Souvenirs : Michel Fugain, le Big Bazar et l’esprit communautaire post 68

CHIEN GUEVARA :

Michel Fugain est un chanteur compositeur et interprète français, né le 12 mai 1942  à Grenoble.
Fils de l’ancien résistant et diabétologue Pierre Fugain, il abandonne ses études de médecine et devient second assistant du réalisateur Yves Robert.
En 1964, suite à une étroite amitié avec Michel Sardou, il entre aux nouvelles éditions Barclay en tant que « compositeur d’édition » et écrit ses premières chansons. Il est interprété par Hugues Aufray (1966), Hervé Vilard, Dalida, Marie Laforêt, etc.
Il enregistre un premier album en 1967 (Je n’aurai pas le temps, Les fleurs de mandarine) et en 1970, la comédie musicale « Un enfant dans la ville ». Cette dernière l’orientant de plus en plus vers la vie de groupe, il lance en 1972 une formation musicale qui va révolutionner la chanson française des années 70: Le Big Bazar.

http://www.ina.fr/video/I05041050

Une trentaine de personnes dont onze musiciens professionnels adhèrent à son projet. La grande aventure Big Bazar commence sans tarder avec des techniciens, des chanteurs, musiciens et comédiens vivant en communauté de travail.
Basée sur l’esprit communautaire hippie et révolutionnaire, la troupe est gérée en coopérative et composée d’une trentaine de personnes : musiciens-chanteurs-comédiens, la plupart débutants, et techniciens. Ils vivent en communauté de travail et partagent leurs gains.

A l’affiche de Big Bazar, on retrouve bien sûr Michel Fugain et Stéphanie Coquinos sa future épouse. On aperçoit également Christiane Mouron qui tiendra le rôle du petit clown de la troupe baptisé Kiki.
Puis on voit Valentine Saint-Jean alias Vava, la formidable chanteuse et Carine Reggiani, la fille de Serge Reggiani . Citons encore les sœurs Véronique Mucret et Dominique Mucret dite Mino, et Cordelia Piccoli, benjamine de la troupe et fille de Michel Piccoli.
Parmi les hommes, citons Pierre Fuger le chorégraphe, Jean-Pierre Lacot le « poète » et Gérard Kaplan le « petit homme ».
Mentionnons également Christian Dorfer, Maurice Latino alias Momo, Roland Gibelli et Roger Candy connu sous le nom de G.G. Candy, mari de Valentine Saint-Jean.
Chacun des membres tient donc un rôle précis mais la troupe est gérée en coopérative et les gains sont partagés.

La formation va produire et mettre en scène pendant cinq ans les plus grands tubes « made in Fugain »: La fête, Fais comme l’oiseau, Les Acadiens, Attention Mesdames et Messieurs, Bravo Monsieur le Monde, Une belle histoire, Chante, etc, … Jusqu’à l’explosion du groupe en 1976.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Lr73zhU0JB8

A l’occasion des FrancoFolies de 2010 au Canada, Michel Fugain reviendra sur l’esprit du Big Bazar, « une troupe qui ressemblait à l’esprit coopératif du Kiboutz, qui venait de la période après 1968 ; d’ailleurs, tout le monde était payé le même salaire ».
Le Big Bazar était organisé en société coopérative (tout le monde était payé au même tarif, Fugain comme les autres). « Le Big Bazar n’a pas d’employés, dit Fugain, que des actionnaires. » Machinistes, monteurs chantent en scène et récoltent leur part d’applaudissements.

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qwbY-tAsS6I

La réussite de Michel Fugain et de son Big Bazar, spectacle typiquement familial, est certainement la plus importante depuis des années dans l’histoire de la chanson française.
Et le tout, sans réel appât du gain, en quasi-autonomie, et en réel communautarisme basé sur le système de coopérative.
Une expérience unique dans le show-business !


L’article dans sa Niche :Souvenirs : Michel Fugain, le Big Bazar et l’esprit communautaire post 68


avatar

Chien Guevara

Ancien chien de berger, viré par son patron parce qu'il avait appris aux moutons à se rebeller, Chien Guevara s'est recyclé en défenseur des libertés acquises qui aboie contre celles perdues. Voir son site : http://forget.e-monsite.com

6 pensées sur “Souvenirs : Michel Fugain, le Big Bazar et l’esprit communautaire post 68

  • avatar
    12 février 2015 à 7 07 58 02582
    Permalink

    Esprit communautaire ou esprit communaliste ? Ce n’est pas la même chose.

    Répondre
    • avatar
      12 février 2015 à 11 11 24 02242
      Permalink

      Communautaire, peut-être, puisque Michel Fugain lui-même disait qu’il s’agissait d’une communauté professionnelle où chacun était traité également. Un esprit de partage. Sans « appartenir » à la communauté.

      Répondre
  • avatar
    12 février 2015 à 8 08 30 02302
    Permalink

    Je les ai vu en concert à Montréal circa 1975. « On est post-soixante-huitards mais on est gentil quand même, des Gavroches tendrement récupérables – souvenez-vous, papa maman, qu’un jour vous avez eu vingt ans – etc »

    Ceci dit, je n’oublierai jamais leur magnifique interprétation de CECI.

    Répondre
    • avatar
      12 février 2015 à 11 11 20 02202
      Permalink

      Très très beau en effet.

      Répondre
  • avatar
    12 février 2015 à 11 11 18 02182
    Permalink

    @Chien Guevara

    Quelle merveilleuse idée de nous replonger dans l’atmosphère joyeuse et libre du Big Bazar. J’ai vu leur spectacle deux fois à la Place des Arts au milieu des années 1970. Des chansons gaies, des couleurs éclatantes, de la danse, de la légèreté sur un fond de paroles profondes et sages, solidaires.

    Je me souviens de la chanson « Tout va changer ce soir » à la fin du spectacle où Michel Fugain demandait aux gens d’allumer leurs briquets ou chandelles au moment même où les paroles de la chanson devenaient « tout a changé déjà »….
    Il nous laissait avec une impression profonde que tout peut changer quand on l’éclaire différemment.

    Des larmes coulaient sur les joues… Après les applaudissements, après tant de bruits et d’énergie, la foule se retirait dans un certain silence, encore imprégnée…

    Répondre
  • avatar
    23 juin 2017 à 14 02 02 06026
    Permalink

    De nos jours il est juste bon à faire la promo d’israel !!! A l’instar d’un Renaud qui nous fait la promo de Fillon !!!! Ils sentent le rance …….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *