Cadeau de Noël : Danzon n° 2, dirigé par Gustavo Dudamel

Gustavo_Dudamel.png

Regardez bien la vidéo qui va boucler ce court billet en guise de cadeau de Noël et d’étrennes réunis. C’est ma mioche de dix-huit berges qui vient de me faire découvrir ça. Regardez bien la jeunesse du chef d’orchestre, Gustavo Dudamel (né en 1981).

Regardez bien les musiciens de l’orchestre, l’âge des musiciens, la beauté du chef d’orchestre et des musiciens. Écoutez la fulgurante beauté de cette musique composée par un guère beaucoup plus vieux (enfin, de mon âge à moi), Arturo Marquez.

Le nom de l’orchestre ? Simon Bolivar des jeunes du Venezuela. Non, non, je ne vous parlerai pas de Chavez ici. Mais l’orchestre Simon Bolivar a, sinon une mission politique, du moins une mission sociale.

Troupes fringantes

Il s’inscrit dans le cadre de la « Fundación del Estado para el Sistema Nacional de las Orquestas Juveniles e Infantiles de Venezuela ». Son but, initier les mômes dès l’âge de deux ans, riches ou démunis, à la richesse de la musique classique.

Son fondateur, José Antonio Abreu, chef d’orchestre… et économiste ! Vous avez bien lu : é-co-no-miste. Et pas seulement musicien et économiste, mais aussi homme politique puisqu’il fut ministre de la culture de son pays en 1988.

Oui, c’est ma gamine de dix-huit berges qui m’a fait découvrir ce joyau. Quel plaisir quand le cours des choses est inversé et que ce sont vos mômes qui vous font découvrir le monde. Quand je vous dis que c’est de ces troupes fringantes que viendra la lumière.

Allez, je vous laisse avec eux, avec leur musique. Chapeau bas, les mioches.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *