Barcelone est la capitale de l’anarchie ! vive l’indépendance de la Catalogne ! À bas l’impérialisme !

À BAS TOUS LES IMPÉRIALISMES !

http://mai68.org/spip2/spip.php?article755

L’État espagnol asphyxie financièrement la Catalogne pour l’empêcher d’organiser son référendum d’indépendance : le gouvernement espagnol a décidé de retirer à la Catalogne le contrôle de ses finances, pour l’empêcher de financer le référendum d’indépendance du 1er octobre 2017 avec de l’argent public.

Salut à toutes et à tous,

La propagande du pouvoir veut faire croire que si les Catalans veulent l’indépendance de la Catalogne, c’est parce que la Catalogne est une région espagnole riche et qu’ils ne veulent pas partager cette richesse avec le reste de l’Espagne. On veut nous faire croire que les Catalans sont égoïstes.

Tout d’abord, remarquons que le Portugal est bien plus pauvre que l’Espagne. Pourtant, le Portugal a voulu son indépendance et l’a obtenue. La raison pour laquelle on refuse un impérialisme n’est donc pas forcément le fric. Il peut aussi y avoir des différences culturelles ; ou, tout simplement : on refuse de subir la loi de l’autre !

En effet, le Portugal est un « pays Basque » ou une « Catalogne » qui a réussi, c’est-à-dire qui a obtenu son indépendance du reste de la péninsule ibérique. Et pour obtenir cette indépendance, le Portugal a dû se battre au prix d’une guerre qui a laissé des traces : une haine de longue date entre ces deux pays, l’Espagne et le Portugal, a bien du mal à s’effacer.

Ensuite, les Catalans ne sont pas égoïstes, la preuve : Barcelone est non seulement la capitale de la Catalogne, mais c’est aussi la capitale de l’anarchie, et c’est depuis cette ville qu’est partie la révolution espagnole contre le coup d’État de Franco en 1936. Et les anarchistes catalans se sont battus dans toute l’Espagne pour la liberté de tous les Espagnols.

Et puis, qui peut croire que l’argent des impôts prélevés par l’Espagne en Catalogne est redistribué ensuite aux paysans pauvres de l’Aragon ? Qui peut croire que ces impôts sont prélevés essentiellement sur la bourgeoisie catalane ? En réalité, comme dans tous les pays où règne l’exploitation de l’homme par l’homme, les impôts sont prélevés en Catalogne (par l’impérialisme Espagnol) essentiellement sur les exploités, sur les Catalans pauvres. Et, quand ils sont redistribués en Aragon, ce n’est certainement pas aux paysans pauvres, mais à la bourgeoisie.

Bien à vous,
do
19 septembre 2017
http://mai68.org/spip2

13 pensées sur “Barcelone est la capitale de l’anarchie ! vive l’indépendance de la Catalogne ! À bas l’impérialisme !

  • avatar
    27 septembre 2017 à 17 05 14 09149
    Permalink

    Cher ami DO

    J’ai bien lu ton topo sur l’anarchisme et sur la Catalogne et son référendum

    J’ai retenu ton dernier paragraphe dont nous allons débattre

    Tu écris ceci : « Et puis, qui peut croire que l’argent des impôts prélevés par l’Espagne en Catalogne est redistribué ensuite aux paysans pauvres de l’Aragon ? Qui peut croire que ces impôts sont prélevés essentiellement sur la bourgeoisie catalane ? En réalité, comme dans tous les pays où règne l’exploitation de l’homme par l’homme, les impôts sont prélevés en Catalogne (par l’impérialisme Espagnol) essentiellement sur les exploités, sur les Catalans pauvres. Et, quand ils sont redistribués en Aragon, ce n’est certainement pas aux paysans pauvres, mais à la bourgeoisie. »

    QUESTION POUR TOI NATIONALISTE Les impots collecter par la gouvernance CATALANE DE BARCELONE ILS SONT distribués à QUI ? La plus-value produite en Catalogne dans les usines appartenant à des capitalistes catalans ils sont expropriés par qui et pour le bénéfice de qui ???

    Et la plus-value produite dans les entreprises de Catalogne mais appartenant à des multinationales sans attaches nationales elles sont expatriés par qui vers qui et en quoi la pseudo indépendance des riches catalans changera-t-elle quelque chose a cet impérialisme sinon remettre la prime aux bourgeois de Barcelone plutôt que celle de Madrid ? ET encore la ce n’est pas certain car il faudrait décortiquer qui détient des actions dans chacune de ces entreprises où le prolétariat Catalan est surexploité par des catalans et des aragonais et des français et même des canadiens riches et pourquoi pas Amazon et Google ???

    Oublie tes vieilles rengaines de 1936 on est en 2017 camarade

    robert bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre
  • avatar
    27 septembre 2017 à 18 06 55 09559
    Permalink

    Salut Robert,

    Es-tu bien sûr, avec ce genre de discours de ne pas te faire involontairement le soutien des impérialistes?

    Bien à toi,
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
    • avatar
      27 septembre 2017 à 20 08 49 09499
      Permalink

      Explique moi de quelle facon je serais le soutien de l’impérialisme en dénoncant les suppots NATIONALISTES CHAUVINS DE L’IMPÉRIALISME

      j’EXPOSE MES THÈSES SUR LE NATIONAL CHAUVINISME ICI http://www.les7duquebec.com/7-au-front/les-peshmergas-dernier-rempart-de-limperialisme/

      APRÈS LES AVOIR PRÉSENTÉ DANS MON PLUS RÉCENT BOUQUIN https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

      Le nationalisme n’est

      Répondre
      • avatar
        28 septembre 2017 à 13 01 13 09139
        Permalink

        Salut Robert,

        Tout d’abord, je ne suis pas nationaliste, mais indépendantiste. L’indépendantisme va de pair avec l’internationalisme.

        En quoi ton discours soutient l’impérialisme? C’est tout simple, pour caricaturer, mais c’est quand même ça : si on était au temps où les cowboys étaient en train de génocider les Indiens, je prendrais évidemment la défense des indiens et tu me dirais que j’ai tord.

        Et ça n’a aucun rapport avec les pechmergas-croates ou avec les oustachis-kurdes.

        Bien à toi,
        do
        http://mai68.org/spip2

        Répondre
        • avatar
          30 septembre 2017 à 12 12 33 09339
          Permalink

          Salut Do

          Désolé de te contredire DO mais un « indépendantiste » est un nationaliste = ce sont deux appellations qui se confondent les nationalistes québécois par exemple sont pour la plupart soi-disant indépendantiste.

          Plutôt que de chercher un exemple ancien (les cowboys et les indiens) je te propose plutôt un exemple contemporain.

          La lutte de libération nationale palestinienne – le génocide a lieu devant nos yeux aujourd’hui

          Quelle est ta position sur cette question STP ? On comparera avec la mienne par la suite

          Merci camarade.

          Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

          Répondre
          • avatar
            30 septembre 2017 à 18 06 34 09349
            Permalink

            Salut,

            « Indépendantiste » et « nationaliste » sont des mots qui ont des sens différents. C’est pourquoi il y a deux mots. On ne peut pas être anti-impérialiste sans être indépendantiste. De nombreux nationalistes sont souvent en même temps impérialistes, puisque le nationaliste croit par définition à la supériorité de sa nation.

            Ma position sur la Palestine est très simple, elle est la même que celle que tu avais quand nous avons fait connaissance sur internet. C’était même, au début, ce qui nous a rapproché ; tu as peut-être oublié, mais pas moi.

            Pour fabriquer Israël, on a volé la Palestine aux Palestiniens au prix d’un affreux nettoyage ethnique qui se prolonge au moment-même où j’écris ces lignes. Rien n’est donc étonnant dans le fait que les cowboys soutiennent les sionistes. Ils sont faits du même bois. Et je soutiens toujours aujourd’hui les Palestiniens autant que tu le faisais toi-même il y a encore quelques années.

            Bien à toi,
            do
            http://mai68.org

  • avatar
    1 octobre 2017 à 18 06 10 101010
    Permalink

    Référendum et répression en Catalogne : La CGT appelle à la grève générale :

    https://rapportsdeforce.fr/linternationale/linternationalereferendum-et-repression-en-catalogne-la-cgt-appelle-a-la-greve-generale-1001904-1001904

    Depuis deux semaines, l’utilisation de la force par le gouvernement de Mariano Rajoy contre la tenue du référendum sur l’indépendance de la Catalogne a plongé l’Espagne dans la crise. La tension est maximale ce dimanche 1er octobre, jour du vote. La CGT a lancé un appel à la grève générale le 3 octobre dans toute la Catalogne. Interview avec Thomas Lanssens, représentant de la centrale anarcho-syndicaliste, au Comité d’entreprise d’AtoS Spain à Barcelone.

    Le gouvernement régional catalan, dominé par une alliance de trois partis indépendantistes, a lancé l’organisation d’un référendum d’autodétermination pour le dimanche 1er octobre. Jugé illégal par la Cour constitutionnelle espagnole, ce référendum est l’objet d’une crise majeure entre le gouvernement central et la Catalogne.

    Depuis mi-septembre, Madrid a choisi d’intervenir par la force pour empêcher sa tenue. Arrestation par la Guardia civil de 14 membres de l’exécutif catalan, saisie de millions de bulletins de vote, mise sous tutelle de la région font partie des mesures de rétorsion prise par l’État. Avec pour résultat de déclencher des manifestations massives, l’occupation de l’université et de multiples actes de désobéissance dans toute la région. Parmi ces derniers, le refus des dockers de Barcelone et de Tarragone de décharger le matériel destiné aux forces de répression venues de Madrid.

    C’est dans ce contexte que la CGT — troisième force syndicale en Espagne — appelle à une grève générale le mardi 3 octobre en Catalogne. Thomas Lanssens, représentant syndical CGT au Comité d’entreprise d’AtoS Spain à Barcelone, a répondu aux questions de Rapports de force.

    _______________________________

    La rédaction : Pourquoi la CGT appelle-t-elle à une grève générale le 3 octobre ?

    Thomas Lanssens (CGT) : Ces dernières années, les travailleurs en Catalogne ont subi une détérioration significative de leurs conditions de vie. Nous avons connu une baisse générale des salaires. Nous avons vu comment les réformes du Code du travail des années 2010 et 2012 ont réduit nos possibilités d’actions face aux employeurs. Cela a entraîné une précarité accrue et une aggravation générale de nos conditions de travail.

    Parallèlement, nous avons assisté à une augmentation de la répression, contre les grévistes et les militants sociaux avec des condamnations et des amendes dans le cadre de la « Llei Mordassa » (la loi bâillon : http://abonnes.lemonde.fr/europe/article/2015/07/02/en-espagne-une-loi-baillon-pour-faire-taire-la-contestation-sociale_4668048_3214.html ).

    Enfin, au cours des derniers jours et semaines, nous avons également observé comment cette répression s’est étendue à de nombreux autres secteurs de notre société. Cela ressemble à un processus général de suspension des droits civils par l’État.

    _____________________________

    La rédaction : Est-ce aussi une réponse à la réaction du gouvernement espagnol face au référendum en Catalogne ?

    Thomas Lanssens (CGT) : Nous refusons la présence policière et militaire (la Guardia civil est un corps militaire correspondant à la gendarmerie) que nous avons dû subir ces dernières semaines dans de nombreux lieux de travail. Nous voulons mettre fin à la suspension des droits civils survenue ces derniers jours en Catalogne : perquisitions, fermeture de pages web, violation des correspondances, interdiction d’actes collectifs. Cette grève générale s’inscrit aussi dans l’appel général, de notre organisation et d’autres mouvements et groupes sociaux, à défendre les libertés publiques. En ce sens, il vise à stimuler et à protéger une large mobilisation sociale.

    ___________________________________________

    La rédaction : Comment va se passer la grève du 3 octobre ?

    Thomas Lanssens (CGT) : La grève générale est convoquée uniquement pour le 3 octobre. Mais devant l’impossibilité de prévoir le déroulement des événements après le 1er octobre (jour du référendum pour l’indépendance) et en tenant compte de la législation sur le droit de grève, la CGT a déposé un préavis jusqu’au 9 octobre. Trois autres organisations appellent à la grève générale en Catalogne : la intersyndical CSC, l’Intersyndical alternativa de Catalunya (IAC) et la Coordinadora obrera syndical (COS), proche du parti indépendantiste et anticapitaliste la CUP.

    C’est une occasion pour les travailleurs de montrer que s’ils sont prêts à manifester pour pouvoir voter un référendum ou pour réclamer l’indépendance, ils sont là aussi pour défendre leurs droits civils et un travail digne.

    ______________________________________

    La rédaction : Quel regard la CGT porte-t-elle sur le référendum et l’indépendance ?

    Thomas Lanssens (CGT) : Les décisions au sein de la CGT se prennent par votation depuis la base jusqu’au plus haut niveau. Ainsi, nous sommes pour l’autodétermination des peuples, même s’il est vrai que ce référendum n’offre pas toutes les garanties nécessaires. La CGT n’a pas de position définie vis à vis à l’indépendance parce que son objectif, comme syndicat, est la défense des droits de tous les travailleurs.

    Par contre, notre organisation juge intolérable la réponse autoritaire donnée par le gouvernement central et les administrations de l’État. Le refus du gouvernement central de négocier la possibilité d’un référendum et l’application disproportionnée et autoritaire de la loi a poussé de nombreux citoyens, qui étaient relativement indifférents, à réclamer maintenant ce référendum à corps et à cris. Indépendamment de leurs positons pour ou contre a l’indépendance. Les adhérents de la CGT sont le reflet de la société catalane. En ce sens, nous respectons l’opinion de chacun d’entre eux.

    Mais nous ne soutenons pas le gouvernement catalan contre celui de Madrid. En tant qu’organisation syndicale, nos objectifs et préoccupations sont la défense des intérêts et des droits des travailleurs et des citoyens.

    __________________________________________

    La rédaction : Comment imaginez-vous la suite des événements ?

    Thomas Lanssens (CGT) : L’impossibilité des politiques à résoudre un conflit politique, social et économique a conduit une partie chaque fois plus prononcée des Catalans à chercher d’autres voies pour les résoudre. L’indépendantisme leur promet une solution. S’il y a une progression du nationalisme en Catalogne, à la différence d’autres pays, il n’est pas accompagné de discours xénophobes.

    La situation est assez complexe et change chaque jour. Il est donc très difficile de prévoir comment cela va évoluer. Personnellement, je pense que cela va finir en de nouvelles élections principalement centrées sur le thème de l’indépendance.

    Répondre
    • avatar
      2 octobre 2017 à 13 01 47 104710
      Permalink

      @ dO

      1) iL N’Y A pas de différence entre nationalisme et indépendantiste – un nationaliste est indépendantiste tant qu’il n’a pas acquis le contrôle de l’État bourgeois pour lui et sa classe = après cette acquisition d’une pseudo « indépendance » (le contrôle sur la machine d’État bourgeois) le l’indépendantiste – nationaliste = se transforme en nationaliste – souverain avec droit de votre toutes les lois ant-ouvrières qu’il veut (il y a 200 États souverains qui votent ces lois sur terre en ce moment – la bourgeoisie catalane voudrait être le 201e de ces États bourgeois anti-ouvriers.

      2) La CGT le comprend bien (voir ton texte ci-haut) où elle a trouver l’astuce de soutenir l’État bourgeois indépendantiste – nationaliste – souverainiste suite à la réaction sournoise de Madrid qui appui ainsi les nationalistes – indépendantiste = pas du tout anti-impérialiste de Barcelone – en guerre pour le partage des dessous de table QUI AURA LA PLUS GROSSE PORTION VOILA CE QUE LE TRAVAILLEUR catalan obtiendra suite à cette rixte inter bourgeoisie. Il aura la fierté de dire : « je garde mon trou à la shop mais mon patron catalan a reçu une christ de belle prime, il est devenu ministre des affaires étrangère de Catalogne. Excuse moi je dois redescendre dans le trou de la mine. » Mon boss syndical me regarde

      3) PALESTINE. Il faut bien faire la distinction entre classe ouvrière et PEUPLE – Comme ca faisait populo – populiste le mot peuple je me suis laissé berner très longtemps . J’appuyais pensais-je le PEUPLE PALESTINIEN c’est-à-dire en fait le Fatah ou le Hamas prêt à se battre jusqu’au dernier palestinien. Le prolétariat palestinien a deux ennemis – sa propre bourgeoisie et la bourgeoisie israélienne – faction du grand capital mondial. Le prolétariat ne peut jamais compter sur sa bourgeoisie pour défendre son existence – il peut et il doit cependant compter sur ses frères de classe ouvriers israéliens dans ses luttes

      4) A cause du chauvinisme nationaliste – indépendantisme – israélien et palestinien peu de prolétaires vivant sur cette Terre de Palestine savent ces choses aujourd’hui je l’admet mais cette position est tout de même la position qui défend les intérêts de NOTRE CLASSE SOCIALE.

      Merci de ta patience DO

      robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • avatar
    23 octobre 2017 à 10 10 27 102710
    Permalink

    ça restera un etat avec ses flics militaires et exploiteurs dans ma famille catalane je n’entends que des propos egoistes et argenttttttttttttttttttttt

    Répondre
  • avatar
    23 octobre 2017 à 15 03 24 102410
    Permalink

    Mon cher DO,
    Ta comparaison avec le Portugal est complètement caduque. Le Portugal n’a jamais été une province espagnole ou autre. C’est même le premier pays du continent européen a avoir fixé ses frontières dès 1098.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2017 à 15 03 47 104710
    Permalink

    N’importe quoi. Article de merde. A bas la Catalogne. Vive le Royaume d’Espagne. Il faut mater cette rébellion. Il faut abattre ces traîtres.

    Répondre
  • avatar
    28 octobre 2017 à 14 02 28 102810
    Permalink

    en 1098 le Portugal et l’ Espagne n ‘existaient pas ! c’ etait un seul pays occupé par les musulmans
    sauf les pays du nord ( BASQUE ET GALICIEN ) pour les pays du centre c etaient ( HISPANIA ) pour les pays du sud ( Al-ÁNDALUS )

    La frontière entre l’Espagne et le Portugal est la frontière internationale terrestre et maritime séparant deux pays membres de l’Union européenne. Elle porte le nom La Raya en espagnol et A Raia en portugais. C’est l’une des plus vieilles frontières d’Europe. En effet malgré les conflits, les annexions, celle-ci est restée presque inchangée depuis le Traité d’Alcañices qui date de 1297. Le Traité de Lisbonne (1668) reconnaît l’indépendance du Portugal. Le Traité de Lisbonne de 1864 règle le problème de la souveraineté sur six villages frontaliers. Depuis le Traité de Vienne de 1815 à la suite duquel les deux pays n’ont pas mis en œuvre les préconisations relatives à ce territoire, subsiste formellement le litige de la souveraineté du territoire d’Olivenza revendiqué par le Portugal, mais dans la pratique la ville est régie par le droit en vigueur en Espagne.

    avant de marquer n’importe quoi aller sur wikipedia .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *