Cette pseudo-démocratie… qui peut nous conduire au fascisme

Recherche menée par Robert Gil

TURKEY-WEATHER-SNOWPeu à peu, au fil de la crise, des scandales, des frustrations, des peurs, du délitement du lien social, les pièces du puzzle se mettent en place. Le scénario est connu, il a fait le malheur du 20ème siècle. Il est en passe de recommencer. Certaines et certains vont percevoir dans ce titre une provocation. Hélas, ils/elles ont tort. Nous allons voir que c’est la faillite du « régime démocratique » qui conduit au fascisme. Nous avons aujourd’hui le recul de l’Histoire, et celle du 20ème siècle nous en apprend beaucoup sur le fatal processus qui conduit à un tel drame.

Le système politique dans lequel nous vivons aujourd’hui, en France, et dans les autres pays européens est étiqueté « démocratique ». Il en a l’apparence, l’illusion du fonctionnement, et le discours officiel, largement intégré par le peuple auquel il est interdit de penser autrement. Cette méthode Coué, si confortable, évite de nous rendre compte du chemin sur lequel nous sommes et qui nous conduit à la catastrophe.

Posons directement le problème : ce n’est pas parce que nous votons à intervalles réguliers pour élire nos représentants à différentes instances que notre société a un fonctionnement démocratique… La situation actuelle en est une preuve. Sur le papier, en théorie, le principe du fonctionnement démocratique paraît simple : les citoyens élisent librement leurs représentants qui réalisent leurs désirs politiques. Or, nous le savons depuis longtemps… ça ne se passe pas comme cela.

 1 – Ce principe s’applique dans, et pour, un système économique – le capitalisme – qui n’a jamais fait de l’intérêt du citoyen sa finalité, donc en contradiction totale avec la philosophie même de la démocratie. L’individu y est au service de l’économie et non l’inverse. Tant que le système permet, plus ou moins, de satisfaire l’ensemble des besoins de la population, il arrive à se stabiliser, dans le cas contraire il se délite – ce qui est le cas aujourd’hui – entraînant avec lui le « principe démocratique », sur lequel il est censé être fondé.

 2 – Le principe démocratique de représentativité dérive et aboutit à la perte de responsabilité du citoyen. L’élection du représentant est devenue l’essentiel de l’acte citoyen, abandonnant à une classe politique les destinées et la gestion des affaires publiques.

 3 – Les partis politiques, à l’origine clubs de réflexion, sont devenus des instruments d’accès et de conservation du pouvoir ainsi que de promotion sociale pour toute une catégorie d’individus qui font de la politique leur métier, voire l’instrument de leurs prétentions et de leur enrichissement personnel.

 4 – Partis politiques et médias sont devenus de véritables instruments de domination idéologique, enserrant l’ensemble des citoyens dans une trame de pensée excluant toute remise en question du système.

Sous l’écume d’apparence démocratique fonctionne de fait un système politique qui ne l’est pas. La décadence du système économique marchand, qui n’arrive plus à créer du lien social et la circulation rapide de l’information minent ce qui faisait la stabilité de ce système : la confiance des citoyens. Un écœurement citoyen, suivi d’un détachement des affaires publiques se fait jour donnant naissance à un désintéressement politique qui peut-être source de toutes les aventures. Le capitalisme ne mérite pas le principe démocratique, c’est pourtant cela que les classes dirigeantes essayent de nous faire accepter.

La crise que nous traversons révèle l’incapacité et/ou la volonté de la classe politique de trouver une issue conforme à l’intérêt général. L’État – les États – se révèle(ent) être ce qu’il(s) a(ont) toujours été, le(s) défenseur(s) des possédants. La crise financière en a été un révélateur exemplaire. Les choix faits – ou non faits – en matière de politiques économiques – le choix de l’austérité – montrent à l’évidence tout le mépris qu’inspire aux dirigeants l’intérêt des peuples.

Le système politique actuel, contrairement aux apparences « démocratiques », n’offre véritablement aucune issue – ça a été son point fort, c’est aujourd’hui son point faible… Au fil des élections, des bourrages de crânes électoraux, des promesses, des manœuvres dilatoires d’appareils politiques, de fausses polémiques, d’affaires plus ou moins sordides, on reproduit une situation qui ne cesse de se dégrader de plus en plus. L’illusion du changement toujours annoncé, cède aujourd’hui la place à une désillusion qu’illustrent, dans le meilleur des cas, l’abstention, dans le pire, le vote néofasciste, car on le sait, en l’absence d’une alternative crédible, viable face à la décadence du système en place, le pire est à craindre.

Certes, on assiste localement, de façon sporadique, à des initiatives alternatives qui tentent, souvent avec succès de créer le lien social que ne peut plus produire le système dominant ; mais l’ensemble de ces projets ne constitue pas une alternative politique globale. C’est le système politique en place qui a encore la main en ce domaine, et tout est fait pour aboutir à une impasse.

Cette logique d’obstruction, et l’Histoire l’a montré, peut produire le pire : l’arrivée au pouvoir de forces politiques qui, sans apporter la moindre solution à la crise, instaurent un état fort capable de figer toute velléité de changement et de porter atteinte aux libertés chèrement acquises.

Nous en sommes aujourd’hui à ce stade ultime où se joue une partie risquée : assurer un changement sans plus faire confiance au système politique en place complètement sclérosé ou risquer l’aventure de l’État fort dont on ne sait que trop ce qui peut en sortir.

Patrick MIGNARD

« Si je diffère de toi, loin de te léser, je t’augmente »… Antoine de Saint-Exupéry

2 pensées sur “Cette pseudo-démocratie… qui peut nous conduire au fascisme

  • avatar
    19 mars 2017 à 7 07 05 03053
    Permalink

    réponse
    Tu viens de saisir beaucoup de points intéressants sur la décrépitude de la démocratie, l’ état de doit est une tromperie monumentale pour le peuple et comme disait Anatole France l’ égalité en droit  » c’ est l’interdiction aux riches comme aux pauvres de coucher sous les ponts ». Quand nous voyons toute la mise en scène autour du pére Fillon orchestrée par ceux qui finalement ont finalisé son programme avec la loi El Khomri , notamment « la non hiérarchisation » des textes qu’il n’ était pas parvenu avec ses potes tu MEDEF à faire passer « la gogoche l’ a fait ». Pour ce qui du fascisme, c’ est de l’ histoire ancienne comparée à ce qui se passe avec le contrôle social par le NET les satellites ( ses anges gardiens du citoyen) ils ont l’œil sur nous avec la « machine à gouverner ». La preuve ils savent en temps réel ce que je viens d’ écrire. Quand la situation insurrectionnelle mondiale deviendra plus dangereuse , ils utiliseront les drones tueurs, ils le font d’ ailleurs déjà.

    Répondre
  • avatar
    20 mars 2017 à 12 12 19 03193
    Permalink

    @ar le net = Vous avez raison, mais pour autant, si nous sommes très nombreux à nous éveiller, et à nous interconnectés, il sera difficile à ce pouvoir policier même s’il est mondial, de nous « droner », parce qu’il y aura pléthore de drones dans les nuages, non ?

    Oui le constat de R. Gil est juste, le fascisme est déjà dans la place ! Pourquoi pas dès lors que nous l’avons compris, ne pas retirer notre consentement en masse et d’un coup sec, à la poursuite du bouzin ? C’est parce que nous le nourrissons que ce Système continue. Voter pour le moins pire c’est toujours voter et voter blanc c’est se déplacer pour dire, personne ne me plaît, mais proposez quelqu’un de bien et je voterai pour lui…

    Je l’ai déjà avancé, pour ma part, puisque la solution ne viendra pas de l’élection (tu m’étonnes) ne votons plus ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/12/barnum2017-tout-est-bidon-dans-lelection/

    Emma Goldman, Louise Michel, nous ont expliqué tout le bien qu’elles pensaient du suffrage universel, et Pierre Kropotkine lui nous a transmis dans « La Morale Anarchiste » de 1889 sa vision de la société des sociétés ; « Cette morale n’ordonnera rien. Elle refusera absolument de modeler l’individu selon une idée abstraite, comme elle refusera de le mutiler par la religion, la loi et le gouvernement. Elle laissera la liberté pleine et entière à l’individu. Elle deviendra une simple constatation de faits, une science… Sème la vie autour de toi. Remarque que tromper, mentir, intriguer, ruser, c’est t’avilir, te rapetisser, te reconnaître faible d’avance, faire comme l’esclave du harem qui se sent inférieur à son maître. Fais-le si cela te plaît, mais alors sache d’avance que l’humanité te considérera petit, mesquin, faible, et te traitera en conséquence. Ne voyant pas ta force, elle te traitera comme un être qui mérite la compassion — de la compassion seulement. Ne t’en prends pas à l’humanité, si toi-même tu paralyses ainsi ta force d’action… Lutte pour permettre à tous de vivre de cette vie riche et débordante, et sois sûr que tu retrouveras dans cette lutte des joies si grande que tu n’en trouverais pas de pareilles dans aucune autre activité. C’est tout ce que peut te dire la science de la morale. À toi de choisir

    Voilà, comme quoi nous avons toujours le CHOIX de vivre libre, et nous soumis à ce système, qui n’est nullement une démocratie. Et pour le moment nos geôliers quémandent notre accord pour nous mettre sous clef ; Alors qu’il nous suffit de dire NON, et dans le même temps d’enclencher un nouveau paradigme, hors État et ses institutions, et en lien avec tous les Natifs, Aborigène, Peuples premiers ; Personne devant, personne derrière. Oui, je rêve, mais pour autant, je préfère ce rêve, que le cauchemar, permanent qu’on nous impose, et à la schlague ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/19/la-morale-anarchiste-par-pierre-kropotkine-1889/
    Lien vers ce texte en version PDF de 24 pages ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/03/pdfpkropotkinelamoraleanarchiste1889.pdf

    Les Abécédaires d’Emma Goldman et Louise Michel, en version PDF sont inclus dans ma page de blog dédiée ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdf-de-jbl1960/

    Après tout qu’est-ce qu’on risque, sinon de réussir ?
    JBL1960

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *