BCE : Super Mario déclare la crise "illimitée"

Les experts sont morts de rire. Je parle des vrais experts, les Jorion, François Leclerc, Olivier Berruyer… Pas des tocards du microcosme. Super Mario Draghi, en déclarant jeudi 6 que la BCE était désormais prête à racheter de la dette européenne en quantité « illimitée », vient de reconnaître de fait que la Grande crise le devenait tout autant.

Bon « illimitée », vous me direz, pour ce qui est de la crise, je ne sais pas. Mais pour ce qui est du rachat d’obligations pourries européennes, c’est façon de parler, comme d’habitude. Parce que les conditions qu’il met, le Mario, pour voler aux secours des naufragés, sont elles aussi sacrément illimitées !

  • Des décisions qui ne seront pris qu’au coup par coup (surtout pas de façon systématique) ;
  • des titres de un à trois ans de maturité maxi ;
  • le fait de s’adresser d’abord au Fonds de stabilité financière (FESF, promis mais toujours pas créé à ce jour) ;
  • le fait de respecter à la lettre des « plans de sauvetage » (lisez d’austérité) draconiens…

« Retenez-moi ou je ferai (peut-être) un malheur ! »

Bon, arrêtons de rigoler. Ce qu’a dit en substance Super Mario, c’est un nouveau truc du genre : « Retenez-moi ou je ferai un malheur… plus tard ! ». Et « à condition que… » au pluriel carabiné. Un peu comme son collègue américain de la Fed, Bernanke et son lénifiant « toujours prêt à agir si… ».

Plus tard, toujours plus tard, et pour cause ! La vérité, c’est que ceux-là n’ont plus rien dans la besace. Alors ils brassent du vent. La planche à billets ? Mais les billets, même artificiels, même de Monopoly, finissent toujours par se payer cash. Et qui pour payer ? Les Allemands ? Ha ha ha !

Il y avait un gouverneur de banque centrale à ne pas voter la résolution finale de la BCE, lors de la réunion qui précédait la déclaration de Mario Draghi. Devinez lequel ? Qui pour refuser de payer les pots cassés d’une BCE transformée en “bad bank” foireuse ?

Les marchés et les socialistes français sont contents

En attendant, tous les voyants économiques continuent de tourner au cramoisi… illimité ! Même Super Mario a dû réviser ses prévisions à la baisse, lors de sa prestation du 6 septembre, c’est dire !

Mais qu’importe, les marchés, eux, sont contents. Les marchés sont toujours contents depuis quelques temps. Et nos socialistes aussi. Très contents.

« La décision de la BCE de racheter sans limite de la dette des Etats de la zone euro est “une victoire évidente pour François Hollande” et signe l’acte de décès définitif du “Merkozy”, a estimé jeudi le président du groupe PS Bruno Le Roux dans un communiqué.
“Cette décision, totalement inenvisageable il y a encore six mois, est une victoire évidente pour François Hollande”, selon le député de Seine-Saint-Denis. »
(AFP, 6 septembre).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *