La Grèce ferme sa télévision publique sans préavis !

LE YETI :Imaginez que Pujadas vous annonce ce soir au Vingt Heures (NDLR aux Québécois: traduire: Celine Galipeau au Téléjournal) : « A minuit, plus de France 2, plus de France 3, plus de Cinq, plus d’Arte. » Eh bien, c’est exactement ce qui vient de se passer ce mardi soir en Grèce, où le gouvernement Samaras a décidé sans préavis lafermeture immédiate de ses trois chaînes publiques.

Pour info, la Troïka est à la même heure en balade sur place pour rappeler les dirigeants grecs à leurs engagements de sinistre memorandum. Dont la restructuration et le fusionnement d’organismes publics jugés trop dispendieux. Dont l’ERT (nom générique des trois chaînes publiques grecques) fait comme par hasard partie.

« Et tout ceci prend fin maintenant »

Le porte-parole de la Troïk… du gouvernement grec, Simos Kedikoglou, a immédiatement abondé dans le sens de ses chers hôtes. ERT constitue un cas exceptionnel d’absence de transparence et de dépenses incroyables, a-t-il dit en substance. Puis de rajouter pour être bien clair :

« Et tout ceci prend fin maintenant. »

Alors zou, aussi sec, à minuit, terminé ! Plus aucune chaîne publique d’informations, rien que des chaînes privées sous férule de quelques gros armateurs locaux ou assimilés. Chaînes au demeurant illégales puisque, comme le souligne le blogueur Okeanews sur Twitter, leurs concessions ont expiré depuis longtemps sans qu’aucune autorité rescapée ne s’en émeuve.

2 pensées sur “La Grèce ferme sa télévision publique sans préavis !

  • avatar
    13 juin 2013 à 8 08 54 06546
    Permalink

    Ce qui se passe en Grece peut être plus grave qu’une simple bêtise visant à réduire les frais et à envoyer un message fort d’aplaventrisme aux créditeurs et financiers.

    Il peut s’agir d’une manoeuvre délibérée du gouvernemnet grec pour cacher certaines choses et certains événements tout en allèguant, face è l’Histoire, qu’il n’a pas menti ni choisi de les taire… Dans cette optique – qui est celle de celui qui, interrogé « brutalement », se tranche la langue avec ses dents pour qu’il soit clair qu’il n’a pas « parlé » – ne pas avoir de Service de nouvelles peut etre plus efficace que d’en controler le contenu.

    Si, durant une brève période de temps, il se passera des choses qu’on ne veut pas nier formellement, de peur que plus tard elles ne soient découvertes et que l’opprobre du mensonge ne vienne s’ajouter à la turpitude de l’acte lui-même.

    Si je me souviens bien, il y a eu deux jours de silence total d’Alger vers la France, à la fin de la Guerre d’Algerie, quand on a reglé la question des harkis. Pas de traces, car La France gaullienne n’aurait pas pu se construire avec un tel squelette dans son placard. La seule façon de le savoir, aujourd’hui, c’est de s’en souvenir… et les témoins vont tous mourir. Un siècle lave tout.

    On peut même avoir le cynisme de l’annoncer et en faire une politique. Comme les Nazis, en 1941, avec la Loi dite « Nacht und Nebel »! Mais peut on le faire aujourd’hui, au temps de l’Internet ? Voyons ce qui se passera en Grèce et ce qu’on en saura.

    Pierre JC Allard

    Répondre
  • avatar
    14 juin 2013 à 0 12 18 06186
    Permalink

    Allez donc savoir…P-ê les Grecs vont réapprendre a se rassembler, discuter, échanger et décider de changer des choses.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *