Réformisme et lutte de classe à gauche

TITRE du volume :  Deuxième gauche, réformisme et lutte de classe
-Des années 60 à aujourd’hui-
Réflexions, éléments d’histoire sur : les gauches, les révolutionnaires, les syndicats…

Par  Daniel Poncet

 

En juillet 2016, après plus de 2 ans de recherches et de rédactions, Daniel Poncet vient de réaliser un ouvrage d’une actualité brûlante.  Diffusé par les Editions Prolétariennes, cet ouvrage est disponible en version pdf et en version papier (2 volumes).

**********

« Deuxième gauche Réformisme et lutte de classe » couvre une période de 20 ans (des années 68 aux années Mitterrand) et montre ses conséquences actuelles en 2016.  En quoi les années 68-88 sont-elles déterminantes ? Sont-elles le creuset idéologique, politique, économique, culturel d’un recul important du mouvement révolutionnaire mondial ?  La deuxième gauche (principalement celle d’Edmond Maire : CFDT et de Michel Rocard : PSU) n’est-elle pas  finalement responsable en grande partie du désarroi et du défaitisme des années 80 et suivantes ?
Comment la deuxième gauche a pu influencer, tromper des générations de militants ? Comment le poison de
cette « nouvelle gauche » toujours à l’oeuvre, développe et se nourrit de la confusion idéologique ?
Comment la deuxième gauche fut complice active de l’offensive idéologique contre le marxisme ?

**********

Cet ouvrage commencé en juin 2014 et terminé en juillet 2016 donne des éléments précis sur la tactique et la stratégie des syndicats (principalement CFDT et CGT). Il revient sur les luttes ouvrières emblématiques des années 70 (Joint français, Lip, Imro, Bourgogne-électronique, Parisien Libéré, sidérurgie…) et sur d’autres combats comme le Larzac, les comités de soldats, Malville, le féminisme, le boycott de l’Argentine, les comités anti-marée noire…

Avec ses 18 chapitres en 8 parties, ses 144 annexes, une bibliographie de 180 livres et de plus d’une centaine de journaux, brochures, revues… ainsi que des centaines de références et de titres d’articles, l’ouvrage très documenté, indiquant de très nombreux liens internet, pourra servir de base à une analyse critique du phénomène de la  » deuxième gauche « , de sa nature réformiste profonde, et montrer toute l’actualité et la nécessité du combat contre son influence.

-VOLUME 1- version papier- 262 pages – Format A4
au sommaire :
Préface – Présentation – Chapitres – Conclusion – Table des matières

-Volume 2- version papier- 234 pages -Format A4
au sommaire :
Présentation- Annexes- Notes- Index des sigles- Bibliographie-

contact – infos POUR OBTENIR LE VOLUME EN PDF :   edi.prol@yahoo.fr

 

Une pensée sur “Réformisme et lutte de classe à gauche

  • avatar
    15 décembre 2016 à 7 07 19 121912
    Permalink

    @Daniel Poncet

    Le sujet est ambitieux et je me demande si vous l’aver abordé sous le bon angle ?? Sous l’angle matérialiste dialectique et la lutte de classe. OUI vous reprener souvent les mots LUTTES DE CLASSE mais comme une variable parmi d’autres et surtout comme une variable dépendante or c’est l’unique variable indépendante dans une telle analyse. la LUTTE DE CLASSE EST au cœur de cette période historique très riche que vous aver l’ambition d’analyser et d’expliquer.

    Ainsi vous écriver ceci : « La deuxième gauche (principalement celle d’Edmond Maire : CFDT et de Michel Rocard : PSU) n’est-elle pas finalement responsable en grande partie du désarroi et du défaitisme des années 80 et suivantes ? Comment la deuxième gauche a pu influencer, tromper des générations de militants ? Comment le poison de cette « nouvelle gauche » toujours à l’oeuvre, développe et se nourrit de la confusion idéologique ? Comment la deuxième gauche fut complice active de l’offensive idéologique contre le marxisme ? »

    Vous accuser un courant idéologique – issu d’un courant politique – issu du recul de la lutte de la classe ouvriere sur le front économique de la lutte de classe d’être responsable du recul de la lutte sur le front économique de la lutte de classe – front sur lequel la NOUVELLE GAUCHE OPPORTUNISTE ET RéFORMISTE N’AVAIT AUCUN IMPACT – AUCUNE PRISE – AUCUNE AMBITION FéTU DE PAILE NAVIGUANT AU GRé DESS COURANTS.

    En effet, les victoires momentanées de la classe ouvrière au cours de ces années de fin de prospérité économique et de réalignement de l’impérialisme mondial ont fait reculer la lutte de classe du prolétariat sur le front économique ce qui a résulter en recul sur le front politique = dont la pseudo NOUVELLE GAUCHE fut l’expression réformiste-opportuniste et comme le font toujours les PETITS BOURGEOIS le tout fut formaliser – paraphraser – dans des tonnes d’écrits que la bourgeoisie de l’édition s’empressa de diffuser). Bref vous aborder l’analyse a l’envers partant de la résultante idéologique – pour comprendre la conséquence politique sans même comprendre que tout ceci fut au cœur de la problématique économique – les victoires sporadiques – réformistes – utopiques – éphémères de la classe ouvrière sur le front économique ont assuré la floraison de ce que Mao appelait cyniquement « Que cent fleurs s’épanouissent – que cent écoles bourgeoises rivalisent » et que Gobbels à peine plus cyniques appelaient « Menter – menter il en restera toujours quelque chose ».

    Je vous conseil de reprendre votre étude en partant du sous-bassement – le fondement qu’est la lutte de classe sur le plan économique – la lutte gréviste en gros – ses réussites ses échec, ses victoires passagères puis ses reculs répétés – le patronat reprenant ce qu’il avait du céder pour calmer la tourmente et ensuite comment tout cela s’est transformé en une vaste fumisterie g0-gauche NON PAS ANTI-MARXISTE – ON SE CHRIST DE MARX ET D’ENGELS – ce sont de bons diables mais ils ne sont pas les sujets ici – ANTI-PROLETARIENNE voilà le crime PCF, CFDT, CGT, PSU, etc. etc. NPA, etc… maoiste et meter en, c’est pas de l’onguent, les sectes pullulèrent à cette époque jusqu’à disparaître aujourd’hui – les pépères militants se repliant sur les ONG stipendiés ou il font leur beurre en écrivant des romans politiques… mystifiant tout – Comme si Michel Rocard avait la moindre importance historique.
    Bravo tout de même pour ce recensement de faits qu’il faut maintenant interpréter.

    Sorry camarade Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    AINSI les accords de Grenelle furent un tournant historique en France et en Occident dans la lutte de la classe ouvrière. Les Accords de Grenelle d

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *