CINEMA. L’effarante invasion des « fils et filles de »

FERGUS :

Alors que le Festival de Cannes vient d’ouvrir ses portes et de déployer son tapis rouge, coup de projecteur sur l’une des caractéristiques du cinéma français : les « fils et filles de » y sont de plus en plus nombreux. Certes, le phénomène n’est pas nouveau, mais il prend désormais une ampleur jamais connue dans le passé…

Tout le monde connaît le lien de filiation entre l’acteurBernard Blier et le réalisateur Bertrand Blier, entre le dialoguiste Michel Audiard et le réalisateurJacques Audiard, ou bien encore entre Thomas Langmann, acteur puis producteur, et le réalisateurClaude Berri.Très connue également, et nettement plus spectaculaire, la dynastie des Gélin, depuis les grands-parents Daniel Gélin et Danièle Delormejusqu’à leur petit-fils Hugo Gélin, en passant par le père de ce dernier, Xavier Gélin et sa sœur Fiona Gélin, tous acteurs. Sans oublier l’actrice Maria Schneider, également fille de Daniel Gélin.Une autre dynastie d’acteurs célèbres a marqué l’histoire du cinéma : celle des Brasseur, depuis Pierre Brasseur et son épouse Odette Joyeux jusqu’à leur petit-fils Alexandre Brasseur, fils de Claude Brasseur.Belle brochette d’acteurs également dans la famille Depardieu, entre le père, Gérard Depardieu, la mère,Élisabeth Depardieu, et les enfants, Julie Depardieu et son regretté frère Guillaume Depardieu, trop tôt disparu.Plus complexe est la situation de la famille Berry. On trouve là l’actrice Joséphine Berry, fille des acteursRichard Berry et Jessica Forde. Lequel Richard Berry partage également la parentalité de l’actrice Coline Berry avec la comédienne Catherine Hiégel. Un Richard Berry par ailleurs oncle d’une autre actrice,Marylou Berry, elle-même fille de Josiane Balasko. Ouf !

Beaucoup de monde cinématographique également du côté de la nébuleuse familiale Gainsbourg-Birkin-Doillon. Quand on ne chante pas chez ces gens-là, on joue, et parfois les deux en même temps. Si tout le monde connaît Charlotte Gainsbourg, fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin, moindre est la notoriété de Kate Barry, fille de Jane Birkin, au contraire de Lou Doillon, fille de Jane Birkin et du réalisateurJacques Doillon.

Si les actrices Agathe Bonitzer, fille du réalisateur Pascal BonitzerLola Dewaere, fille de Patrick Dewaere, ou Lolita Chammah, fille d’Isabelle Huppert et de l’acteur britannique Ronald Chammah, sont peu connues du grand public, tel n’est pas le cas de Romane Bohringer, la célèbre fille de Richard Bohringer.

Impossible évidemment de passer sous silence la filiation entre Laura Smet et ses parents Nathalie Bayeet l’acteur occasionnel Johnny Halliday. Ou celle qui unit Thomas Chabrol à ses géniteurs Claude Chabrol et Stéphane Audran.

Un couple de parents acteurs d’un rejeton également comédien, rien de bien original. La preuve encore avec Bernard Giraudeau et Anny Duperey, parents de Sara Giraudeau. Idem pour Hippolyte Girardot etIsabel Otero et leur fille Ana Girardot, et pour Daniel Auteuil et Anne Jousset, parents d’Aurore Auteuil.

Autres cas intéressants : d’une part, celui de Salomé Lelouch ; fille de Claude Lelouch et Evelyne Bouix, c’est par sa mère et Pierre Arditi qu’elle a été élevée ; d’autre part, celui de Sagamore Stévenin etRobinson Stévenin, tous les deux acteurs comme leur père Jean-François Stévenin.

Reste la pléthore de comédiens, fils et filles d’un acteur ou d’une actrice célèbre : Nicolas Bedos, fils deGuy Bedos ; Vincent Cassel, fils de Jean-Pierre Cassel ; Emma de Caunes, fille d’Antoine de Caunes ; Michel Colucci, fils de Coluche ; Clovis Cornillac, fils de Myriam Boyer ; Lola Creton, fille de Michel Creton ; Anouchka Delon, fille d’Alain Delon ; Louis Garrel, fils de Philippe Garrel ; Izia Higelin, fille de Jacques Higelin ; Arthur Jugnot, fils de Gérard Jugnot ; Léo Lanvin, fils de Gérard Lanvin ; Delphine Rich, fille de Claude Rich ; Lambert Wilson, fils de Georges Wilson. Sans oublier les regrettées Marie Trintignant, fille de Jean-Louis Trintignant, et Pauline Lafont, fille de Bernadette Lafont.

Avoir un parent puissant, même s’il n’appartient pas au milieu, ne peut évidemment pas être un handicap. Cela n’a pas nui à Léa Seydoux, fille de l’industriel et financier Jérôme Seydoux. De même, avoir un père producteur ou metteur en scène célèbre, ne peut être un frein à une ambition cinématographique ; n’est-ce pas, MM. Romain Gavras, fils de Costa-Gavras, et Félix Moati, fils de Serge Moati ?

Un oncle célèbre, c’est bien aussi, et Lucie Boujenah, nièce de Michel Boujenah, doit en convenir. Et à défaut d’oncle ou de tante, il arrive que l’on puisse s’appuyer sur un frère ou une sœur : aux fratries déjà évoquées plus haut, ajoutons Catherine Frot, sœur de Dominique Frot, et Armelle Deutsch, sœur deLorànt Deutsch.

On l’a compris en prenant connaissance de cette liste bien loin d’être exhaustive, l’industrie cinématographique est une affaire de famille. À chaque festival, des récipiendaires de prix se plaisent d’ailleurs à évoquer la « Grande famille du Cinéma ». Une grande famille constituée en l’occurrence d’une nébuleuse de petites familles parfois très imbriquées les unes dans les autres.

Faut-il voir dans cette prolifération de « fils et filles de » une anomalie ? Pas sûr, car les recrutements de rejetons existent également dans nombre de secteurs d’activités très éloignés du 7e Art. Mais ces pratiques, aux relents parfois népotiques, sont partout en sévère régression. Sauf au cinéma ! Et c’est ainsi que l’on ressent comme une gêne à constater toujours plus de noms connus, accompagnés de prénoms qui le sont moins, au générique des films.

N’en déduisons pourtant pas que les producteurs sont prompts à céder aux « amicales pressions » de leurs acteurs et actrices vedettes pour faire jouer des baltringues dont la plus grande qualité se trouve dans le patronyme. Ce serait prendre les producteurs pour des personnes capables de privilégier l’amitié au portefeuille, ce qui n’est que très rarement le cas comme chacun sait. Et pour cause : ces gens-là ont besoin de bonnes critiques pour booster les entrées en salle : pas question pour eux de voir éreinter un comédien ou une comédienne dont il s’avèrerait que, fils ou fille de pur-sang, il ou elle ne serait qu’un minable canasson, une improbable haridelle.

Il faut s’y faire : les « fils et filles de » sont de bons professionnels, parfois même d’excellents acteurs et actrices. Mais on ne pourra pas s’empêcher de penser, surtout si l’on connaît soi-même des laissés-pour-compte, que cet évident favoritisme barre la route à de grands talents, injustement réduits à des rôles sans importance, voire confinés dans une figuration alimentaire, faute de carnet d’adresse ou de parents membres de la Jet Set ou du Show-Biz.

FERGUS

6 pensées sur “CINEMA. L’effarante invasion des « fils et filles de »

  • avatar
    26 septembre 2017 à 9 09 56 09569
    Permalink

    Bonjour,
    il y a au moins une erreur dans cet article et j’espère que vous la rectifierez. Armelle Deutsch n’est pas la soeur de Lorant. Merci de faire le nécessaire.

    Répondre
  • avatar
    26 septembre 2017 à 12 12 59 09599
    Permalink

    Bonsoir, Suzanne

    Sincèrement désolé si une erreur s’est glissée dans cet article. Merci à vous de l’avoir signalée.
    Cela dit, je ne peux rien faire pour modifier le texte, seuls les gestionnaires ayant cette possibilité.

    Cordialement
    Fergus

    Répondre
  • avatar
    26 septembre 2017 à 17 05 04 09049
    Permalink

    @ Madame Suzanne

    Merci infiniment pour votre commentaire rectification

    Le texte datant de du 21 mai 2013 nous avons du mal à retrouver la source

    Mille excuses .

    On aura compris et tous les lecteurs aussi que ARMELLE DEUTCH N’EST PAS LA SOEUR DE LAURENT

    Merci du rectificatif

    robert bibeau Éditeur http://www.les7duquebec.com

    Répondre
  • avatar
    27 septembre 2017 à 6 06 50 09509
    Permalink

    Bonjour,
    je vous remercie et vous prie de m’excuser pour le ton de mon commentaire qui, je le réalise en lisant votre réponse, est assez autoritaire. Armelle et Lorant n’ont aucun lien de parenté si ce n’est le talent.
    Bien cordialement
    Suzanne

    Répondre
  • avatar
    27 juin 2018 à 17 05 24 06246
    Permalink

    Bonsoir,
    Coluche n’a pas eu de fils prénommé Michel… C’était son prénom

    Répondre
    • avatar
      28 juin 2018 à 2 02 52 06526
      Permalink

      Bonjour, Virgine

      Vous avez raison, son fils acteur se prénomme Marius et non Michel. Désolé pour cette coquille.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *