Une économie de partage

DOMINIQUE BOISVERT :

Échelle, scie sauteuse, boîte à onglet, machine à coudre, friteuse : la plupart d’entre nous possédons des objets parfois fort utiles, mais que, avouons-le, nous utilisons plutôt rarement.  Ils sont parfois coûteux, surtout en regard de leur taux d’utilisation, et en viennent à encombrer nos placards, sous-sols et garages.  Avons-nous besoin de posséder tout cela ?  Si au lieu d’acheter une panoplie d’outils, d’appareils et d’accessoires, on les partageait ?   Voilà l’idée derrière l’économie de partage, une tendance qui gagne en popularité et qui rejoint l’esprit de la simplicité volontaire.

Déjà dans les années 1990, le principe de cohabitat  a commencé à être mis en pratique dans quelques communautés en Amérique du Nord.  Ici, les familles possèdent leur unité d’habitation et partagent les espaces et équipements communautaires (jardin, salle à dîner, salle de jeu…).

De plus en plus de gens désirent s’affranchir de la société de surconsommation, mais ne peuvent ou ne veulent pas nécessairement vivre en cohabitat.  On voit donc depuis quelques années émerger des mouvements d’économie de partage ou consommation collaborative.

Par exemple, en Suisse, deux designers ont mis sur pieds Pumpipumpe, un réseau d’échange de biens de proximité.  Partant de l’idée « qu’on n’a pas besoin de toujours tout acheter et d’amasser une montagne de choses et que tout ce qu’on n’utilise pas très souvent, on peut le partager, Lisa Ochsenbein et Sabine Hirsig ont conçu un réseau qui permet aux voisins d’un même quartier ou d’une même ville de se prêter leurs biens respectifs. Pour se signaler, les Pumpipumpeurs posent sur leur boîte aux lettres des autocollants affichant le ou les objets qu’ils mettent à disposition des autres. »

Le projet compte maintenant plus de 1 000 ménages ; en plus de permettre à ses membres des économies d’argent et d’espace, il favorise le développement de liens sociaux.

Un peu partout, on voit ainsi se développer des systèmes de partage de biens et services. Dans un monde où la surconsommation risque de ruiner notre planète, ils constituent assurément une solution valable et durable. Plus qu’une mode, l’économie de partage sera peut-être un jour le système dominant… 

Pour en savoir plus :

Pumpipumpe

L’économie de partage et Pumpipume, sur Courant Positif

La consommation collaborative, sur Gaïa Presse

Réseau canadien des cohabitats

Dominique Boisvert

 

avatar

Dominique Boisvert

Membre du Barreau pendant 20 ans, Dominique Boisvert a choisi de travailler essentiellement en milieux populaires dans les domaines de la solidarité internationale, des droits humains, des immigrants et des réfugiés, de l'analyse sociale, de la paix et de la nonviolence et des questions spirituelles. Co-fondateur du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000, il a publié aux éditions Écosociété L'ABC de la simplicité volontaire (2005) et ROMPRE! ou Le cri des « indignés » ( 2012). Il a également publié aux Éditions Novalis, Québec, « tu négliges un trésor ! Foi, religion et spiritualité dans le Québec d'aujourd'hui » (2015) et La « pauvreté » vous rendra libres !, Essai sur la vie simple et son urgente actualité (2015). Il anime, depuis 2010, le blogue du RQSV (www.carnet.simplicitevolontaire.org) et il a aussi son propre site (www.dominiqueboisvert.ca) depuis le printemps 2014.

2 pensées sur “Une économie de partage

  • avatar
    5 septembre 2013 à 8 08 36 09369
    Permalink

    C’est une excellente alternative à notre société de consommation effrénée et de plus ça développe l’intelligence du cœur ce qui devait remplacer l’esprit de compétition matérialiste. La connaissance approfondie de notre voisinage nous permettra de voir toute cette richesse de savoir-faire de chacun d’entre-nous et nous permettra, ensemble, d’avoir plus de résilience lors de la chute du système économique financier. Nous avons là une perspective de vivre ensemble qui servira d’alternative au système qui mène nul part et dont la chute est plus éminente qu’on le croit.

    Merci Dominique Boisvert pour cette idée géniale et ce lien.

    Répondre
  • avatar
    5 septembre 2013 à 15 03 35 09359
    Permalink

    La solution au volet économique de a crise actuelle passe par la simplicité volontaire et l’une des voies a suivre est certainement la rentabilisation des équipement par leur mis en commun, comme le soulignent de les auteurs des liens sur cet article

    Je veux rappeler aussi la solution du commensalisme qe, comme bien d’autres j’ai proposée et donc je suis persuadé que l’heure viendra.

    http://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/10/18les-commensaux/

    PJCA

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *