CATALOGNE

Che Guevara independantiste :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article843

Cliquer sur le lien ci-dessus pour voir la vidéo.

Salut à toutes et à tous,

Comment peut-on être anti-impérialiste sans être indépendantiste ?

Comment des communistes peuvent-ils soutenir une monarchie contre une république ?

Ce n’est pas l’extrême gauche non-indépendantiste qui a exécuté Carrero Blanco, le successeur désigné de Franco. C’est l’ETA, c’est-à-dire l’extrême gauche indépendantiste basque ! Et cela fut fêté et glorifié de nombreuses fois par de nombreuses manifs massives partout en Europe : « Eeeeeeeeeet hop ! Franco ! plus haut que Carrero ! »

En France, après mai 68, toute l’extrême gauche a soutenu tous les indépendantismes de gauche. Je reste bien entendu sur cette ligne.

J’ai l’impression que certains communistes d’aujourd’hui, au lieu d’aider le FLN algérien des années 1950-60, lui tireraient dessus à boulets rouges sous prétexte d’anti-impérialisme, aidant ainsi l’impérialisme français !

Pourtant, s’il y a eu les révoltes des années 1960, avec les hippies, les Yippies et tout ça aboutissant à l’apothéose de mai 68, c’est pour beaucoup grâce aux mouvements de soutien aux luttes indépendantistes de gauche menées au Vietnam et en Algérie.

Les luttes prolétariennes indépendantistes sont toujours bien plus radicales dans leurs moyens que les luttes prolétariennes non-indépendantistes. Dans une lutte prolétarienne indépendantiste, le prolétariat va souvent jusqu’à prendre les armes, alors que dans une simple lutte prolétarienne normale, il se contentera de faire grève, et encore !

En refusant de voir cela, une certaine fraction de l’extrême gauche d’aujourd’hui refuse de voir la réalité telle qu’elle est pour rester dans un certain idéalisme dogmatique.

Le matérialisme implique de partir du réel, des luttes réelles. Pas des idées que l’on a sur ce qu’elles devraient être.

En Catalogne, en ce moment, s’ouvre un porte pour la révolution si le prolétariat devient le moteur de l’indépendance. Car c’est alors lui qui prendra le pouvoir dans la république catalane si c’est elle qui gagne contre la monarchie espagnole.

A+
do
http://mai68.org/spip2

Remarques sur la position du prolétariat catalan par rapport à l’indépendance :

Je ne comprends pas qu’un ami ait pu me dire :

« Enfin, d’une manière générale, parler d’ »impérialisme », cela suppose un rapport d’exploitation de l’impérialisme espagnol par rapport au prolétariat catalan, or, comme on l’a vu, c’est plutôt l’inverse qui est vrai, et sous ce rapport, la « micro-nation » catalane se présente déjà, à la limite, comme un micro-impérialisme ! »

Car, s’il avait raison, si actuellement c’était l’Espagne qui subissait l’impérialisme Catalan, alors la Catalogne n’aurait aucune raison de vouloir son indépendance ; elle chercherait plutôt à se maintenir à la tête de l’Espagne. Mais bien sûr, ce n’est pas elle qui tient l’Espagne, c’est la monarchie espagnole qui tient la Catalogne et l’empêche d’être la république qu’elle avait proclamé déjà en 1641 :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article828

Quant au prolétariat catalan, Si la direction de la CGT catalane se refuse à prendre position pour ou contre l’indépendance de la Catalogne, c’est uniquement parce qu’elle veut conserver ET ses adhérents indépendantistes, ET ses adhérents non-indépendantistes. C’est du pur opportunisme. On sait bien aussi que les directions syndicales ne reflètent pas forcément les positions du prolétariat en général, puisque c’est une minorité de prolos qui sont syndiqués, et que même la base syndicale n’est pas forcément d’accord avec ce que la direction cherche à lui imposer.

Contrairement à ce que certains communistes ou anarchistes croient, ce n’est pas la grande bourgeoisie catalane qui est indépendantiste puisqu’elle vient de fuir massivement la Catalogne par peur de cette indépendance, les grandes entreprises et les banques sont en effet parties de Catalogne pour aller à Madrid ou ailleurs en Espagne.

Remarquons-le bien : plus de 40 % des habitants inscrits sur les listes électorales catalanes ont participé au référendum du 1er octobre 2017 malgré la terrible répression militaro-policière de la monarchie espagnole destinée à les intimider pour les empêcher d’aller voter. 40% de participation, dans de telles circonstances, c’est énorme ! Et ils ont voté pour l’indépendance à 90 % ! ce qui signifie que c’est l’immense majorité des Catalans qui sont indépendantistes, même celles et ceux qui ne sont pas des « Catalans de souche », comme dirait une nana bien connue dont je déteste les positions politiques.

Donc, contrairement à ce que certains disent, c’est bel et bien le prolétariat catalan qui est indépendantiste, et PAS la bourgeoisie. Ce qui n’a rien d’étonnant, puisque comme cela s’est bien vu en France pendant la deuxième guerre mondiale, la bourgeoisie est dans le camp de la collaboration avec l’envahisseur.

Exemples de révolutions ou de tentatives révolutionnaires :

Je commencerai par la Commune de Paris, à propos de laquelle Eugène Pottier écrivit en juin 1871 un chant devenu célèbre : l’Internationale. L’Allemagne avait envahi la France, et la classe dominante française ayant perdu la guerre avait livré Paris à l’Allemagne. C’est pourquoi le prolétariat parisien se souleva pour sauver Paris de l’impérialisme allemand. Il s’agissait donc aussi d’une lutte indépendantiste. La répression fit 100 000 morts d’après Louise Michel. Paris comptait à cette époque 600 000 habitants.

Il y a aussi la révolution chinoise, qui s’est voulue communiste, mais dont l’aiguillon était l’indépendantisme vis-à-vis de l’impérialisme japonais qui avait militairement envahi la Chine.

Vietnam et Algérie : Il y a bien entendu les révolutions indépendantistes d’extrême gauche algérienne et vietnamienne qui obtinrent un grand soutien de la part des populations occidentales contre l’impérialisme de leurs propres classes dominantes. Ces mouvements de soutien aux indépendantismes algérien et vietnamien jouèrent un grand rôle dans l’arrivée de la gigantesque contestation des années 1960 aboutissant à mai 68. Un mouvement de soutien à l’indépendantisme catalan pourrait obtenir un résultat similaire.

Birmanie : Il y a encore le très bel exemple de la tentative révolutionnaire birmane de 1988. Plusieurs dictateurs furent renversés successivement en quelques mois puisqu’aucun ne convenait. La population Birmane était en révolte totale et elle était alliée à toutes les régions périphériques au sein de la Birmanie. Régions qui avaient chacune leur guérilla et qui réclamaient l’indépendance vis-à-vis de la Birmanie.

Ces guérillas s’allièrent avec la population birmane qui avait pris elle aussi les armes.

Le rapport des forces était tel qu’après avoir viré le 7° ou le 8° dictateur en Birmanie, ce n’était plus la population qui se protégeait derrière les barricades, mais l’armée, qui d’ailleurs un peu plus tard, n’osait même plus sortir de ses casernes.

La défaite de la tentative birmane de la révolution en 1988 fut cinglante. En effet, ne voyant aucun Zorro venir, aucun sauveur suprême prendre le pouvoir et faire ce que la population souhaitait, la population finit par se décourager. L’armée en a profité pour reprendre la rue puis le pouvoir. La répression fut terrible, il ne resta plus aux révolutionnaires les plus connus qu’à se réfugier derrière les lignes de guérilla des régions périphériques, chez les Karens ou chez les Chans par exemple. Ce qui montre bien l’utilité des guérillas indépendantistes pour la révolution.

Révolution Française : on me dira que la révolution qui a servi d’exemple à toutes celles qui ont suivi n’avait rien à voir avec l’indépendantisme. C’est peut-être vrai, mais cela a tout de même à voir avec l’impérialisme. En effet, Voltaire était financé par Frédérick II de Prusse, Diderot pas Catherine II de Russie, et Marat par les services secrets anglais. Le but de l’Angleterre étant évidemment d’affaiblir l’impérialisme français.

Révolution russe : De la même façon, on sait bien que l’Allemagne de 1914-18 finança tous les groupes révolutionnaires de Russie afin d’affaiblir le Tsar Nicolas II et d’essayer de supprimer le front russe.

Ukraine : quant à la belle makhnovtchina, elle fut un grand mouvement armé révolutionnaire tout autant anarchiste qu’indépendantiste. En effet, pour supprimer la guerre afin de concentrer ses forces sur la révolution russe, le grand stratège Lénine livra l’Ukraine à l’Allemagne lors du traité de Brest-Litovsk ; ce qui déclencha la révolte indépendantiste menée par l’anarchiste Makhno. L’Ukraine préférait rester russe que passer sous le joug de l’impérialisme allemand.

CUBA : Bien entendu la révolution cubaine menée par Fidel avec le Che fut aussi une révolution indépendantiste, puisqu’il s’agissait de ne plus être sous le joug de l’impérialisme US.

8 pensées sur “CATALOGNE

  • avatar
    25 octobre 2017 à 14 02 09 100910
    Permalink

    Cher DO

    Je vois que tu patauges dans la choucroute. C’est que tu ne lis pas ce que les gens écrivent = tu interprètes.

    1) Dans un premier temps tu fais comme les séparatistes québécois je connais bien cette fraude. ILs déclarent comme toi « tu es indépendantistes québécois – séparatistes et chauvin nationaliste Québec = ou alors tu es royaliste – fédéraliste – pro-britannique – pro-impérialiste pro chauviniste canadian » et ils voudraient ces pro-impérialistes québécois nous coincer dans le coin

    2) Tu auras compris que le prolétariat canadien et sa section québécoise ont toujours refusé cette impasse puisqu’ils sont (les prolétaires) à la fois anti-impérialiste québécois et anti-impérialiste canadien anti impérialiste américain et britannique et français et ajoute à la liste.

    Ni la peste ni le choléra simple à comprendre en attendant de se débarrasser des deux à la fois.

    robert bibeau http:/www.les7duquebec.com
    A bas le chauvinisme national catalan, madrilène, québécois, canadien leurs guerres bourgeoisies ne sont pas les nôtres.

    Répondre
  • avatar
    27 octobre 2017 à 2 02 28 102810
    Permalink

    Vous avez raison M. Bideau mais il faut aussi prendre en considération le mouvement. L’histoire n’est pas figée. et il n’est immuable que le mouvement. De telle sorte qu’on ne peut pas taper du pied avec des vérités toute faite en attendant le grand soir non plus, même si votre analyse est ô combien juste.
    Il me semble ainsi que chaque bataille mérite d’être menée si on garde à l’esprit qu’elle n’est qu’une lutte dans le cadre de la lutte globale du prolétariat. Aussi, si les palestiniens prolétaires obtenaient dans une action commune avec leur bourgeoisie d’avoir une mainmise sur les territoires qui leur appartient, avec moins de checkpoint et d’hommes en armes de Tsahal autour, sans doute pourraient-ils encore mieux s’organiser pour avancer vers le socialisme. De même si le prolétariat catalan obtenait, par lutte pour leur indépendance chauvine, une sortie de l’UE et de l’euro, ce serait un progrès tangible qui leur permettrait de mieux avancer, grossier, s’agréger et avancer vers le socialisme. Ne pensez-vous pas ?

    Répondre
    • avatar
      27 octobre 2017 à 14 02 58 105810
      Permalink

      @ btourne

      Vous écrivez ceci : « Aussi, si les palestiniens prolétaires obtenaient dans une action commune avec leur bourgeoisie d’avoir une mainmise sur les territoires qui leur appartient, avec moins de checkpoint et d’hommes en armes de Tsahal autour, sans doute pourraient-ils encore mieux s’organiser pour avancer vers le socialisme. De même si le prolétariat catalan obtenait, par lutte pour leur indépendance chauvine, une sortie de l’UE et de l’euro, ce serait un progrès tangible qui leur permettrait de mieux avancer, grossier, s’agréger et avancer vers le socialisme. Ne pensez-vous pas ? »

      Vous plantez votre poignard au coeur de la plaie nationaliste – chauvine MERCI. C’était la question à posée effectivement .

      1) D’abord vous devez comprendre que je ne lutte pas pour une avancée vers le SOCIALISME qui s’est avéré historiquement du capitalisme d’État en Russie – en Chine et PARTOUT PARTOUT où le « socialisme » a été implanté les derniers exemples étant Cuba et la Corée du Nord dirigé par une dynastie

      2) Ma lutte est pour avancer vers la RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE. Quelle sorte de mode de production – société – système social – le prolétariat (pas un parti j’écris bien LE PROLÉTARIAT EN ARME voudra construire après le renversement violent de l’État et du mode de production capitaliste = j’ai une petite idée mais je garde mon hypothèse pour moi

      3) C’est dans cette perspective révolutionnaire qu’il faut attaquer la question des lutes de soi-disant libération nationale bourgeoise. MA RÉPONSE EST NON le prolétariat palestinien n’obtiendra RIEN du fait de changer ses gardes chiournes israéliens par des gardes chiournes palestiniens du Fatah ou du Hamas. D’ailleurs ils ont déjà obtenu ce « privilège » dans quelques vilels bantoustans et à Gaza et leurs kapo palestiniens sont tout aussi terribles tortureurs que les israéliens

      4) Pour la Catalogne MÊME RÉPONSE les assassinats collectifs en moins (on est pas dans un pays du tiers monde en Espagne les assassinats d’opposants sont moins nombreux et plus dissimulés. Sortir de l’euro et de l’Europe dites-vous ??? La bourgeoisie séparatiste catalane a donner toutes les garanties de sa soumission à Bruxelles et à l,OTAN = elle ne sème pas la zizanie pour sortir de l’Euro et de l,OTAN la bourgeoisie catalane mais pour s’accaparer une plus grosse portion des taxes et des impôts.

      5) De toute façon je suis totalement opposé à ces luttes nationaleuses consistant à se désigner au prolétariat l’euro ou Bruxelles ou l’OTAN comme adversaires = C’est le capitalisme – le mode de production capitaliste OBLIGATOIREMENT MONDIALISTE ET RÉACTIONNAIRE qu’il faut renverser pas l’OTAN qui s’effondrera avec le capitalisme celui-ci n’étant qu’une entente entre capitaliste.

      6) L’ÉTAPISME. J’ai cru moi aussi dans les années 1970 – 1980- 1990 que chaque petit pas pour dénoncer telle ou telle organisation – structure – politique capitaliste mènerait la classe ouvrière vers la révolution. EXEMPLE s’emparer de la direction d’une mairie, d’un poste de ministre, de la présidence d’un pays du tiers monde – d’un poste de sénateur etc. etc. rapprochait la classe de la révolution. Aujourd’hui en 2017 nommez-moi un seul endroit UN pas davantage où cette tactique d’entrisme de prise en charge de la lutte nationaliste – de présidence Allende ou de révolution cubaine – russe ou chinoise COMMUNISTE a rapproché ces ouvriers du mode de production communiste ?????

      6) Tout ce que cela a donné c’est que les ouvriers déçus – trahis par les gauchistes rejette ces révisionnistes socialiste – communistes – gauchistes AVEC RAISON JE LES ENCOURAGE À LES RENIÉS CES TRAITRES. On ne doit pas collaborer au fonctionnement du capitalisme puisque nous voulons le détruire et pour cela conserver notre intégrité révolutionnaire jusqu’au soulèvement où nous les balaierons sans rémission.

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
      • avatar
        28 octobre 2017 à 8 08 13 101310
        Permalink

        Je vais essayer de prendre un peu de temps pour vous répondre plus complètement, mais sachez tout d’abord que je partage vos analyses (je me régale même à vous lire) et que je pense chercher à atteindre le « même port » que vous.
        Pour autant, nous parlons là de tactique pour que le prolétariat s’arrache à sa condition et se lève comme un seul homme contre la bourgeoisie et le mode de production capitaliste. Mais est-ce qu’il nous faut entre-temps « taper du pied » en scandant « révolution ! révolution ! », ou bien nous faut-il au contraire, comme Lénine nous l’a enseigné me semble-t-il, participer à toutes les formes de lutte de manière à améliorer la condition du prolétariat autant que faire ce peut, ou résister à la machine à broyer capitale-imérialiste ? je pense qu’il nous faut agréger le prolétariat vers le mouvement communiste mais cela ne se fera pas sans militantisme, sans avant-garde éduquée…

        Répondre
        • avatar
          28 octobre 2017 à 11 11 43 104310
          Permalink

          @ Btoune

          1) Oui nous parlons de tactique vous avez raison.
          2) Non il ne faut taper du pied en scandant révolution et ne rien faire au contraire
          3) QUE FAIRE – voilà la question que vous posez
          4) NON les prolétaires révolutionnaires ne doivent absolument pas diriger – pousser de l’avant – toutes sortes de luttes (exemples nos go-gauches qui s’engouffrent dans toutes les guerettes féministes bourgeoisies pour que les femmes aient le droit de s’enroler dans l’armée et devenir générale en chef pour écraser la rébellion populaire – la bataille pour les droits des animaux alors que les droits des prolos sont baffoués, la bataille pour quémander un salaire minimum décent – etc. etc. toutes ces batailles réformistes qui laissent croire au prolétariat que l’on doit quémander à l’État des riches des allègements à notre peine) Ce sont les petits-bourgeois – ce qu’était Lénine qui embarque dans n’importe quel wagon plombé que propose le capital pour diriger la classe vers des culs de sacs futiles – Autre exemple la soi-disant bataille contre les changements climatiques où le prolétaire se retrouve assis avec tous les capitalistes de la terre et avec leur larbin politicien SAUF TRUMP … LE FAIT QUE TRUMP S’OBJECTE ne signifie pas que Macron est révolutionnaire Autre exemple concret Lénine à entrainer trois générations de révolutionnaires à défendre les droits de la bourgeoisie nationale à obtenir sa propre patrie où exploiter son propre prolétariat national et à ramasser sa part de plus value au passage dans son périple vers l’impérialisme financier.
          5) Laissons les petits bourgeois paupérisés et gauchisés s’égosiller pour 100 luttes pour obtenir des AMÉLIORATIONS COMME TU L’ÉCRIS. Je vais te dire ce qui surviendra A) En phase de croissance économique capitaliste (1968) ils obtiendront des concessions-améliorations B) En phase de crise aigue de l’économie capitaliste (2017) ils n’obtiendront rien – rien – des clopinettes et moins et ce n’est pas manque de bonne volonté des capitalistes – leur job à eux c’est de faire tourner le capital alors les ouvriers doivent être mis en coupe serrée

          6) NOUS prolétaires révolutionnaires que doit-on faire ??? Laissés les go-gauche s’égosiller – parader – et nous mettre de l’avant deux choses DEUX SEULEMENT A) on va aux parades contre la loi travail par exemple et on dit =

          Répondre
  • avatar
    28 octobre 2017 à 11 11 48 104810
    Permalink

    @ Btoune

    1) Oui nous parlons de tactique vous avez raison.
    2) Non il ne faut taper du pied en scandant révolution et ne rien faire au contraire
    3) QUE FAIRE – voilà la question que vous posez
    4) NON les prolétaires révolutionnaires ne doivent absolument pas diriger – pousser de l’avant – toutes sortes de luttes (exemples nos go-gauches qui s’engouffrent dans toutes les guerettes féministes bourgeoisies pour que les femmes aient le droit de s’enroler dans l’armée et devenir générale en chef pour écraser la rébellion populaire – la bataille pour les droits des animaux alors que les droits des prolos sont baffoués, la bataille pour quémander un salaire minimum décent – etc. etc. toutes ces batailles réformistes qui laissent croire au prolétariat que l’on doit quémander à l’État des riches des allègements à notre peine) Ce sont les petits-bourgeois – ce qu’était Lénine qui embarque dans n’importe quel wagon plombé que propose le capital pour diriger la classe vers des culs de sacs futiles – Autre exemple la soi-disant bataille contre les changements climatiques où le prolétaire se retrouve assis avec tous les capitalistes de la terre et avec leur larbin politicien SAUF TRUMP … LE FAIT QUE TRUMP S’OBJECTE ne signifie pas que Macron est révolutionnaire Autre exemple concret Lénine à entrainer trois générations de révolutionnaires à défendre les droits de la bourgeoisie nationale à obtenir sa propre patrie où exploiter son propre prolétariat national et à ramasser sa part de plus value au passage dans son périple vers l’impérialisme financier.
    5) Laissons les petits bourgeois paupérisés et gauchisés s’égosiller pour 100 luttes pour obtenir des AMÉLIORATIONS COMME TU L’ÉCRIS. Je vais te dire ce qui surviendra A) En phase de croissance économique capitaliste (1968) ils obtiendront des concessions-améliorations B) En phase de crise aigue de l’économie capitaliste (2017) ils n’obtiendront rien – rien – des clopinettes et moins et ce n’est pas manque de bonne volonté des capitalistes – leur job à eux c’est de faire tourner le capital alors les ouvriers doivent être mis en coupe serrée

    6) NOUS prolétaires révolutionnaires que doit-on faire ??? Laissés les go-gauche s’égosiller – parader – et nous mettre de l’avant deux choses DEUX SEULEMENT A) ON EXPLIQUE AUX OUVRIERS QUE LE SYSTÈME IMPLOSE ET SE PRÉPARE à exploser et que ni politiciens de merde ni capitalistes ne sont responsables ils n’y peuvent rien = c’est le mode de production en entier qu’il faut abattre – radier – l’État des riches pour commencer alors on lui demande rien à l’État on résiste de toutes nos forces
    b) on va aux parades contre la loi travail par exemple et on dit = UNE SEULE TACTIQUE LOYALE GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE sauvage les syndicats vous suivez où écartez-vous on n’a pas besoin de vous.

    7) Lutte de résistance farouche sur le front économique d’abord pour qu’elle se déplace en se radicalisant vers le champ politique ensuite où la on remettra en cause le pouvoir d’État des riches

    robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre
  • avatar
    28 octobre 2017 à 14 02 53 105310
    Permalink

    Vous êtes assez sévère avec Lénine je trouve. Il n’est pas responsable de la contrerévolution mondiale qui a soutenu les blancs quand même… et il a je pense invité tous les militants marxistes-communiste à investir tous les champs de lutte possible. Il faut bien agréger les masses pour les éclair et vice versa d’ailleurs. Comment réalisé un bon qualitatif révolutionnaire sinon par une multiplication de bonds quantitatifs préalables ? ou alors le matérialisme historique n’est plus de mise ?
    mais sur le fonds de l’analyse, croyez le bien nous sommes d’accord. il faut abattre le mode de production capitaliste mais je ne crois pas volontarisme abstrait, idéaliste en fait. Je pense que nous sommes les cellules ‘un corps social qui fait masse et lorsque la masse sera en mouvement, elle balaiera les capitalisme … mais pour y arriver, comme vous le dites en reprenant Lénine, Que Faire ?Je suis français et je milite au PRCF. Nous pensons que pour agréger les masses vers nous il faut viser au plus juste et nous avons actuellement un triple mot d’ordre sur la sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN immédiate pour à terme sortir du capitalisme. S’il était faisable de décréter directement la révolution, nous ne ferions aussi.

    Répondre
  • avatar
    28 octobre 2017 à 14 02 55 105510
    Permalink

    agréger les masses pour les éclairées… correcteur automatique de m…
    je fais pas mal de fautes aussi… je vais trop vite sans le relire, désolé

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *