Conspiration et Manipulation

Recherche menée par Robert Gil

.

Le retour de la grande illusion

systemeLes complots ont toujours existé, ils existeront toujours, vouloir nier cela c’est nier l’histoire, mais LE grand Complot, non, les complots, oui, et effectivement ils ne se cachent même plus, ou à peine. Il a toujours existé des lobbies et des organisations, qui cherchent à peser sur les prises de décisions politiques et économiques. Les groupes de pression existent et sont connus, ils se sont autoproclamés, sans concertation, ils ne sont pas élus : G8, G20, OMC, FMI, OTAN, ONU, Commission Européenne, …. et les médias participent à leur propagande en utilisant cette novlangue qui est l’arme de la communication politique depuis longtemps, novlangue qui s’est considérablement renforcée depuis 20 ans grâce notamment aux nouvelles technologies et à l’abrutissement généralisé des masses.

Balzac disait: « Tout pouvoir est une conspiration permanente », et effectivement l’histoire elle-même s’est écrite avec des accords secrets, parfois tenus et souvent reniés. Des trahisons d’un groupe de personnes ou d’Etats en faveur d’intérêts financiers, économiques ou stratégiques sont légion dans l’histoire de l’humanité, mais arrêtons de penser que, comme dans les films et les mauvaises séries, un groupe de personnes se réunit clandestinement et dirige le monde. Un peu de bon sens ne nuit pas, les petits groupes d’individus qui œuvrent pour leurs seuls intérêts sont nombreux sur notre planète. Ceux qui bougent le moins et se laissent tondre la laine sur le dos, ce sont ceux qui s’extasient devant des gourous qui leur expliquent que le monde extérieur est dangereux et contrôlé par les conspirateurs du nouvel ordre mondial ; cette paranoïa peut devenir un véritable délire de persécution impossible à raisonner. Le conspirateur est un dealer qui par petites doses  réconforte les simples d’esprits pour maintenir le système en place.

Derrière les supposés complots, il y a surtout la bonne vieille lutte des classes, qui consiste, pour une minorité, à s’approprier les meilleurs fruits du travail de la majorité, tout en lui enlevant toute idée de lutter, afin qu’elle n’envisage même plus la possibilité de son émancipation. C’est contre la rationalité folle de l’économie politique moderne que Marx écrit le Capital. Je conçois plutôt le système capitaliste comme une machine technicienne, à la fois très rationalisée (technologies de pointe, recours permanent aux experts) mais en même temps très fragile et complètement aveugle sur son avenir. Un peu comme un TGV lancé à fond sans les freins : à l’intérieur, les passagers se sentent assez en sécurité, mais ils ne savent pas du tout vers quoi ils vont, et le paysage défile tellement vite qu’ils ne font que l’appréhender.

Les conspirologues, complotistes, conspirationnistes, et autres théoriciens du Nouvel Ordre Mondial nous assurent que tout est piloté par un conducteur diabolique. Je pense plutôt qu’il n’y a tout simplement personne aux commandes. Il y a bien des gens qui magouillent pour faire avancer leurs idées et leurs intérêts, mais pas un complot global qui serait capable de régir la marche du monde, et pendant ce temps le train file à toute vitesse et va droit dans le vide dans l’insouciance générale !

Cette illusion du grand complot mondial embrigade et détourne des gens en manque de repères de la véritable lutte qui oppose depuis toujours le capital au travail, les exploités aux exploiteurs, les possédants aux démunis, les riches aux pauvres, c’est-à-dire la lutte des classes… tout simplement ! Donnez-leur le nom que vous voulez, mais au final ce sont simplement des capitalistes, qui luttent pour leurs intérêts et contre vous ! Libre à vous de l’accepter en vous réfugiant derrière des théories délirantes, mais libre aussi à vous de vous battre pour changer les choses.

Rien n’est jamais joué d’avance. L’avenir n’est jamais fermé. C’est pourtant ce que croient les « conspirologues » qui, au bout du compte, nous expliquent que les maîtres du monde sont tout puissants et qu’ils tirent toutes les ficelles. Vision désespérante qui fait de notre existence quelque chose d’assez misérable… « Yes, that’s the conspiracy: to persuade us all that the whole world is crazy, formless, meaningless, absurd. That’s the dirty game. » (Orson Welles, The Trial)

Dieudo PADONEY suite à des commentaires parus sur Agoravox

.

Lire aussi :CONSPIRATIONNISME: LE BOULET DE LA CRITIQUE SOCIALE

2 pensées sur “Conspiration et Manipulation

  • avatar
    10 juin 2018 à 1 01 45 06456
    Permalink

    Objectivement je constate moins de « théories du complot » que de théoriciens de la soi-disant « théorie du complot » qui dégaine cette accusation pour discréditer le moindre questionnement concernant la version mainstream de certains événements … sur la scène internationale notamment. Même et surtout les + soucieux de rationalité.
    Par ailleurs on ne voit pas en quoi l’opposition des intérêts de classe serait incompatible avec l’existence de stratégies de classe. Le simple fait de se doter de superstructures appropriées à l’exercice de sa domination implique la possibilité/nécessité d’une vision stratégique. Et + le monde se complexifie + il y faut d’organisation. Ceci dit nul ne prétend qu’il y aurait qqs marionnettistes tirant toutes les ficelles. Mais cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de marionnettistes. L’occulter est aussi néfaste à la lutte que d’amplifier le phénomène de façon obsessionnelle.
    A ce propos nous voyons bien que la galaxie des globalistes pese dun point determinant. Et qu’à l’intérieur de celle-ci celle des neo-cons occupe une place considérable.
    Autre exemple bcp + trivial : la remise en cause des conclusions du rapport sur les événements du 11 septembre sans autre requête que de demander la réouverture d1 enquête indépendante a déclenché la riposte reposant sur l’accusation disqualifiante de « theorie du complot ». On ne saurait mieux susciter les vocations paranoïaques qu’en interdisant les questionnements élémentaires appuyés par de nombreux spécialistes dans les domaines concernés. Qu’il y ait débat ensuite est une chose. Interdire le débat en est une autre. Surtout quand la question devient tabou.
    On ne favorise pas l’intelligence des situations en recourant ou en tolérant de tels procédés obscurantistes. On crée au contraire des accès de fixation qui font obstacle à la prise de conscience de la notion de lutte des classes. On ne favorise pas le progrès de l’intelligence en insultant les manifestations elementaires de celle-ci. Un siècle et demi après Marc le contexte socio-technologique à radicalement changé. La production de masse à été massivement delocalisee. Les services se sont considérablement accrus. Ainsi que la classe moyenne. Le tout sur fond de révolution dans le domaine des technologies de la communication et des pratiques dans le domaine. Les cartes sont rebattus et il faut réorganiser les forces éparpillées. Adopter une posture de déni à ce propos n’aide pas …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *