SEULS LES COMMUNISTES PEUVENT ARRÊTER LE FASCISME RENAISSANT!

La tâche des communistes dans la phase historique actuelle de l’Italie

      This article is available in English-Italian-Spanish-Portuguese:
Solo i comunisti possono, e devono, fermare il rinascente nazi-fascismo…!- (1)

 

En Italie, le 25 avril et en Europe, le 9 mai 1945, terminée la deuxième guerre mondiale et anéanti le nazifascisme – œuvre fondamentale de la glorieuse Union soviétique – guidée par le camarade Joseph Staline et par l’effort de guerre surhumain de l’Armée rouge et les sacrifices énormes de tous  les peuples soviétiques et de la Résistance communiste civile et armée dans tous les pays européens, qui opérait tant sur le front de guerre que dans l’arrière-pays des forces armées nazi-fascistes – les gouvernements bourgeois, cléricaux et capitalistes des pays européens, dont l’Italie, alliés et asservis aux intérêts de l’impérialisme états-unien, en plus de l’impérialisme propre, à travers l’OTAN, ils ont joué et jouent le rôle de gendarmes et de guérilleros à la suite de la puissance militaire américaine déployée sur la planète, ont favorisé la résurgence de la culture de l’égout de l’histoire, la violence et le danger des tragédies musulmanes et hitlériennes passées.

Les gouvernements de la bourgeoisie sont particulièrement responsables – avec la préparation scolaire des nouvelles générations, la formation de la conscience civique des peuples et l’accomplissement des tâches institutionnelles – de ne pas avoir défendu les valeurs de l’antinazi-fascisme, e ne pas avoir suffisamment enseigné aux enfants et aux jeunes étudiants la tragédie du nazisme et du fascisme et de ne pas avoir maintenu vivante en eux la mémoire historique de ce qui s’est passé et l’ont fait pour favoriser le pouvoir politique et économique conservateur et réactionnaire dominant contre les forces du progrès social et contre la possibilité des masses laborieuses et populaires de conquérir, par la révolution socialiste, le pouvoir politique pour construire la nouvelle et supérieure société, fondée sur l’égalité, la démocratie prolétarienne et la dignité de l’existence humaine. Ils ont fortement favorisé la résurgence progressive et la diffusion dans les écoles et dans la société, avec la complicité directe des médias presse-radio-télévisés et web, la culture nazi-fasciste.

 

En outre, les gouvernements bourgeois de droite, de centre et de centre-gauche au cours des 75 années écoulées portent la responsabilité de ne pas avoir défendu la nature antifasciste de la République et de la Constitution et de ne pas avoir poursuivi des initiatives culturelles suffisamment évidentes, des manifestations de rue et des attentats impliquant des organisations et des personnalités clairement nazies. 60 millions de morts n’ont pas suffi, dont 27 des seuls peuples de l’Union soviétique, causés par le nazifascisme pour amener le pouvoir politique et économique de la bourgeoisie à maintenir vivante la mémoire historique du passé tragique.

Aujourd’hui la situation est tragiquement dangereuse, il n’y a pas d’autre temps à perdre, les communistes et toutes les forces progressistes doivent passer à la contre-attaque et bientôt pour barrer la route aux forces conservatrices et ennemies du progrès social, telles que les néo-fascistes et néonazis. Malheureusement, les nouvelles générations ignorent généralement ce qu’ont été le fascisme et le nazisme. Le révisionnisme et la transformation de l’ancien parti communiste italien (PCI) et de la gauche bourgeoise d’aujourd’hui ont joué et jouent, au gouvernement du pays ou à l’opposition, un rôle de désertion antifasciste, à l’enseigne des paroles de l’ordre de la conciliation entre les idéologies politiques et sociales opposées, des morts de la Résistance considérés comme égaux à ceux de la petit république de Salò, de la paix sociale, du bien-aimé et de tant d’autres chicaneries du genre, visant a gérer en paix le pouvoir et les intérêts du capitalisme et de l’impérialisme. Ce sont ces gouvernements, et ce sont eux, qui n’ont pas confié d’abord à l’école la tâche de la formation antinazi-fasciste des nouvelles générations et de poursuivre, par tous les moyens, toutes les expressions, manifestations ou violences fascistes et nazies.

Au contraire, nous avons eu les complicités de la dictature bourgeoise et capitaliste dans la renaissance et le développement de la réaction nazi-fasciste. Commençons par observer que la chute du régime et de l’État monarco-fasciste, la victoire de la Résistance et de la Guerre Civile de Libération, la proclamation de la République antifasciste et la promulgation de la Constitution démocratique, même de nature bourgeoise,

même par une faute révisionniste grave de l’époque PCI, ils ne portèrent pas au changement de l’ancien État, resté solidement entre les mains des forces conservatrices, avec des fonctionnaires, aux différents niveaux institutionnels, survivants du défait régime sabaudo-Mussolinien, l’amnistie généralisée d’une tragique mémoire lénalienne y contribua lourdement, laissant essentiellement l’appareil de l’État aux mains de vieux Violons monarco-fascistes. L’Etat est resté ce qu’il était avant et les forces de la réaction économique et politique ont eu un coup de main pour laisser les choses en place. Une situation bureaucratique qui a de plus en plus dégénéré, sur le terrain de la formation de l’appareil législatif et administratif, jusqu’à nos jours. À cela s’ajoute la dégénérescence progressive de la gauche bourgeoise intellectuelle, politique et syndicale.

 

Les forces nazi-fascistes dans leur réémergence et leur croissance ont été facilitées par le vieil appareil d’État, au point de représenter le danger actuel de l’extrême droite. Comment pouvons-nous oublier les différents gouvernements de centre-droit conduits par la démocratie chrétienne (DC), en particulier celui de Fernando Tambroni avec le mouvement social italien et divers monarchistes, les gouvernements de la corruption, des liens avec la mafia, de la vente des avoirs de la communauté en groupes monopoles privés nationaux et internationaux. C’est dans cette boue boueuse de mauvais gouvernements du centre démocrate-chrétien, du centre-gauche – gouvernements formés depuis une trentaine d’années par le DC, le parti socialiste italien et d’autres -, du nouveau centre-gauche qui a succédé au raid de tangentopoli des années 90, centre et centre de la Ces vingt dernières années, qui ont échappé au contrôle et à la détermination de la volonté populaire, que le néofascisme et le prétendu sovranisme au Tramp ou au Salvini – qu’il n’a rien à partager avec l’indépendance et la souveraineté nationale d’un peuple, avec le combat des gouvernements monopolistiques supranationaux, tels que celui d’Europe, ou de l’économie capitaliste et impérialiste mondialisée, ont résisté jusqu’à représenter un danger réel, même pour la démocratie bourgeoise de notre pays, un souverainisme qui ne soit que sous-culture, populisme, indifférence, électoralisme mercantile, néonazi-fascisme et constitue une menace sérieuse de nouvelles dictatures, persécutions, arrestations et exilés ou pour les communistes et toutes les forces démocratiques cohérentes et le soutien aux guerres impérialistes, une souveraineté qui se renforce au niveau électoral jusqu’à devenir une force politique, électorale et institutionnelle pour gouverner le pays et représenter un danger réel et proche pour le pays. la liberté démocratique et la viabilité, remportées après la défaite du régime monarque-fasciste de 1943 à 1945.

 

C’était une sombre histoire des 75 premières années de la République démocratique et du pouvoir politique bourgeois, clérical et capitaliste qui en découlait, qui rappelle essentiellement le massacre de Portella della Ginestra en 1947 en Sicile; le massacre de Reggio Emilia du 7 juillet 1960, sous le gouvernement démocrate-chrétien de Fernando Tambroni, qui a causé la mort de 5 travailleurs, tous membres du PCI; la tentative de coup d’Etat fasciste de Junio ​​Valerio Borghese, fondateur du Fronte Nazionale et en relation étroite avec Avanguardia Nazionale, qui s’est déroulée du 7 au 8 décembre 1970; la honteuse organisation paramilitaire Gladio, appartenant au réseau international Stay-behind (soutenu par l’arrière), promue par l’OTAN et organisée par « la principale agence de renseignement », la tristement célèbre CIA américaine, pour contrer une hypothétique invasion de l’Union soviétique et de ses pays adhérents au Pacte de Varsovie et à mettre fin à une éventuelle conquête du pouvoir par les partis communistes, en Italie par le PCI, tous des partis désormais bourgeois, sur la voie ignoble de la social-démocratie, du révisionnisme, du réformisme, de l’opportunisme et de la transformation capitaliste totale imperialiste. Gladio a dû faire face à ce contraste par des actes de sabotage, de guerre psychologique et de guérilla derrière les lignes ennemies, avec la collaboration des services secrets et d’autres structures politiques et militaires.

 

Et encore une fois: la soi-disant « stratégie de tension », menée par des forces d’extrême droite réactionnaires et fascistes, avec la complicité de services secrets et de secteurs déviants de l’État; le massacre de la Piazza Fontana à Milan, à la Banque nationale d’agriculture du 12 décembre 1969, qui a fait 17 morts et 88 blessés; le bombardement de la Piazza della Loggia à Brescia le 28 mai 1974, qui a coûté la vie à 8 personnes et à 102 blessés; le massacre du train Italicus, qui a eu lieu la nuit du 3 au 4 août 1974 à San Benedetto Val di Sambro, dans la province de Bologne, faisant 12 morts et 48 blessés; le massacre perpétré à la gare de Bologne le 2 août 1980, qui a fait 85 morts et 200 blessés; le massacre du rapide 904, également connu comme le massacre de Noël, qui a eu lieu le 23 décembre 1984 dans le long tunnel des Apennins, immédiatement après la gare de la municipalité de Vernio, dans la province de Prato, fait 16 morts et 267 blessés; les attaques de la mafia à Capaci et via D’Amelio à Palerme en Sicile le 23 mai 1992, avec 5 morts, et le 19 juillet 1992, avec 6 morts.

 

75 ans de républiques bourgeoises, religieuses, capitalistes et impérialistes – pas celle que les forces progressistes italiennes espéraient voir émerger de la dure lutte antifasciste menée pendant les vingt ans de Mussolini, de la chute de la monarchie, de la Résistance et de la guerre civile de libération – traversé par la naissance et la croissance d’organisations néonazi-fascistes, protégés par l’absolue liberté et l’impunité, au mépris de la nature antifasciste de la République et de la Constitution, de la mafia, de la ‘drangheta, de la Camorra et des autres organisations criminelles dominant la politique, les activités économiques publiques et privées, l’attribution de la gestion d’activités importantes, en particulier la spéculation bancaire et financière, la vente de monopoles privés de biens collectifs, le sang coulant sous l’action criminelle mafieuse, ‘Dranghists et Camorra avec des attaques contre des institutions et l’imposition de dentelles et de pots-de-vin , de la corruption qui a infesté les institutions de la République, des attentats, des massacres néonazi-fascistes, de la centralisation croissante de la richesse nationale entre les mains de quelques individus exploiteurs et voleurs du produit du travail prolétarien, de la création d’inégalités toujours plus grandes et de la discrimination sociale, au cours des dernières décennies L’augmentation progressive de la pauvreté, qui touche de plus en plus de secteurs de la population, et l’inhumanité envers les émigrés fuyant la famine et les guerres déclenchées par l’impérialisme américain et européen: tous avec la complicité de secteurs diversifiés des services secrets et institutions de l’État, des différents gouvernements successifs et des forces politiques qui les ont exprimés et soutenus.

 

Dans ces dernières années, la situation politique italienne, avec les gouvernements férocement impopulaires de Mario Monti, Enrico Letta, Matteo Renzi et Paolo Gentiloni – les trois derniers du PD, la nouvelle et non la moindre tragédie politique, institutionnelle et sociale de l’Italie républicaine – et avec les choix intérêts économiques oppressifs des peuples de l’Europe de la part du gouvernement ou de la Commission européenne, l’impérialisme bruxellois s’est encore aggravé et semble sur le point de ne pas revenir, mais nous ne devons épargner aucune énergie de la lutte politique révolutionnaire menée par le socialisme pour enrayer le danger Réelles d’un virage autoritaire nazi-fasciste très étroit en Italie et en Europe, des forces qui, de manière opportuniste, peuvent aussi être déguisées sous des dénominations indirectes, mais qui le sont en substance. La politique tragique des maitres gouvernements répressifs des besoins des masses travailleuses et populaires italiennes, la transformation capitaliste et impérialiste de la gauche historique italienne, qui laissa le prolétariat sans représentation institutionnelle et en présence d’une politique sans préjugés de la part de la droite néo-fasciste, populiste et indifférente raciste, sénophobe et répressive de l’émigration d’autres pays et continents a déterminé une orientation réactionnaire de la majorité de l’électorat italien, qui a conduit à la formation du soi-disant gouvernement jaune-noir du mouvement 5 étoiles (M5S) et de la Ligue, à sa chute, au la croissance électorale exponentielle de la Ligue et le danger réel d’un prochain gouvernement de droite, ou de centre-droit, évoquant les temps sombres du passé.

 

Matteo Salvini, chef de la Ligue et actuellement vice Premier ministre de l’Intérieur, probablement le prochain Premier ministre, grâce aux sondages qui lui donnent environ 35% des suffrages, déclare triomphalement et menaçant: « Je veux des pleins pouvoirs », tragiquement déjà demandé et obtenu avec le consensus électoral de Benito Mussolini en 1924, puis d’Adolf Hitler en Allemagne, avec toutes les tragédies qui ont suivi et que les grandes masses populaires et la jeunesse dominante d’aujourd’hui, sans mémoire historique, ont peut-être oubliées. Il est urgent d’arrêter la montée au pouvoir, surtout s’il est absolu, de la droite, qui bénéficie déjà de la sympathie et du soutien d’organisations néo-fascistes telles que Casa Pound Italia et Forza Nuova. Ces dernières années, les escouades de certaines origines néonazo-fascistes, de pierres tombales et de monuments de la lutte antifasciste, de la Résistance, de la Guerre civile de la libération et des sièges de travailleurs et de syndicats se sont de plus en plus défigurés, rappelant ainsi le meurtre de Giacomo Matteotti. et l’assaut des chemises noires contre les chambres de travail et le siège des partis antifascistes pendant les vingt ans de la dictature de Mussolini. Nous devons les arrêter avant qu’il ne soit trop tard. Comment?

 

Certes, il ne saurait s’agir des forces politiques du centre et du centre-gauche, à savoir PD, la gauche italienne (IS), etc., co-responsables jusqu’au cou de la droite de notre pays, d’empêcher la montée de la droite réactionnaire au gouvernement de la nation. Ils n’ont pas la culture politique progressive pour pouvoir le faire ni la crédibilité populaire, car ils sont correctement abordés avec le centre-droit avec l’expression électorale: « Ils sont tous politiquement égaux et dans la gestion des affaires de la riche bourgeoisie capitaliste et impérialiste ». Seuls les communistes marxistes-léninistes, inspirés par la pensée et le travail de nos grands maîtres du prolétariat international Marx, Engels, Lénine et Staline, ou de la nature et de l’organisation bolchéviques, des intellectuels d’avant-garde, des ouvriers avancés et tous sincèrement et concrètement, les forces progressistes possèdent la fiabilité, l’honnêteté, la passion et le renoncement politique nécessaires pour mériter l’estime et l’adhésion des masses populaires et populaires les plus larges au projet de changement radical visant à arrêter le néo-fascisme – et l’empêcher de revenir au gouvernement en soumettant l’Italie à la férocité d’une nouvelle dictature répressive, comme celle de 1922-1943 – et d’engager la voie révolutionnaire vers la construction de la société socialiste.

 

Pour atteindre cet objectif, il est prioritaire de réaliser l’unité la plus grande possible de toutes les organisations communistes au sein d’une même agrégation et autour d’un projet commun de changement révolutionnaire pour l’Italie. L’unité des communistes est d’une extrême urgence à mobiliser les masses laborieuses plus larges et à gagner le consensus et le soutien, à déjouer la perspective d’un nouveau gouvernement fasciste et à empêcher en même temps cet exécutif de tenter de proscrire le l’organisation et l’activité politique des communistes et à persécuter leurs opposants, de la même manière que cela s’est passé dans les vingt années noires du siècle dernier et que cela se produit tragiquement dans certains pays d’Europe orientale. Certes, nous, communistes, ainsi que toutes les forces sociales progressistes et en bonne santé morale du pays, ne sommes pas impressionnés par une telle éventualité, car nous avons déjà été vaccinés au cours des vingt dernières années et, comme nous avons gagné, nous allons certainement gagner, même maintenant, avec la différence. que, à partir de l’expérience des 75 ans de mauvais gouvernement de la République bourgeoise cette fois, la bataille se poursuivra jusqu’à la défaite totale de l’ennemi de classe, jusqu’à la conquête du pouvoir prolétarien et la construction de la société socialiste. Comme l’a proclamé Lénine dans les thèses d’avril 1917 en Russie, nous nous battrons pour que tout le pouvoir passe entre les mains des Soviets, c’est-à-dire de la compagnie et des conseils territoriaux des ouvriers et des ouvriers intellectuels.

 

À la prochaine chute du gouvernement, défini par d’autres comme jaune-vert, mais que nous, les communistes, préférons appeler ainsi le double adjectif noir-jaune, la dissolution prévisible du Parlement et le retour au vote – à moins que le défunt exécutif ne ressuscite ou ne se forme un autre, dit de but, entre forces politiques et parlementaires du centre gauche et du centre-droit unis, toujours de nature antipopulaire et dans le but de faire payer encore aux masses populaires la désastreuse situation économique de l’Italie, spécialement du sud par rapport au nord – les communistes italiens, comment doivent-ils se comporter? Commençons par dire que les élections bourgeoises sont maintenant devenues un véritable marché pour ceux qui ont plus d’opportunités d’investissement. On parle d’environ un million d’euros pour un candidat qui veut avoir la chance d’être élu. Qui peut se permettre de telles dépenses? La classe bourgeoise, les capitalistes et les grands partis, tous bourgeois et capitalistes de la fausse gauche à l’extrême droite, qui reçoivent d’importantes contributions électorales de l’État. À cela s’ajoutent les diverses lois électorales antidémocratiques, majoritaires, uninominales, dictatoriales et de type fasciste, qui prévoient une barrière de 3% pour entrer au Parlement et un bonus majoritaire avec plus de 50% des députés effet des circonscriptions uninominales. Dans ces conditions, il est presque impossible pour les communistes d’entrer au Parlement, malgré les dépenses d’énergie humaine, matérielle et financière considérables, qui pourraient être utilisées pour renforcer le travail politique révolutionnaire qui nous rapproche de la révolution prolétarienne et du socialisme.

 

En ces temps de campagne électorale anticipée, les Lega et les M5S du gouvernement mourant et des autres partis et listes en lice pour les prochaines élections politiques échangent de violentes accusations de mauvaise politique accompagnées des promesses électorales usuelles et trompeuses consistant à obtenir le plus grand consentement électoral possible. Tirant les leçons de l’expérience séculaire, des élections et de la sécurisation des sièges parlementaires, rien ne change concrètement pour résoudre les véritables problèmes qui rendent la vie des citoyens infernale, c’est-à-dire structurellement. La classe ouvrière intellectuelle et travailleuse ne tombe pas pour la énième fois, du moins dans sa majorité, dans le piège des promesses électorales captivantes, car, comme cela se produit régulièrement depuis l’unification de l’Italie, rien ne pourra jamais changer si la structure sociale capitaliste n’est pas changée et si impérialiste au socialiste premier et ensuite communiste, si tout le pouvoir ne passe pas entre les mains du prolétariat, si la propriété privée des moyens de production et le profit parasite qui en dérive ne sont pas abolis et si la nouvelle économie socialiste collectivisée supérieure n’est pas promue centralement planifié.

 

En particulier, parce que si le gouvernement actuel jaune et noir devait survivre ou si cela devait être un autre objectif, le législateur ou le président s’attend à une manœuvre économique pour 2020 de larmes et de sang ou de boucherie sociale pour les retraités, les travailleurs et les chômeurs, car il s’agit de prendre environ 50 milliards d’euros des conditions de vie déjà difficiles des Italiens, des écoles, de la santé, des transports et des services sociaux médiocres, disent-ils des commentateurs de télévision et de la presse écrite. La même chose se produirait avec un gouvernement issu des nouvelles élections, puisque les partis ou les listes qui remporteront les élections sont également capitalistes et impérialistes, prêts à sacrifier les intérêts des masses laborieuses et populaires sur l’autel de ceux des groupes monopolistes industriels, agraires et bancaires. et financiers, comme l’ont fait jusqu’à présent les partis bourgeois, clérical et capitaliste. Par conséquent, la seule voie viable et viable pour le prolétariat italien reste la lutte de classe de nature révolutionnaire pour arracher les conquêtes de classe et sociales à tout gouvernement bourgeois qui succéderait à l’actuel gouvernement, pour démasquer et délégitimer les syndicats avec la force de la mobilisation. régime capitaliste qui pendant des décennies a accepté les gouvernements techniques, de centre-droit ou de centre-gauche, pour entrer et voyager, enfin, sur la voie gagnante du socialisme et du communisme.

 

Cependant, le P.C.I.M-L. confie à l’organisation unitaire des communistes susmentionnée de décider de participer ou non aux prochaines élections bourgeoises, mais avec une condition bolchevique et léniniste, les représentants élus n’iront jamais au parlement pour gérer le pouvoir et l’État bourgeois que nous voulons renverser, mais uniquement pour amener la lutte de classe et la lutte révolutionnaire même au sein du pouvoir capitaliste pour favoriser l’amélioration des conditions de vie des masses laborieuses et populaires et pour rapprocher le temps de la révolution prolétarienne et du socialisme. En outre, chaque élu doit s’engager par écrit à démissionner si l’organisation communiste unitaire doit demander sa démission, alors que son travail institutionnel ne correspond pas aux engagements pris envers les électeurs et l’organisation candidate.

 

Le gouvernement noir-jaune sortant a déjà voté en deuxième lecture la réforme constitutionnelle qui réduit le nombre de députés de 630 à 400 et celle des sénateurs de 315 à 200. Pour être loi, seule la troisième lecture est nécessaire, mais avec la dissolution des chambres, le la réforme pourrait, au moins pour le moment, sauter. Le M5S, dans le débat électoral déjà engagé depuis des mois, demande au moins l’approbation finale de la réforme, en le justifiant par des économies d’environ 500 millions d’euros, faisant naturellement référence aux super salaires actuels des députés et des sénateurs. Le P.C.I.M-L. affirme sans l’ombre d’un doute que la réforme a été dictée par le super-pouvoir économique et financier capitaliste et impérialiste afin de mieux disposer d’un pouvoir décisionnel parlementaire plus agile, centralisé et contrôlable, soit la réduction de la représentation et de la volonté populaire, c’est une attaque ignoble contre l’institution de la démocratie, même si elle est de nature bourgeoise, il s’agit d’une tentative inconstitutionnelle, en ce qui concerne la souveraineté appartenant au peuple, de réduire de manière radicale le niveau actuel de représentation parlementaire de la population de 36,50%, enterrant ainsi si profondément la démocratie représentative du peuple. participation, la souveraineté et les besoins des Italiens. C’est une offense aux valeurs fondatrices de la Constitution, même bourgeoise, du fait de la lutte antifasciste, de la Résistance et de la guerre civile de libération, en fait cette réforme va de pair avec l’avancée de la droite néofasciste. Notre opposition de classe et révolutionnaire est ferme. Pour nous, communistes, baisser constamment, de l’ordre de milliards par an, les coûts de la représentation populaire parlementaire, du gouvernement, de la présidence de la République, des hautes fonctions de l’État et des institutions prévues par la Constitution, afin de maintenir le niveau actuel de représentation populaire dans les institutions parlementaires, pour défendre le degré de démocratie constitutionnelle bourgeoise qui a survécu aux 75 années de mauvaise gouvernance et pour améliorer les conditions de vie des Italiens, le problème n’est pas le nombre de sénateurs et de députés, ni les représentants de l’État, mais ceux qui ne sont plus supportables les riches salaires de ces messieurs, qui doivent être rapidement réduits au niveau du salaire d’un ouvrier qualifié, plus tous les frais de fonctionnement, en plus de la suppression de tous les privilèges dont ils jouissent actuellement et qui pèsent sur les poches des Italiens.

 

Face à cette situation politique et institutionnelle qui existe actuellement en Italie, à la confusion politique grave et idéale à la droite de la majorité de l’électorat italien – également parce que, depuis quelque temps, la fausse gauche, le prétendu centre démocratique et la droite sont égaux en culture politique, programmes et dans l’esclavage aux intérêts des monopoles capitalistes et impérialistes nationaux et internationaux – et aux lois électorales fascistes, qui ont éliminé la pure proportionnalité dans l’attribution des sièges au parlement, aux régions, aux provinces et aux municipalités, comment les communistes devraient-ils se comporter lors des prochaines élections politiques? Le P.C.I.M-L. estime que dans la situation donnée et compte tenu de ce qui précède, il ne vaut pas la peine de participer à cette compétition politique, ce ne serait qu’un gaspillage d’énergie, que nous pourrions mieux utiliser pour la réunification immédiate et initiale des communistes au sein d’une seule organisation politique – que nous pourrions appeler Coordination nationale entre tous. les forces disponibles qui font référence au marxisme-léninisme, c’est-à-dire à la pensée et au travail de Marx, Engels, Lénine et Staline, sans préjudice pour le moment et jusqu’à une nouvelle décision commune, à la persistance de l’autonomie et ‘indépendance idéologique et politique de chaque organisation participante – dans le travail idéal et politique de préparation et de rapprochement de la révolution et de la société socialiste, dans l’organisation unifiée des initiatives de lutte politique et ouvrière aux niveaux national, régional et local et dans le travail du prosélytisme et de l’émancipation idéale et politique de la classe ouvrière, de l’intellectualité d’avant-garde et des jeunes Je pointe vers la formation d’un nouveau levier des marxistes-léninistes.

 

Donc, à ce stade, la bataille électorale des communistes sera une abstention active et militante – mais soyons clairs, jamais par choix de principe, comme certaines organisations l’ont fait jusqu’à présent, à cause de l’abstention de principe et contre l’enseignement de Lénine. et l’expérience historique nationale et internationale du mouvement ouvrier et communiste – seront la délégitimation de gouverner nos ennemis de classe pour les politiques économiques et sociales contraires aux intérêts du peuple poursuivis jusqu’à présent, qui ont pénalisé les intérêts populaires et favorisé ceux de la classe ouvrière bourgeoise, ce sera la préparation des masses laborieuses et populaires au pouvoir de la société socialiste et de la démocratie prolétarienne, ce qui permettra au prolétariat de ne pas se méfier de la classe de la bourgeoisie vaincue et de la persécuter de manière adéquate. regagner le pouvoir, comme cela s’est malheureusement passé avec le monde socialiste réalisé au XXe siècle et qui sera, comme engagement immédiat, la campagne électorale porte à porte, entreprise par entreprise, bureau par bureau, école par école, hôpital par hôpital, territoire par territoire, de sorte que des cartons blancs sortent des cartons blancs Null, de manière à délégitimer les élus de la bourgeoisie exploiteuse de profits enlevés à la classe ouvrière. Différentes évaluations et choix politiques doivent être faits pour les élections administratives – même ici où les communistes cohérents, les marxistes-léninistes, ont la possibilité organisationnelle de présenter leur propre liste et seuls, sans aucune alliance avec les forces électorales bourgeoises, révisionnistes, opportunistes et mouvementistes. -, où les élections sont moins chères et leur performance est plus contrôlable par le parti, les candidats et les citoyens.

 

Le mot d’ordre doit être: « Donnez un vote politique, c’est-à-dire parlementaire, – immédiatement ou après un gouvernement éventuel appelé « but », technique ou du président, malheureusement toujours de nature capitaliste et impérialiste – aux partis actuels présents ou non dans le parlement, tragiquement bourgeois, qui se disputera la férule pour gouverner le pays, ne sert pas à édifier une société plus équitable, juste et digne; cela ne sert pas à changer la situation: l’augmentation de la TVA de 22 à 23%; de la précarité et du manque de travail pour les chômeurs; de la réduction annuelle des retraites d’un peu plus de 1 500,00 € bruts par mois en ne s’adaptant pas à l’inflation, réduisant ainsi son pouvoir d’achat déjà faible pendant des années et progressivement; de la contrainte pour les jeunes de chercher du travail à l’étranger; de l’Université moyennant des frais; mauvaise santé et vol de billets lors d’analyses, de visites chez des spécialistes, de tests de diagnostic et de médicaments; de l’exploitation du travail d’autrui; des pensions de faim; de l’augmentation progressive de l’âge de la retraite; la restauration de la juste cause dans les licenciements des maîtres de sangsues; des inégalités sociales entre les femmes et les hommes; de la pauvreté rampante; de soutien du pouvoir à des fins électorales; de la proposition malheureuse d’appliquer un taux d’imposition unique de 15% sur les revenus des riches et des pauvres, de sorte que même les services sociaux minimaux actuels ne puissent être garantis; financement aux entreprises privées sans garantie de maintien des niveaux d’emploi; de la direction ouvrière des entreprises qui ferment ou délocalisent leur travail à l’étranger – où les capitalistes peuvent exploiter le travail plus sauvagement – et avec le soutien financier de l’État; du coût de la vie élevé et de l’augmentation constante de l’énergie et des transports en commun; de la division de l’Italie en régions riches et pauvres; du retard structurel du Sud par rapport au Nord, qui découle de l’unité de l’Italie de 1860 et qu’aucun gouvernement de la bourgeoisie n’a voulu surmonter; du manque de temps libre pour les travailleurs et les travailleurs et environ 60% des Italiens; des salaires et des salaires de famine; de la chère maison; du fléau social de la mafia, du Drangheta, de la Camorra, de la drogue, du jeu, de la pathologie du jeu électronique ou du jeu; de la destruction de l’environnement avec la spéculation immobilière et l’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère; la privatisation de l’eau, des côtes et d’autres biens publics; de la radio et de la télévision publiques italiennes, maintenues par les citoyens et subordonnées au pouvoir dominant qui pénalise les forces politiques extra-parlementaires et non candidates qui ne peuvent pas participer aux affrontements électoraux et ne sont pas invitées aux débats politiques, culturels et sociaux; la propagation de la corruption à tous les niveaux institutionnels; du cancer de la gestion publique avec les méthodes déplorables de clientélisme, de favoritisme et de népotisme politiques, partisans et électoraux; des contrats et des concours truqués, en bref, de la mauvaise administration générale des affaires publiques; etcetera ».

 

Pour sortir de l’endettement de l’Etat – véritable sangsue du travail prolétarien -, formé de parasites entre intérêts financiers et financiers, il faut le rejeter rapidement, à l’exception des faibles investissements d’épargne des familles de travailleurs. La sortie de l’Italie de l’OTAN, de l’Union européenne et de l’euro est la voie principale et obligatoire pour sortir notre pays de la crise économique ininterrompue et pour promouvoir son développement structurel, économique et social, y compris l’assimilation du sud au nord.

 

Nous devons avoir la capacité de faire comprendre aux masses ouvrières et populaires que, du chaos et de l’inhumanité du système capitaliste et de son expansion impériale, nous utilisons constamment l’expérience historique, en particulier des siècles derniers, de peuples en lutte et sur le chemin de la conquête. construction d’une société supérieure [que nous, communistes, identifions d’abord dans la société socialiste, puis dans la société communiste, en excluant toute phase alternative ou intermédiaire autre que celle socialiste] et les enseignements qui nous viennent de la philosophie, de la théorie, de l’idéologie, de la doctrine et de la stratégie du bâtiment de la pensée communiste et du matérialisme historique et dialectique depuis ses origines jusqu’aux définitions théoriques et scientifiques de Marx et Engels – on ne peut sortir que par la révolution socialiste, qui balaye la structure et la superstructure de l’organisation sociale millénaire fondée sur la propriété privée des moyens de production et biens collectifs, s l’exploitation de l’homme par l’homme et l’accumulation privée de richesses produites socialement.

 

Bien sûr, nous savons tous que la révolution n’est pas inventée, il n’est pas improvisé de ne pas envoyer les énergies de l’assaut contre l’ancien régime décrépit, parce que ses réactions économiques, étatiques et militaires seront impitoyables et féroces sous le slogan « Avec l’ancien aussi, les nouvelles matrices, avec le passé aussi, l’avenir » et nous devons l’empêcher afin de le détruire dans l’œuf. Les prochaines révolutions socialistes triompheront comme celle du 7 novembre 1917 en Russie, bien que les temps de mise en œuvre, les modalités d’exécution et les tactiques du conflit puissent être différents. Mais le matérialisme historique et dialectique nous enseigne que dans le progrès de la nature et du genre humain, le nouveau finit toujours par s’imposer à l’ancien, le devenir sur le passé.

La rupture révolutionnaire avec le système social actuel putride n’a pas de voie à suivre sauf celle du révolutionnaire prolétarien et socialiste, elle ne sert pas l’utilisation des chemins et méthodes déjà utilisés par la bourgeoisie, tels que les alliances, les expériences et les divers outils mis en place qui elles sont également utilisées naïvement par les organisations qui se réfèrent génériquement à la doctrine communiste, en tant que relations ou alliances avec les organisations de la fausse gauche communiste, avec le M5S et d’autres, toutes expériences contraires à la stratégie et à la tactique de la lutte de la classe communiste et destinées à la défaite certaine, produire un effet anti-éducatif et anti-révolutionnaire sérieux parmi les masses laborieuses et populaires, tout comme le réformisme, le révisionnisme, la social-démocratie et le mouvementisme ont échoué et ont rendu le jeu de la classe ennemie.

 

La voie de la révolution socialiste est la lutte de classe du prolétariat, c’est la mobilisation de la classe ouvrière et de toutes les forces du progrès social dans les usines, à la campagne, dans les bureaux, dans les territoires et dans les universités, ce sont les revendications pour la conquête immédiate de une existence plus digne de travailleurs en attente de la révolution et de la société socialiste et constitue le soulèvement populaire pour la satisfaction des besoins de la vie quotidienne. Compagnons, ouvriers et intellectuels d’avant-garde, nous ne participons pas à la farce de cette énième élection politique bourgeoise, à savoir que quel que soit le résultat, rien ne changera pour la classe ouvrière par rapport au passé et à laquelle nous ne participons pas pour leur caractère mercantile et leur exclusion de la possibilité de en tant que représentants élus des partis mineur, prolétarien et communiste, engageons-nous dans la lutte décrite ci-dessus, contribuons à transformer le désespoir populaire, les luttes ouvrières, les grèves à venir et les manifestations contre le régime politique dominant en initiatives révolutionnaires pour la conquête du socialisme et la construction du nouvel Etat, l’Etat prolétarien selon les indications de Lénine, contenues dans son livre « Etat et révolution », unissons-nous dans un Front unique pour une stratégie commune lors des prochaines élections politiques, afin de définir un chemin de lutte de classe commun , pour nous présenter unis aux besoins de lutte du prolétariat italien , pour pouvoir mobiliser les masses les plus larges possible et créer d’emblée les conseils de travailleurs dans les usines, les paysans à la campagne, les employés de bureau et les étudiants des lycées et universités ‘order « Conquérir tout le pouvoir à la classe ouvrière intellectuelle et travailleuse ».

 

Vive Marx, Engels, Lénine et Staline! Vive le marxisme-léninisme!

 

Vive la lutte de classe pour la révolution et la société socialiste!

 

Vive le socialisme, vive le communisme!

Le comité central de P.C.I.M-L.

Secrétaire général le camarade Domenico Savio

 

Forio (métropole de Naples), 19 août 2019.

Pour les contacts: info@pciml.org

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

2 pensées sur “SEULS LES COMMUNISTES PEUVENT ARRÊTER LE FASCISME RENAISSANT!

  • avatar
    21 août 2019 à 15 03 08 08088
    Permalink

    Je suis d’accord avec le titre en partant, (je n’ai pas encore tout lu), mais à la condition que les  »communistes » se redéfinissent radicalement ! Ce ne sont sûrement pas les communistes en tenue d’apparat ou ceux qui excellent dans les discours oniriques, et on ne sait quels  »syndicaleux » opportunistes et autres  »leaders » factices qui vont y arriver ! Aujourd’hui, le travailleur lambda  »prolétaire » du 21ème siècle est plus instruit, plus intelligent, plus exigeant et plus méfiant des discours politiques ou idéologiques ou des appels à la mobilisation classiques dont les mouvements de contestation désordonnés et colorés…souvent naifs ! encore plus des appels à  »la révolution » ! Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est un cadre plus global qui intègre réellement les travailleurs spécialisés, les  »influenceurs », les universitaires, les ingénieurs, les cadres, les artistes, et les figures populaires pour les faire adhérer à un programme d’éveil collectif ! une révolution  »intelligente » qui reposerait sur des moyens technologiques, pédagogiques et respectueuse des spécificités des peuples, leur cultures, leur mœurs etc pour en faire un véritable mouvement planétaire qui revendiquerait un progressisme collectif et concerté ! et ceci, on ne le fera pas avec les armées de  »plumitifs » et d’internautes mobilisées en faveur de Moscou ou de Pékin qui se croient à la tête d’un mouvement de résistance global ! la guerre froide est finie depuis belle lurette, et les guerres entre narcissisme russe, américain ou chinois n’intéressent plus personne ! au contraire, ils alimentent la haine, et nourrissent le néo-fascisme à leur manière ! Bref… (il se peut que je revienne commenter en plus précis après avoir lu l’article au complet car ça m’intéresse et non pas pour donner des leçons ou pomper quiconque)

    Merci Robert !

    Répondre
  • Ping :SEULS LES COMMUNISTES PEUVENT ARRÊTER LE FASCISME RENAISSANT! – les 7 du quebec – DE LA GRANDE VADROUILLE A LA LONGUE MARGE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *