité atteint un plafond rapidement. Et bien que le parti soit un processus continu, la conscience théorique de l’expérience historique de la classe ne peut être laissée à la merci des luttes qu’elle doit mener pour avancer. Cette année, l’ Espagne a franchi des étapes prometteuses. Nous les avons suivis et soutenus. À partir de ce blog, de « l’ école du marxisme  » et des nouvelles initiatives que nous lancerons au cours de la prochaine année, nous essayons de fournir des outils pour que ce processus se développe. Mais rien ne servira sans l’essentiel: ce pas en avant, vous formez, discutez et organisez.

.
La principale faiblesse aujourd’hui est l’absence d’une organisation internationale capable de contribuer réellement au développement des luttes. Il y a des progrès, mais il manque le principe fondamental: le vôtre

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Une pensée sur “QU’AVONS-NOUS APPRIS DE LA LUTTE DES CLASSES EN 2018?

  • avatar
    2 janvier 2019 à 12 12 15 01151
    Permalink

    Bonjour… 2018, a été une année comme une autre… Sans importance, mais plus inégalitaire, car il y a un 99% d’abrutis et peureux qui continue à alimenter ce 1% avec la consommation, la tolérance et l’abrutissement d’humaniser le Capitalisme. Bref, on ne doit pas négocier avec ces salopards fils de pute de 1%, mais de construire sans eux!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *