A l’aube d’un crack boursier?

MICHEL SANTI :

Les appréciations boursières spectaculaires de ces derniers mois constituent-ils une (énième) bulle spéculative ? Oui, si l’on en croit nombre d’analystes et même de gérants qui n’ont de cesse d’affirmer que le château de cartes édifié sur l’argent facile généreusement offert par les banques centrales s’effondrera inévitablement, à mesure de la fermeture de ce robinet. Après l’implosion des valeurs technologiques en 2000 et celle des subprimes en 2007, l’inquiétude est bien-sûr compréhensible. En outre, il va de soi que les bourses ont largement profité d’un contexte de taux d’intérêts extrêmement bas rendu possible par les quelque 7 trillions de dollars déversés dans le circuit ces dernières années par les banques centrales à travers leurs baisses de taux quantitatives. Les investisseurs, les spéculateurs et les fonds de pension se sont à l’évidence tournés vers le marché boursier afin d’y réaliser le rendement que ne leur offraient plus les Bons du Trésor des pays aux économies stables à la rémunération insignifiante. En outre, les comportements à risques, l’instabilité financière et, en définitive, la formation des bulles spéculatives sont très souvent la résultante d’un loyer de l’argent maintenu trop bas trop longtemps.

Il serait pourtant injuste de remettre en question le travail des banques centrales qui ne sont que partiellement responsables de cette conjoncture de taux bas qui est plutôt la résultante d’une augmentation substantielle de l’épargne mondiale. Ainsi, la récession et la crise ont-elles eu pour conséquence de promouvoir l’épargne dans nos économies développées, sachant qu’une tendance lourde a vu les pays émergents se mettre à économiser dès le milieu des années 2000. Les taux d’intérêts actuels quasi nuls sont donc la suite logique de la chute de la consommation et de l’investissement provoqués par une crise sans précédent tant du point de vue de son ampleur que de sa durée de vie. Du reste, il n’y a pas que dans les pays dont la banque centrale s’est lancée dans la création monétaire intensive que les taux sont à de tels niveaux. Dans un monde où les marchés des capitaux sont intégrés et imbriqués l’un à l’autre, les taux d’intérêt réels sont effectivement négatifs dans tous les pays d’Asie et du Pacifique.

En fait, l’envolée des marchés boursiers ne fut que la traduction de rendements obligataires insignifiants à l’échelle mondiale et d’une rémunération offerte sur actifs traditionnels qui se rétrécissait en peau de chagrin. En outre, ceux qui annoncent inlassablement un prochain effondrement de bourses qui seraient surévaluées de l’ordre de 40% font abstraction des profits assez pharamineux enregistrés par les sociétés cotées. Par exemple, les bénéfices après impôt des entreprises américaines représentent aujourd’hui plus de 10% du P.I.B. de leur pays, alors que la moyenne historique est tout au plus de 6%. Et pour cause puisque l’imposition des entreprises (toujours aux Etats-Unis) s’est effondrée de 50% de leurs bénéfices bruts depuis les années 50 à 20% aujourd’hui. Sachant que la globalisation s’est chargée du reste… Une étude récente a en effet montré que deux tiers environ des sociétés figurant à l’indice Standard & Poor’s réalisent entre le tiers et la moitié de leur chiffre d’affaires hors des Etats-Unis. La part des pays étrangers dans les bénéfices des entreprises US a même triplé depuis l’an 2000 ! Le chômage a achevé de majorer les bénéfices des sociétés puisqu’il a autorisé les employeurs à progressivement réduire les salaires réels. De fait, la proportion du travail dans l’ensemble des économies dites « intégrées » s’est effondrée ces dernières années.

Si, pour toutes raisons, un crack boursier semble difficilement être un scénario vraisemblable ces prochaines semaines ou mois, il est tout de même aberrant qu’entreprises et investisseurs engrangent de tels bénéfices quand, au même moment, la conjoncture économique est léthargique. Insensiblement, depuis un peu plus d’une décennie, un découplage s’est effectivement produit qui a permis aux bénéfices des entreprises de progresser sans répercussion sur les salaires, ni même sur la croissance économique. Un fossé s’est désormais creusé entre les fortunes édifiées par les entreprises, entre les gains réalisés par les investisseurs d’un part et entre l’immense majorité des citoyens. Les récentes flambées boursières n’ont même pas profité à une classe moyenne sinistrée par le crack de 2008 et à l’investisseur « ordinaire » échaudé par la volatilité exacerbée de ces années écoulées ayant vu l’émergence de machines qui règnent désormais en maîtresses absolues sur les fluctuations boursières. Les marchés boursiers ne vont donc probablement pas subir une liquéfaction, comme l’annoncent maints experts. Pour autant, leurs appréciations spectaculaires n’ont bénéficié qu’à un nombre fort restreint. C’est un cercle toujours plus fermé qui participe à ces réjouissances.

Elle est peut-être là, la vraie bulle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *