Terroristique

PERSONNE :

Tout ce qu’on n’est pas capable de résoudre, on va se borner à le dissoudre.
On n’a guère inventé mieux pour en découdre.

Quand on ne veut pas trouver une solution, on fait disparaître le problème : on le dissout.

On a recours à un concept dissolvant pour briser tout élément inconvenant.

L’exemple le plus parlant de concept dissolvant c’est le … terrorisme.

Non pas le crime en lui-même… mais la prévention du crime.

L’arsenal juridique, politique et médiatique qui l’expose à tous les vents pour qu’il explose.

Tout ce que les puissants ne sont pas contents d’absoudre, ils sont résolus à le dissoudre.

Plus simplement : pour vendre la paix, ils se sentent obligés de faire la guerre.

Et pour faire la guerre, ils se sentent obligés de s’inventer des ennemis.

Et pour s’inventer des ennemis, ils s’en prennent à ceux dont ils ne veulent pas comme amis…

D’abord les arabes… ils verront après pour les rebeux

D’abord les islamistes… ils verront après pour les musulmans

D’abord les chiites… ils verront après pour les sunnites

D’abord les wahhabites… ils verront après pour les alaouites

D’abord les pires… ils verront après pour les moins pires.

Toutes ces divisions jetées ou projetées vont contribuer à les dissoudre en vertu du principe selon lequel les rejetés finissent toujours par se rejeter eux-mêmes.

Oui je prétends que c’est l’OTAN qui attise ce genre de division pour justifier l’usage de ses armes de dissolution : la propagande entre autres ingrédients.

À y regarder de plus près c’est le concept de terrorisme qui crée les terroristes.

Il terrorise plus que n’importe quel terroriste.

Et il justifie à lui seul la guerre que le monde mène contre tous ceux qui sont susceptibles d’être ou de devenir terroristes.

On méprise l’arabe. On hait le musulman. Mais on ne peut liquider que le terroriste.

Il suffit donc de l’identifier à celui qu’on méprise. À celui qu’on hait.

Et le tour est joué !

L’arabe, le musulman sont en effet les mieux placés pour disparaitre dans les nuées.

On les poursuivra sur leurs terres, dans leurs maisons, jusque sur leur lit de morts… pour les achever au nom d’une sécurité dont l’empire a le secret.

Tuez-les tous et revenez avec leur linceul, en Irak, en Libye, et surtout en Syrie.

Aujourd’hui parce qu’ils sont tyranniques on les terrorise, demain  parce qu’ils seront terroristes, on les tyrannisera.

Concept dissolvant par excellence… le terrorisme est en plus une arme à double tranchant puisqu’ on se croit fondé en droit de terroriser le terrorisme

Et si tout n’était qu’un mensonge tenu pour vrai?

Un concept vide pour faire le vide et se remplir les poches?

Personne
avatar

Personne

Le Journal de Personne pratique la scénarisation à fond, pour illustrer une question d'actualité. Son info est une info scénario, son drame: une dramatisation et sa réalité: une réalisation.Vous auriez mauvaise grâce d'assimiler Personne à ses personnages, et ses histoires à des dérapages. L'humour et la dérision y ont toujours fait bon ménage. Le Journal n'est l'otage d'aucun parti, prisonnier d'aucune opinion, dupe d'aucun soupçon. Ni à gauche, ni à droite, mais au cœur de l'événement, il aborde tous les sujets, pose tous les problèmes et relance tous les débats : https://www.lejournaldepersonne.com

4 pensées sur “Terroristique

  • avatar
    16 septembre 2013 à 7 07 32 09329
    Permalink

    C’est bien balancé, si bien qu’on en rit même. Ce qui n’est pas bien. Et on se trouve content de n’avoir pas bien agi, comme un effet de cette auteure qui n’est personne et qui fait un effet comme personne. On n’a même pas honte et on se demande comment les pouvoirs ont-ils pu laisser l’écriture et surtout la lecture se développer pour atteindre ce degré de dissolution du pouvoir-même qui est devenu trop lisible et prédictible. Le peuple est devenu trop intelligent et le pouvoir doit allouer tout son temps en explications interminables qui ruinent son action. Le pouvoir est jeté comme en place d’accusé par l’intelligence collective. Bientôt la sentence ! 😀

  • avatar
    16 septembre 2013 à 8 08 59 09599
    Permalink

    Solve Coagula

    DG

  • avatar
    16 septembre 2013 à 9 09 31 09319
    Permalink

    Merci à l’auteur(e) Une image vaut mille mots, mais un cri peut valoir mille images. Pouvoir et liberté sont les deux faces d’une même réalité, qu’on n’aime pas impunément avec toute la passion que lui vouent les poètes… Comment une volonté de puissance exacerbée chez l’individu aurait-elle pu ne pas mener à un collectif – l’État – qui s’octroie toutes les libertés ? Mais le collectif, réalisé, apparait comme une fiction, un Golem qui n’existe que par la foi de l’alchimiste et repose sur le non-dit d’un « servism » que chaque individu peut lui retirer… Il n’en tient qu’à chacun que le Pouvoir devenu un monstre se dissolve. Il n’est qu’un agencement du vide entre les atomes que nous sommes. Une construction infiniment précaire. Dites NON et il disparait.

    @ DW

    Le jury délibérée. Nous délibérons. Nous savons bien que, quelle que soit la sentence, cet egrégore fugitif du Pouvoir qui s’Incarne maintenant dans la classe dominante des 0,0001% sera dissout. Mais, c’est sur nous que retombera la souffrance du bain d’acide – fascisme ou anarchie- qu’on aura choisi.

    ****

  • avatar
    17 février 2014 à 7 07 17 02172
    Permalink

    « Et pour faire la guerre, ils se sentent obligés de s’inventer des ennemis. »

    Exactement. C’est un bellicisme, au fond, cette affaire…

Commentaires fermés.