Cours de l’or : un effondrement brutal mais pas si mystérieux

Marche-a-terme-or-avril.png
Marché à terme de l’or, 15 avril 2013

C’est à un véritable effondrement du cours de l’or auquel le monde de la finance se retrouve brutalement confronté depuis quelques jours.

En période spéculative normale, l’effondrement d’un marché s’accompagne généralement du redressement d’un autre. Problème : tous les autres marchés cèdent en même temps le pas. Quand rien ne va…

Après avoir battu des records “incompréhensibles”, les indices boursiers, tant européens qu’américains et asiatiques donnent d’inquiétants signes de fléchissements.

La croissance chinoise marque le pas. Les banques centrales suggèrent timidement quelques limites à leurs “aides illimitées”. Les résultats trimestriels américains sont des plus moroses. Même les chiffres de l’emploi US, pourtant trafiqués à mort, ne parviennent plus à sauver la face.

Une météo financière complètement détraquée

Or voilà que l’or, valeur refuge par excellence, prend dans la même foulée un bouillon mémorable. Que se passe-t-il ? Quel mystérieux dérèglement climatique financier à l’origine de cet étrange cataclysme ?

Non, dit le LEAP dans un commentaire de dernière minute en introduction à la parution de son GEAB n° 74, pas de mystère là-dedans.

Mais la panique, rien que la panique. Celle qui pousse les banques à brader dare-dare leurs positions en or-papier pour obtenir les liquidités qui leur font défaut.

Passé un certain seuil critique de panique, on ne se réfugie plus d’un marché vers un autre. On sonne le sauve-qui-peut général et en désordre. La météo financière traverse une méchante dépression.

La suite ? Oh, pour la suite, il suffit à l’observateur d’attendre et de compter les points. Je serais un ministre français, je planquerais rapidement mon patrimoine au chaud. Parce que quand rien ne va…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *