Paimpol 2015 « brassons bien partout … »

The_Exmouth_Shanty_Men_2011-2-198e3

FERGUS :

nous sommes plein vent arrière » dit un célèbre chant de marins. Porté lui aussi par le souffle de la renommée, le Festival du Chant de Marin est de retour. Impatiemment attendu, il se tiendra dans le port emblématique des pêcheurs d’Islande les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 août 2015. Incontournable pour tous ceux qui aiment la musique des gens de mer et les vieux gréements, présents par dizaines dans les bassins du port, ce rendez-vous biennal sera, comme toujours, une révélation pour les néophytes…

JPEG – 1 Mo
The Exmouth Shanty Men 2011

Pour sa 12e édition, le Gouel Kan ar Vartoloded (nom breton du festival) met à l’affiche un programme tout aussi alléchant que lors des éditions précédentes. Avec cette année pour thème « Cap aux Suds ! », des côtes de l’Europe méridionale à celles, plus lointaines, de l’Afrique et de l’Amérique. Fidèle à sa tradition, le Festival du Chant de Marin 2015 continuera durant ces trois jours d’explorer les « musiques des mers du monde », non sans quelques clins d’œil terriens aux artistes venus des lointaines contrées à l’honneur.

Comme toujours, la programmation est riche, avec la participation sur la grande scène d’artistes ou de groupes de renom international : le Morlaisien de cœur Hugues Aufray, l’inclassable Anglaise Anna Calvi, les étonnants Belgo-Américains de The Broken Circle Breakdown Bluegrass Band – né de l’aventure du superbe film Alabama Monroe –, la fadista franco-portugaise Bevinda et les frères corses d’I Muvrini. Quant au concert de clôture, il verra se succéder, toujours sur la grande scène, l’envoûtante Algérienne Souad Massi, la chaleureuse Galicienne Luz Casal, et deux vétérans talentueux : le Sénégalais Youssou N’Dour et le Jamaïcain Winston Mc Anuff.

Mais un tel festival se doit avant tout d’être centré sur la tradition de musique et de chant des gens de mer. Ce faisant, il perpétue la mémoire de tous ces créateurs, souvent anonymes, qui ont composé les airs et écrit les paroles de ce qui constitue le répertoire, à la fois traditionnel et vivant, du « chant de marin ». Un répertoire fait, pour l’essentiel, de chants destinés naguère à rythmer le dur et ingrat travail de bord des matelots de la « Grande pêche », partis au loin sur les goélettes de Paimpol, de Saint-Malo, de Fécamp ou de Dunkerque en quête de morue sur les redoutables bancs d’Islande et de Terre-Neuve.

Chants à haler, à hisser, à nager (ramer), à virer, tout ce répertoire de travail pourra être entendu à Paimpol. De même que les complaintes des matelots exposés aux terribles réalités de la vie en mer, ou celles des femmes confrontées à l’angoissante, et trop souvent vaine, attente du retour de campagne*. Incontournables également, les chants de détente à contenu plus léger, les chants de métiers, et les instrumentaux destinés à la danse, principalement composés sur des rythmes de mazurka, de passe-pied, de polka et de valse. Non moins incontournables, le répertoire spécifique des marins de « La Royale » ou celui, particulièrement présent dans les superbes shanties britanniques, des matelots embarqués sur les grands clippers à voile du 19e siècle.

Pour entendre ce répertoire riche et haut en couleurs, les 130 000 festivaliers attendus sur le site durant les trois jours pourront compter sur le talent des groupes présents à Paimpol. Les visiteurs auront le choix entre trois scènes, le pont du bateau la Fée de l’Aulne, sur fond de voiles et de mâts, et les chapiteaux d’un cabaret et d’un pub, sans oublier les quais du port de Paimpol, où nombre d’artistes déambuleront en complément de la programmation des scènes. Autrement dit, il y aura de la musique et des chants partout sur le site, dès 14 h chaque jour, et cela jusqu’à… 2 h du matin sur les trois scènes et la Fée de l’Aulne.

Plus de 200 vieux gréements français et britanniques dans les bassins du port, une soixantaine de groupes musicaux, des bagadoù, des fanfares, des festoù-noz, des animations variées pour petits et grands, un chantier naval éphémère, des moules-frites, des galettes-saucisse, des harengs fumés, des maquereaux marinés, de la bière et du cidre, des rires, de l’émotion, il y aura tout cela sur les quais de Paimpol. Avec à la clé une formidable ambiance, festive et chaleureuse, pour tous. Et cela pour 25 euros la journée (4 euros pour les 6 à 14 ans) ou 50 euros le forfait trois jours (8 euros pour les 6 à 14 ans). Un prix d’ami pour de la musique à gogo, à consommer sans modération à l’écoute des artistes invités, qu’il s’agisse des grands noms évoqués plus haut ou de groupes et chanteurs comme Cabestan, Denez Prigent, Le XV marin, Les gabiers de l’Odet, Les Goristes, Les marins d’Iroise, Nordet, Paddy’s Passion, Sur les docks, Taillevent, The Exmouth Shanty Men, pour ne citer que ceux-là, sans oublier bien sûr le groupe local, Les souillés de fond de cale, présents à Paimpol depuis l’origine du festival en 1991.

Degemer mat e Gouel Kan ar Vartoloded ! (Bienvenue au Festival du Chant de Marin !)

* Deux symboles forts, présents sur la commune voisine de Paimpol, Ploubazlanec, rappellent, l’un, l’attente angoissante des femmes de marins, l’autre, le lourd tribut payé aux conditions de mer.

Le premier, la Croix des veuves, est bâti sur un promontoire face à la mer. Elle est composée d’une Trinité et d’une Pietà au sommet d’un fût de granit gravé d’inscriptions latines tirées de la Vulgate. C’est là, aux abords de cette superbe croix sculptée, que les femmes guettaient les flots en attendant le retour des goélettes parties pour l’Islande lorsque les bateaux tardaient à rentrer au port en fin de campagne. Initialement nommé Kroaz Pell (la croix lointaine), cet émouvant monument a été rebaptisé par Pierre Loti dans son célèbre livre Pêcheurs d’Islande.

Encore plus émouvant, le second symbole prend la forme d’un impressionnant Mur des Disparus dans le cimetière de Ploubazlanec. Alignées côte à côte en forme d’hommage muet, des dizaines de plaques commémoratives portent gravés dans le granit ou le marbre les noms des 120 goélettes et des 2000 marins de Paimpol et des environs qui ont laissé leur vie dans les eaux glacées des bancs de pêche d’Islande.

En complément du festival, un site à visiter : chants-marins.info.

BATEAUX

LA BOUTINE 2007La Boutine 2007

LE PORTLe port

PADDY'S PASSION 2011-#4Paddy’s passion 2011

LES GOURGANES 2005Les Gourganes 2005

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *