Commentaire sur Marceline

Pierre Augustin Caron dit « de Beaumarchais », en vignette dans ses Œuvres complètes éditées chez Didot en 1845 par son ami Saint-Marc Girardin. Copyleft (merde aux DRM).

ALLAN ERWAN BERGER   Elle est vieille, elle est moche, elle est en habit de duègne. Elle a des prétentions comiques : elle court après Figaro pour l’épouser. Dès qu’elle apparaît, le public se prépare à ricaner, surtout si le héros débarque : alors elle va le poursuivre autour d’un fauteuil, ils vont faire un tour, deux tours, dans un sens et puis dans l’autre, et leurs pas sur les planches feront un gros bruit lourd. Tout ceci n’est point finaud. C’est Marceline, femme de charge et pot à tabac, la cinquantaine bien tassée, avec ses appétits ridicules.

Et puis d’un seul coup la voici qui gifle à toute volée tous les hommes du public et qui, en deux phrases, soulève toutes les femmes et les dépose à ses côtés, où elles gagnent. Plus rien ne sera comme avant ; on ne pourra pas faire comme si on ne savait pas qu’on venait de se faire engueuler.

Commentaire sur Marceline dans Le mariage de Figaro, par Beaumarchais

Mais pour cela, il aura fallu attendre l’impression, car les comédiens, à Paris, demandèrent courageusement à Beaumarchais de retrancher l’exploit de Marceline, sous le prétexte qu’il ne faisait pas rire. Certes, il ne fait pas rire.

BARTHOLO, montrant Marceline : « Voilà ta mère.

FIGARO : …Nourrice ?

BARTHOLO : Ta propre mère.

LE COMTE : Sa mère !

FIGARO : Expliquez-vous.

MARCELINE, montrant Bartholo : Voilà ton père.

FIGARO, désolé : O o oh ! aïe de moi !

MARCELINE : Est-ce que la nature ne te l’a pas dit mille fois ?

FIGARO : Jamais !

LE COMTE, à part : Sa mère !

BRID’OISON : C’est clair, i-il ne l’épousera pas.

Censure…

BARTHOLO : Ni moi non plus.

MARCELINE : Ni vous ! Et votre fils ? Vous m’aviez juré…

BARTHOLO : J’étais fou. Si pareils souvenirs engageaient, on serait tenu d’épouser tout le monde.

BRID’OISON : E-et si l’on y regardait de si près, per-ersonne n’épouserait personne.

BARTHOLO : Des fautes si connues ! une jeunesse déplorable !

MARCELINE, s’échauffant par degrés : Oui, déplorable, et plus qu’on ne croit ! je n’entends pas nier mes fautes, ce jour les a trop bien prouvées ! mais qu’il est dur de les expier après trente ans d’une vie modeste ! J’étais née, moi, pour être sage, et je le suis devenue sitôt qu’on m’a permis d’user de ma raison. Mais dans l’âge des illusions, de l’inexpérience et des besoins, où les séducteurs nous assiégent, pendant que la misère nous poignarde, que peut opposer une enfant à tant d’ennemis rassemblés ? Tel nous juge ici sévèrement, qui, peut-être, en sa vie a perdu dix infortunées !

FIGARO : Les plus coupables sont les moins généreux ; c’est la règle.

MARCELINE, vivement : Hommes plus qu’ingrats, qui flétrissez par le mépris les jouets de vos passions, vos victimes ! c’est vous qu’il faut punir des erreurs de notre jeunesse ; vous et vos magistrats, si vains du droit de nous juger, et qui nous laissent enlever, par leur coupable négligence, tout honnête moyen de subsister. Est-il un seul état pour les malheureuses filles ? Elles avaient un droit naturel à toute la parure des femmes : on y laisse former mille ouvriers de l’autre sexe.

FIGARO, en colère : Ils font broder jusqu’aux soldats !

MARCELINE, exaltée : Dans les rangs même plus élevés, les femmes n’obtiennent de vous qu’une considération dérisoire ; leurrées de respects apparents, dans une servitude réelle ; traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes ! Ah ! sous tous les aspects, votre conduite avec nous fait horreur, ou pitié !

FIGARO : Elle a raison ! »

Fin de la censure

Etc. Beaumarchais coupera bien encore quelques tirades, mais moins parce qu’elles seraient subversives que pour habilement retomber sur ses pieds. Ainsi, voici ce que le public parisien découvrit :

BARTHOLO, montrant Marceline : « Voilà ta mère.

FIGARO : …Nourrice ?

BARTHOLO : Ta propre mère.

LE COMTE : Sa mère !

FIGARO : Expliquez-vous.

MARCELINE, montrant Bartholo : Voilà ton père.

FIGARO, désolé : O o oh ! aïe de moi !

MARCELINE : Est-ce que la nature ne te l’a pas dit mille fois ?

FIGARO : Jamais !

LE COMTE, à part : Sa mère !

BRID’OISON : C’est clair, i-il ne l’épousera pas.

Ici oeuvrèrent les ciseaux ; du coup l’on saute à

LE COMTE, à part : Sot événement qui me dérange !

BRID’OISON, à Figaro : Et la noblesse, et le château ? Vous impo-osez à la justice ?

FIGARO : Elle allait me faire faire une belle sottise, la justice ! après que j’ai manqué, pour ces maudits cent écus, d’assommer vingt fois monsieur, qui se trouve aujourd’hui mon père ! Mais puisque le ciel a sauvé ma vertu de ces dangers, mon père, agréez mes excuses… Et vous, ma mère, embrassez-moi… le plus maternellement que vous pourrez. »

C’est pantouflard, c’est devenu bourgeois. Il manque la tirade de Marceline… Imaginez ça : Figaro encaisse la double révélation de ses origines – ce qui n’est tout de même pas rien – en dix secondes, et trouve après ça moyen de répondre comme si elle n’avait pas fracassé toutes ses certitudes ; c’est admirable. Très souvent, la censure laisse de vilaines coutures ; ici, c’est bien pire, on ne voit presque pas son ouvrage. Pour bien lisser la reprise et calmer la crainte des comédiens ordinaires du Roi, l’auteur aura énervé (enlever les nerfs d’) une scène entière, en lui ôtant beaucoup de son intérêt. Pantoufles !

Heureusement, il y a tout le reste, qui lui aussi aura bien fait jaser. Mon dieu, comme l’on se sera offusqué de

Cette pièce, où l’on peint un insolent valet
Disputant sans pudeur son épouse à son maître.

P.-P. Gudin

Beaumarchais, dans la préface à l’édition du Mariage : « … l’auteur a profité d’une composition légère, ou plutôt a formé son plan de façon à y faire entrer la critique d’une foule d’abus qui désolent la société. » Et c’est bien ce qu’on lui reproche. Si, encore, il avait déguisé tout cela : « Oh ! que j’ai de regrets de n’avoir pas fait de ce sujet moral une tragédie bien sanguinaire ! Mettant un poignard à la main de l’époux outragé, que je n’aurais pas nommé Figaro, dans sa jalouse fureur je lui aurais fait noblement poignarder le puissant vicieux ; et comme il aurait vengé son honneur dans des vers carrés, bien ronflants, et que mon jaloux, tout au moins général d’armée, aurait eu pour rival quelque tyran bien horrible, et régnant au plus mal sur un peuple désolé ; tout cela, très-loin de nos mœurs, n’aurait, je crois, blessé personne ; on eût crié Bravo ! ouvrage bien moral ! Nous étions sauvés, moi et mon Figaro sauvage. » Car, malgré l’absence de Marceline, il restait toute de même quelques épines que Beaumarchais, toujours peu convenable, ne déguisa pas, et qu’on lui reprocha, bien entendu.

Mais Marceline est épatante. D’un seul coup, cette vieille peau qui n’était là, en somme, que pour faire rire à ses dépens, se retrouve à bondir en première ligne, en train de porter l’étendard. Quel bonheur, surtout pour une actrice de ce temps, de pouvoir clamer ce « leurrées de respects apparents, dans une servitude réelle ; traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes » ! Tout est dit, et il faut être gagé par le Roi et sous les yeux de la Cour pour ne pas oser ce morceau qui fait date dans l’histoire des mœurs ; un de ces morceaux – et il sont nombreux dans les Figaro – qui ont fait dire à Sacha Guitry que, sans Molière et Beaumarchais – on les a souvent comparés – il y aurait eu des vides affreux dans nos bibliothèques.

Rares sont les femmes qui ont défendu la cause des femmes. Dans l’ancien temps, la première personne, à ma connaissance, à demander une révision de leur statut est Poulain de la Barre : De l’égalité des deux sexes, 1673. Un homme. « Que pourroit-on trouver raisonnablement à redire, qu’une femme de bon sens, et éclairée, présidast à la teste d’un Parlement et de toute autre Compagnie. » Un fou ! Et ceci, quelques lignes auparavant : « L’employ le plus approchant de celuy de Maître, c’est d’estre Pasteur ou Ministre dans l’Eglise, et l’on ne peut montrer qu’il y ait autre chose que la Coûtume qui en éloigne les femmes  » puisque même ce furieux de Saint-Paul admet qu’elles puissent, par exemple, prophétiser (mais la tête couverte).

Et voilà où nous en sommes, trois siècles plus tard : des femmes dirigent des nations, mais aucune n’a encore le droit d’être curé ; rabbine oui, et même rabbine mariée à une femme, mais curé non. La France se traîne ; ici, le jupon brodé et le sac à main qui fume, c’est pour monsieur. Et cependant :

Qui, la première, a pris les armes pour la promotion de son sexe ? Émilie du Châtelet s’est attachée à étudier Leibnitz, mais n’a rien dit des femmes en général ; Marie de France, écrivain célèbre, n’a brillé que dans l’amour courtois ; Aliénor d’Aquitaine, qui était en pouvoir de dire et de faire bien des choses, n’était malgré tout pas en possession de régner en toute liberté : elle est connue pour son Droit maritime, dont descend le règlement de l’Amirauté, mais n’a rien dit sur la vie ordinaire faite au sexe féminin. La puissance des femmes, même couronnées, ne s’exerçait pas sur tout ce qu’un roi pouvait atteindre sans effort. « Voyez, à ce sujet, me dit une amie, ce que dut encaisser une reine comme Victoria », pourtant célèbre par toute la planète : « je ne crois pas qu’elle ait été un modèle d’indépendance. » Les biographies confirment cette impression, à ma grande honte car j’avais commencé par proclamer le contraire. Et mon amie, impitoyable : « Et puis vous oubliez Olympe de Gouges » à laquelle on doit une Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne : en voilà une qui s’est immiscée avec talent dans la politique, et qui l’a payé de sa vie, pour n’avoir jamais voulu se taire.

Oui, mais avant Olympe, je persiste : il y a eu Marceline ! L’une a-t-elle étudié l’autre ? Ce n’est pas impossible ; Olympe avait sa propre troupe de théâtre. D’elle, nous avons cette phrase : « La femme a le droit de monter sur l’échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la Tribune » qui fait écho à l’opposition « traitées en mineures pour nos biens, punies en majeures pour nos fautes » de la mère de Figaro, décidément incontournable.

Dans toutes les affaires où la coutume prédomine, le changement ne peut venir que de l’intérieur, et opère avec la lenteur d’une montagne en train de pousser – aussi est-il difficile de l’arrêter. Voyez, en Islam, ceux qu’on appelle les « Nouveaux Penseurs » : ils sont loin d’avoir le couteau entre les dents, ils semblent tous de bons croyants… Ils font penser à des Bayle, à des Pascal, plutôt qu’à Diderot, Rousseau ou d’Holbach. Cependant, quels scandales ils soulèvent ! Ainsi en fut-il, je crois, de la condition féminine : sans Poulain de la Barre et sa très polie Égalité des femmes qui fit beaucoup rire, sans Beaumarchais et sa Marceline en colère, le terrain n’aurait pas été préparé, me semble-t-il, pour laisser apparaître, même au plus noir de la nuit puritaine du dix-neuvième siècle, les enfants de madame de Gouges : une George Sand, puis une Colette, puis une Beauvoir, une Sagan, et toute la constellation des femmes du vingtième siècle, les Badinter, Halimi, Xenakis, les Virginia Woolf, les Clara Zetkin, et j’en oublie, ô profusion, ô merveilles. Sacrée Marceline !

Georges Sand par Nadar, en 1864.

 

avatar

Allan Erwan Berger

Le grand point est d'avoir l'oeil sur tout.

3 pensées sur “Commentaire sur Marceline

  • avatar
    8 mai 2014 à 11 11 28 05285
    Permalink

    Et on finira par la Clinton à la Maison Blanche et la Palin pour lui crêper le chignon… On s’échangera des recettes, ça changera des stratégies. Guitry disait qu’Il faut dire aux femmes qu’elles nous sont supérieures, ca évite qu’elles se prétendent nos égales… Puis, l’Histoire étant cyclique, il y aura le retour du pendule et de l’ascenceur, les garçons retourneront aux études, on forcera 50% d’hommes. roses ou non, dans toutes les administrations…

    Cela dit, je ne suis pas sexiste et votre texte est excellent. je m’entraine simplement à la mauvaise foi sur commande et au bitching style salon de coiffure… il faut vivre avec son époque 🙂

    Pierre JC

    Répondre
  • avatar
    8 mai 2014 à 17 05 33 05335
    Permalink

    Ah mais quel monstre 🙂 Si vous brandissez Guitry par ici, il faudrait nous en sortir encore quelques-unes de lui, car le gars n’est pas resté sec sur le sujet des femmes.

    Répondre
    • avatar
      9 mai 2014 à 9 09 08 05085
      Permalink

      Il serait triste de rester sec quand on s’étend sur ce sujet. En attendant, vous n’êtes pas venu, comme je vous y invitais, gloser avec d’autres sur le texte de Hugo devenu trouvaille de premier mai… Distanciation réverencielle… Ou auriez-vous reniflé « une odeur de panthère comme (…) dans les monts de Tunis ?  » 😉

      http://www.les7duquebec.com/trouvailles/premier-mai-victor-hugo/

      PJCA

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *