Un programme «Pétrole contre nourriture» pour agresser l’Iran?

Par Gilles Munier. Sur France-Irak Actualité.

 

Selon le site Arab News, des discussions seraient en cours pour obliger l’Iran à accepter de signer un accord « Pétrole contre nourriture » permettant d’« alléger » l’effet grandissant des sanctions économiques qui lui sont imposées par les États-Unis et leurs alliés. Espérons qu’il s’agit d’une fausse nouvelle, d’une « fake news »…

 

Ayant milité pour la levée des sanctions contre l’Irak, été placé en garde à vue en octobre 2005 (incarcération de 72 heures pour interrogatoire), puis jugé huit ans plus tard pour avoir « violé » la résolution de l’ONU dite Pétrole contre nourriture,  je ne peux que mettre en garde les négociateurs iraniens qui s’accommoderaient de ce projet dit « humanitaire » conçu par John Bolton et ses conseillers pro-israéliens.

 

En Irak, les treize années d’embargo international ont provoqué la mort de plusieurs millions de personnes – parmi lesquelles plus d’1,5 million d’enfants -, ont détérioré les infrastructures du pays, et fait imploser la société. Les deux coordinateurs du programme « Pétrole contre nourriture »l’Irlandais Denis Halliday et l’Allemand Hans von Sponeck – ont démissionné, le considérant à juste titre comme « génocidaire ». Seize ans après le renversement du régime baasiste, l’Irak ne s’est toujours pas relevé des sanctions imposées par l’ONU, bien qu’habillées en 1995 de dispositions soi-disant humanitaires.

 

Dans le copier-coller du programme « Pétrole contre nourriture » proposé à l’Iran – d’après les « sources sûres » interrogées par Arab News – l’Irak serait « le point de transit des exportations de pétrole et des importations de marchandises ». L’argent des ventes de pétrole iranien, déposé sur un compte ouvert à la Banque centrale irakienne,  permettrait aux Américains « de tout contrôler », notamment d’interdire les aides financières accordées à certaines organisations luttant contre l’impérialisme occidental et le sionisme au Proche-Orient.

 

En Irak et au-delà, la mise en œuvre de la mouture/Iran de Pétrole contre nourriture favoriserait toutes sortes de trafics et développerait la corruption.

 

Si le président Hassan Rohani signe l’accord dont parle Arab News, il ouvrira la voie à la déstabilisation progressive de l’Iran.

Lire aussi :

Affaire « Pétrole contre nourriture » : procès d’un montage presque parfait

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *