40 citations pour piéger les pédants

 

FERGUS :

On a tous été confrontés, ici ou là, et notamment dans notre vie professionnelle, à des pédants prompts à mettre en avant leurs immenses connaissances. Impossible de les prendre en défaut : ils savent tout sur tout et rebondissent sur vos propos avec l’agilité de bouquetins sur une paroi escarpée. Des têtes à claque. Par chance, il arrive que l’on puisse les piéger, et c’est alors un grand moment de satisfaction…

Durant ma carrière professionnelle, j’ai exercé plusieurs métiers. Parmi eux : responsable de formation, en charge d’un personnel varié, principalement constitué de cadres et de techniciens dans le marketing, les statistiques et l’infographie. Chaque année, il m’appartenait de rédiger et de défendre devant la direction puis face aux délégués du Comité d’Entreprise mon « plan de formation ». Un document dans lequel j’insérais toujours, en exergue et de manière bien visible, une citation du style : « “La formation est le plus court chemin pour passer de l’empirisme à la compétence.” Samuel H. Epstein (The productive man) » Or, presque toujours il se trouvait quelqu’un pour m’affirmer qu’il avait lu l’ouvrage cité ou pris connaissance avec intérêt des travaux de l’éminent rédacteur.

Étonnant ! Car mes citations étaient aussi fausses qu’un sac Vuitton vendu 30 euros sur un marché de San Remo. Des citations tout droit sorties de mon esprit espiègle (pervers, penseront certains). Mais rassurez-vous, si je me délectais de mon piège à pédants, je le faisais in petto. Moins pour ménager ces personnes imbues d’elles-mêmes que pour assurer la pérennité d’un stratagème que je ne limitais pas à mes seuls plans de formation, certains de mes courriers ou de mes cahiers des charges étant piégés de la même manière. Je vous conseille d’essayer, l’expérience est amusante et de nature à égayer, de temps à autre, votre vie professionnelle, et même votre vie privée. À toutes fins utiles, vous trouverez dans ce 1er volet 40 fausses citations sur des thèmes variés. 80 autres suivront si celles-ci rencontrent un écho favorable.

1) « Le chaos est le meilleur révélateur du caractère profond de l’homme. » Yaël Toledano (Les citronniers de Gaza)

2) « Aucune des insuffisances physiques de l’homme ne prête à rire. Sauf la déficience sexuelle. Il en est ainsi depuis la nuit des temps. » Demetrios Kaspoutis (La sirène de Naxos)

3) « Les dictatures ne sont ni de gauche ni de droite, elles sont toujours des dévoiements de systèmes politiques ou d’idéologies religieuses au profit d’individus ou de groupes avides de pouvoir ou de richesses. » Samuel Bernfeld (L’étrange destin de Jacob Kaplan)

4) « J’aimais Jean pour son esprit, et Pierre pour le sexe. Je pris l’un pour mari et l’autre pour amant. Tout le monde y trouva son compte. » Émilie Goossens (Le carillon de Louvins)

5) « Les remords sont les hémorroïdes de la conscience. ». Augustin Capestan (L’éloge du Moi)

6) « Les promesses électorales, c’est comme l’alcool : ça s’évapore très vite ! » Jason B. Pettigrew (Sex & Drug & Hurdy-Gurdy)

7) « Le chant de la nature est le cassoulet du rêveur : plus il en consomme, plus il poète ! » Ludovic Gratteplanche (La petite hulotte)

8) « Qu’un tremblement de terre jette à bas le donjon de mon château, soit. Qu’il écrase mon épouse sous les débris de ma cheminée Tudor, passe encore. Qu’il précipite mes lévriers au fond d’un gouffre, à la rigueur. Mais qu’il renverse mon whisky me serait insupportable ! » Sir Reginald Merriweather (Pomp and Pride)

9) « Pour peupler la Terre, Dieu a créé l’animal. Pour détruire son œuvre, le Diable a créé l’homme. » Ole-Christian Berglund (Le testament de Björn)

10) « Les idées sont les éjaculations de l’esprit. Il arrive qu’elles engendrent de bons projets. » Martial Chardon (La vie duraille)

11) « J’avais un peu d’oreille et un authentique Stradivarius ; la formation et la pratique ont fait le reste. » Shlomo Leibowicz (Die Strasse der Hoffnung)

12) « Ce n’est pas la nageoire qui fait bouger le poisson, mais le poisson qui fait bouger la nageoire. » Toshiro Ishimori (L’étrange destin de Kinuyo)

13) « La plupart des femmes sont paradoxales : elles supportent de leur mari la lâcheté, la veulerie, la bêtise et même la brutalité. Elles ne supportent pas en revanche les galipettes extra-conjugales. La fierté du vagin l’emporte chez elles sur celle de l’esprit. » Hans-Peter Imboden (La dame du Lindenhof)

14) « La main tendue n’est pas toujours celle d’un ami. La main refusée n’est pas forcément celle d’un ennemi. » Souleymane Diop (L’ombre du karité)

15) « L’élimination prématurée d’un club professionnel par une équipe d’amateurs s’inscrivait autrefois en lettres d’or dans la légende sportive. Face aux énormes intérêts en jeu, un tel événement est aujourd’hui ressenti comme une insupportable incongruité. Ne nous berçons pas d’illusions, la noble incertitude du sport a vécu ! » Jean-Pierre Chazalon (Citius, altius, fricus)

16) « La mort n’est qu’un long sommeil d’où le rêve est absent. » Hermann Holliger (Le forgeron de Günzburg)

17) « Le meilleur moment de l’amour, c’est quand on monte l’escalier, a dit un humoriste. C’est vrai. Sauf pour les aveugles. » Ludovic Gratteplanche (La petite hulotte)

18) « Les parents pauvres disposent d’un privilège inestimable : ils sont aimés pour eux-mêmes et non pour leur fric. » Hannelore Winkler (La postière et le cheminot)

19) « La malchance est l’alibi des incapables. » Habib Sarfati (Le disciple de Mahomet)

20) « Les grands procès sont des pièces de théâtre dont on s’arrache les invitations. Il arrive même que la Vérité ne puisse pas en obtenir. » Étienne Ramadier (Le pot de terre)

21) « De nombreux chefs d’entreprise jouent avec leurs affaires comme des gosses avec leur mécano. Comme eux, il arrive qu’ils cassent leur jouet. Tant pis pour les victimes. » Antonella Di Napoli (Lettres à Fabio Dellatore)

22) « L’épouse idéale n’est ni trop belle, ni trop intelligente, mais riche suffisamment. » Alistair Mulligan (Hadrian’s wall)

23) « Les grands de ce monde sont prisonniers de leurs fonctions plus sûrement que les délinquants de leurs geôles. » Laszlo Kovacs (La libellule bleue)

24) « La religion a inventé le péché. L’homme l’a commis. Dieu l’a absous. Tout le monde y a trouvé son compte. » Louis-Hervé Montfort (Les confessions d’Henriette)

25) « Le bonheur est pour plus tard : Dieu s’est endormi ! » Théodore Vandenbergue (L’enfant au rommelpot)

26) « La vertu est le refuge des laids et des sots. » Henrik Söderberg (Le rêve de Magnus)

27) « S’il veut rester dans le coup, Dieu doit se connecter sur Internet. » Giuseppe Mantovani (Forza Italia)

28) « La principale différence entre l’homme et l’animal réside dans la torture : l’homme s’y montre infiniment plus raffiné. » Virgil Dumitrescu (Le forgeron de Constanza)

29) « La vie, comme le sexe de l’homme, est faite de hauts et de bas. Avec une énorme prédominance des seconds. » Seamus Donoghue (Dieu est né dans le Donegal)

30) « Les riches ne jouiraient pas de leur fortune s’ils étaient privés du spectacle des pauvres. » Mildred Whiterspoon (The landlord)

31) « Les hommes politiques étaient les complices des multinationales. Ils en sont désormais les valets serviles. » Harold Woodbridge (L’antiquaire de Pimlico)

32) « Faire la charité, c’est nettoyer le miroir dans lequel on se reflète. » Toshiro Miyake (Le cordonnier de Matsumoto)

33) « La fortune est toujours sale. Illégale, elle est le fruit des crimes ou des trafics. Légale, elle s’appuie sur l’exploitation du prolétariat ou sur la spéculation boursière. » Anatoli Savtchenko (La datcha des soupirs)

34) « La plupart des femmes sont paradoxales : elles protestent lorsqu’on les regarde et sont déçues lorsqu’on les ignore. » Domenico Cavallieri (Le carillon de San Geminiano)

35) « Quand on dit d’une fille qu’elle n’a pas froid aux yeux, ce n’est pas sur son visage qu’il faut chercher la source de chaleur. » Jean-Paul Tissandier (Isabelle, Marie et quelques autres)

36) « L’erreur en politique n’a pas les mêmes conséquences pour tous : une faute vénielle peut briser la carrière de certains ; d’autres peuvent traîner des casseroles durant des décennies sans le moindre dommage. » Hans-Peter Winterhalter (Dans les arcanes du pouvoir)

37) « Je croirai en Dieu le jour où je pêcherai des saumons fumés prédécoupés en tranches. » Joop Schepers (L’agonie du Zuyderzee)

38) « La résignation est l’antichambre de la mort. » Wanda Kowalski (Le rendez-vous de Zakopane)

39) « N’attendez pas d’un vieux chien qu’il change sa façon d’aboyer. » Anton Grabowsky (Les remparts de Nördlingen)

40) « Dieu est un pur produit marketing. Les églises et les temples en sont le packaging. » Jean-Louis Bayet-Coulomb (Le chant des korrigans)

À vous de jouer, si l’expérience vous tente…

Autres articles en rapport avec l’écriture :

Plaisir d’amour… plaisir d’écrire (janvier 2009)

Le Chiffre et le secret (avril 2010)

2 pensées sur “40 citations pour piéger les pédants

  • avatar
    25 novembre 2013 à 23 11 05 110511
    Permalink

    Vos « citations » sont excellentes et vos tires d’oeuvresnet auteurs de petits bijoux de vraisemblance…. Laissez-les courir, et il suffira de les « rapatrier », quand elles se seront fait des amis, en parlant des : »Aphorismes apocryphes de Fergus »…

    Vous pourriez, aussi, les regrouper par affinités et créer des auteurs – doctes, profonds, amusants — qui un jour seront aussi « vrais’ que les ‘Lincoln’ et les « Mark Twain » ersatz a qui on prête tellement… Shakespeare même …. Bon, je m’ai rien dit. je sors …:-)  » Je guidais l’avenir… il ne m’a pas suivi  » ( Francois H. )

    PJCA

    Répondre
  • avatar
    26 novembre 2013 à 4 04 24 112411
    Permalink

    Bonjour, Pierre.

    « Aphorismes apocryphes de Fergus ». Je n’ai pas cette ambition, mais je dois reconnaître que cet exercice m’amuse énormément. Et il va de soi qu’entendre prétendre par quelqu’un connaître les auteurs évoqués ou les œuvres de référence est un grand moment de plaisir intérieur.

    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *