TCHAD : DÉRIVES AUTORITAIRES !

Par  Joe Al Kongarena.  Porte-parole de GRAAL-TCHAD. Le 12.04.2018. Sur  http://www.les7duquebec.com

 

 

Par la volonté obscure du despote tchadien, un forum national faussement inclusif s’est tenu à Ndjamena du 19 au 27 mars 2018, réunissant une partie de Tchadiens dont une majorité de courtisans, de repris de justice, de jouisseurs, d’individus ayant privilégié les questions d’intérêts personnels, et des voyous de conscience.

Un forum à l’issue duquel le despote, piétinant les procédures et les lois, supprimant le poste du premier ministre, s’octroie un régime hyper-présidentialiste. Insatiable, l’autocrate impose ses désirs particuliers et sa volonté sous un très beau nom, celui de la quatrième République.

Ce n’est pas une plaisanterie, Idriss Deby Itno qui a mené le Tchad à la banqueroute, incapable de payer les fonctionnaires, supprimant les bourses d’études, les acquis sociaux pour les couches les plus vulnérables, impose sa République et se taille une nouvelle constitution sans consulter le peuple tchadien. C’est la démocratie à la tchadienne que l’occident soutient au nom de la guerre contre le terrorisme.

 

 

Nombreux sont les Tchadiens qui pensent que cette quatrième république est le fruit de la contrainte et de l’exclusion, et qu’elle sera assurément une source et une cause des désordres sociopolitiques à venir.

Le Tchad ne sera plus le même parce que les aspirations de la majorité sont piétinées par les choix des élites et des artisans de quatrième république. Et parce que jour après jour, une force et une conscience citoyennes se forgent à partir des banlieues et des régions délaissées du Tchad, et montent vers N’Djamena, vers les quartiers huppés, les hauts lieux de plaisirs égoïstes, d’indifférences et de contrefaçons pour exiger une juste redistribution des richesses et arracher la vraie liberté.

Le Tchad n’a pas besoin d’une nouvelle république, mais d’une alternance politique et d’un équilibre pour la seule et simple raison que ce pays, géré d’une manière particulièrement médiocre depuis 1990, est profondément déséquilibré et porteur, au bas mot, de graves anomalies sociopolitiques.

Car, à chaque fois que des visages se renouvellent sous d’autres cieux pour tenter d’apporter des solutions aux problèmes des peuples, le siège du mal tchadien reste constant. Le problème est là, le désordre est là, il est physique, il a un visage, il est chair, il est homme, il est indéniable, mais il n’est ni indéboulonnable ni irremplaçable. 

La légèreté avec laquelle ce forum national exclusif a imposé des décisions illégitimes, donne à penser que les jours difficiles sont à venir. Pourtant, il aurait suffi d’être courageux, de dire simplement le Tchad d’abord, et d’en faire une conviction et une vision politiques, pour rassembler les Tchadiens et apporter ensemble les vraies solutions.

Malheureusement, les désirs tyranniques auront pris le dessus pour imposer une quatrième République inutile, à partir de 50% de fantaisies d’un comité technique d’appui aux réformes institutionnelles et de 50% d’insanités d’une assemblée de rigoleurs et d’acclamateurs dont l’extraordinaire duplicité a marqué les opinions.

Cette chose, imposée par la contrainte, est une imposture et une tentative maladroite d’effacer les fautes graves et les crimes commis sous la troisième République. Elle est indubitablement un faisceau d’aberrations, une privation de possibilités pour la jeunesse et sera un amplificateur de dérives autoritaires.

Les Tchadiens doivent se montrer courageux comme ils l’ont toujours été, pragmatiques et se battre, non pas CONTRE un régime, mais POUR leur dignité et liberté. La nécessité de contenir les entraves à la liberté par des moyens efficaces s’impose à tous les patriotes. Les Tchadiens sont en droit d’utiliser tous les moyens qu’ils auront jugés utiles pour se libérer, car la liberté est supérieure à tout pouvoir et à tout argument de pérennisation. Il est temps que cesse la peur de froisser un tuteur ou une tutrice quelconque. L’heure est grave, le temps est à l’affirmation et au combat.. Peuple tchadien, ta liberté naitra de ton courage.

Aidez le Tchad, aidez-nous en soutenant notre pas vers la vraie liberté.

La Liberté est une réalité inconnue pour laquelle nous sommes prêts à nous sacrifier pour permettre ses manifestations au Tchad.

Vive la liberté ! vive le Tchad !

 

Joe Al Kongarena.  Porte-parole de GRAAL-TCHAD

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *