Ces barbares qui nous gouvernent

MICHEL KOUTOUZIS :

Ludwig Wittgenstein disait : éthique égal esthétique. Selon l’auteur du Tractatus Logico-Philosophicus, si le langage ne peut pas tout exprimer ni dévoiler la nature humaine, son rétrécissement répétitif  annonce la barbarie.  Cet état primaire – mais aucunement sauvage –  du dit, de l’énoncé qui consiste à répéter encore et toujours la même chose rétrécît l’intelligence non seulement de ceux qui l’entendent (c’est après tout le but inavoué) mais surtout de ceux qui l’utilisent. La communicationremplaçant la pensée,  un expert communiquant qui, invariablement, répète la même chose depuis vingt ans, et ce indépendamment de la réalité des événements, finit par devenir un crétin au pire, au mieux un autiste.  Son état mental et ses capacités cognitives nous importent peu, mais la conséquence de son état, celui d’un barbare insensible, nous concerne tous.  Laposture (souvent moralisante) remplaçant l’analyse, ajoutée au fait qu’il monopolise quasiment une parole officielle, proposée comme avis indépendant et rationnel finit parse transformer en un mur infranchissable pour l’entendement. Le monopole de la parole experte devenant une exclusion pour la pensée critique.Nous sommes ainsi en présence d’une pensée eschatologique, c’est à dire, pour donner le sens premier à ce terme, d’une logique fermée qui va au bout de sa logique, sans jamais concevoir l’existence d’une alternative, d’une autre logique, voire d’un autre monde. La pensée totalitaire, qu’elle soir religieuse, politique ou économique, conçoit de la sorte un monde à décliner dans ses moindres détails mais exclut tout autre monde, toute autre logique ou interprétation. Pendant que les nazis détruisaient le monde, ils pensaient (et se référaient) à un monde parfait (ou idéal) où cependant, et au nom de cette perfection, toute pensée divergente était sanctionnée. Et Goebbels répétait lemême discours, depuis les premiers moments glorieux et victorieux du troisième Reich jusqu’à la veille de son suicide et de la défaite totale.

Certes, aujourd’hui on risque moins en affirmant que les réformes (toujours affublées du l’adjectif courageuses), c’est du pipeau, que de déclarer au quinzième siècle que la terre tourne autour du soleil.  Mais la punition reste du même ordre : l’excommunication du monde des communiquant, des nantis, des puissants et des avantages qui en découlent.  Hors du dogme de l’Eglise, point de salut.  Rappelons-nous en parenthèse que les autodafés nazis ne furent pas sans suite : on brûla aussi bien les disques et les brochures des Beatles au Kansas, des livres « marxistes » à Santiago et à Athènes que des Corans à Bagdad (on ne parle ici que de nos dogmes occidentaux). L’autodafé contemporain se définissant comme un ostracisme perpétuel des médias officiels et officieux à donner son avis où exprimer son analyse. Pour un Emmanuel Todd éphémère, combien de Alain Minc permanents ?

Ainsi, les mêmes certitudes protègeraient le mot réforme que celui du Saint Esprit ; la dérégulation du marché du travail devenant une sorte de purgatoire nécessairepour accéder auparadis du plein emploi et de la reprise (ou croissance, au choix) en tant qu’idéal. Sans vouloir être cruel pour ces clercs du monologue linéaire et fermé, rappelons-leur cette phrase de Francis Scott Fitzgerald, que l’ont lit dans sa nouvelle L’Effondrement on reconnaît une intelligence de premier ordre à son aptitude à faire exister dans son esprit deux idées contraires à fonctionner.

Si nos élites dirigeantes n’arrivent plus à coordonner deux pensées opposées, ils peuvent par contre, à l’intérieur de leur monologue figé, supporter les plus grandes des contradictions. Le même philosophe –activiste – géopoliticien – moraliste (et on en passe) qui approuve une révolte armée en Libye, prédéterminéecomme un idéal ne portant aucune contradiction interne, le même considère intolérable que l’on séquestre pour quelques heures un patron.  Quelle que soit la souffrance des salariés, il existe un nombre incalculable de moyens d’action pour protestercrie-t-il sur le petit écran. Excepté, bien entendu, celui qu’ils choisissent.

Lorsque le ministre allemand de l’économie répète que les grecs sont sur la bonne voie, mais il faut qu’ils persévèrent,  il considère que la seule bonne voie reste la sienne, et que toute autre leur ferait plus de mal que de bien. Autiste et aveugle, il répète exactement le même discours depuis quatre ans, tandis que les résultats de sa bonne voie sont la personnification même de la désolation. Et cela, même selon ses propres standards. Comme Goebbels.

Imaginons un peintre peignant encore et toujours le même tableau. Un mathématicien qui, oubliant la poésie et l’aléatoire des nombres, n’utiliserait que les variables débouchant sur des dividendes sonnants et trébuchants. Imaginons un musicien qui composerait le même morceau durant toute sa vie. Avec indulgence, on dirait d’eux qu’ils sont obsessionnels.  Pour les dirigeants qui en font de même, sans indulgence aucune, on peut affirmer qu’ils sont redevenus des barbares totalitaires  qui, en sacrifiant à (leur) idéal esthétique et morale perdent aussi toute efficacité. Clausewitz écrivait : Quand vous modélisez c’est comme quand vous marchez sur la terre. Mais quand, ensuite, vous mettez en œuvre le plan, vous marchez sur l’eau.  Aucunplan idéal ne vaut le sacrifice des intéressées, ajoute Matthieu (V,13) : Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec qui la lui rendra-t-on ?

Une pensée sur “Ces barbares qui nous gouvernent

  • avatar
    19 septembre 2013 à 22 10 52 09529
    Permalink

    Ils sont pourtant tous diplômés de l’université comme quoi les études universitaire ne mène pas à la conscience universelle de la réalité mais à l’univers des idéologies en boucles fermées sur eux-même d’où la répétition des mêmes mantras idéologiques. Seul le vivre ensemble, aimer la nature et la vie peut amener à la conscience universelle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *