Acrostiches

2015_04_09_acrostiches

 

Par ALLAN E. BERGER :

 


B rasiers de notes étincelantes,
A ffolants palindromes secouant les voûtes de
C athédrales
H éroïques ;
J e ne suis pas
S oporifique !


G rossier, vaurien, fainéant, lubrique, mécréant.
A imant le pinard, le saucisson, les putes, le salé…
U n gros bourrin qui plaint Van Gogh, non mais vraiment, quel Arlequin !
G alant comme un ours, un sanglier, aimable comme un blaireau. À guillotiner !
U n fauve, dit-on, et l’on a bien raison ! Parti aux îles, bon débarras.
I nculte, épais, se croyant plus malin que tout le monde…
N ‘aime pas le gendarme, évidemment.


V oici un drôle de cas :
O n ne peut être plus enragé téméraire,
L umineux, passionné, fourbe, insensé, obséquieux, vif comme une lame,
T out à la fois !
A voir dans sa besace de quoi
I ncendier la France à coups de rimes éblouissantes,
R établir l’innocence, démolir les salauds, jouter seul contre tous, et vaincre !
E t craindre pourtant jusqu’à son ombre.


S anguinaires barbares qui hurlez, conspuez, trépignez,
A nathématisez, vouez à la corde, au plomb, aux flammes, à la tronçonneuse ;
L igaturés de la cervelle !
M alheureux qui n’examinez jamais et jugez toujours ;
A h tristes esprits, réveillez-vous ! Le monde tourne et vous ne tournez plus !
N on seulement vous ne lisez rien, mais vous ne pensez que sur ordre !

R ugueux cerveaux qui ne savez pas de quoi ce livre traite, mais tuez
U n gardien, un imam, un bibliothécaire, et même un traducteur,
S ous le prétexte que vos clercs ont décrété l’auteur
H érétique, athée, apostat, ennemi des croyants… Mais ouvrez donc ce livre !
D ites-nous enfin, bourriques, si ce pauvre roman qui traite de pauvres gens
I mmigrés, déboussolés, inquiets, ne sachant que vivre et devenant fous,
E cartelés entre ici et là-bas, justifiait qu’on assassinât.


R adicale liberté, crudité assumée,
E nivrante nouveauté d’un cri joyeux rageux…
I ncendie, souffrance, révolte…
S ûreté du trait, folie des styles, grimaces !
E xécution des cons :
R eiser est un pirate.


FIN

avatar

Allan Erwan Berger

Le grand point est d’avoir l’oeil sur tout.

5 pensées sur “Acrostiches

  • avatar
    9 avril 2015 à 10 10 38 04384
    Permalink

    B on, disons-le sans artifice. Il est
    E fficace, percutant, labile et il
    R end solidement l’idée
    G énérale acrostichesque.
    E t surtout, surtout, il expose un
    R egard, une vision de ce qui est acrostiché.

    Répondre
  • avatar
    9 avril 2015 à 13 01 04 04044
    Permalink

    Y s, la ville engloutie, gît, dit-on,
    S ous les flots de la mer d’Iroise.
    E ntendez au fond du vent sa cloche lointaine qui signale aux
    N avires qu’ici dessous est l’autre monde, le monde qui suit,
    G ros de richesses fertiles,
    R iche en pensées soigneusement soupesées.
    I ci dessus, des vivants, en rêve, dialoguent avec des morts d’ici dessous.
    M ais sur la berge patrouille un loup discoureur
    U n esprit vif et curieux, avide de tout ce qui est,
    S érieusement bavard, atteint, inextinguible, et reliant tout.

    Répondre
  • avatar
    9 avril 2015 à 13 01 05 04054
    Permalink

    Bon. Après ces mamourettes, on attend les acrostiches de la population visiteuse. À vos claviers, camarades !

    Répondre
  • Ping : Acrostiches de personnes et de villes | Les 7 du Québec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *