« Croissance surprise » : les rigolotes contorsions médiatiques

Houlà, assisterait-on à un petit miracle ? Selon les “premières estimations” de l’Insee, la croissance française aurait “bondi” de +0,2% au troisième trimestre, quand « tous les économistes » tablaient au mieux sur une stagnation, ou même pire sur un repli pour cette bilieuse de Banque de France.

Il n’en fallait pas plus pour que nos médias du microcosme entonnent des chants de victoire avec la frénésie surexcitée de naufragés apercevant les fumées d’un hypothétique secours.

« Rebond surprise de 0,2% de la croissance française » (AFP, 9h35)
« La croissance française se redresse plus que prévu » (Libération)
« Divine surprise » (France Info)

Le gouvernement n’était évidemment pas en reste et le ministre Moscovici, qui n’en rate pas une, pavoisait :

« Cela montre que la France est une économie solide, qui a un potentiel de rebond, ça vient démentir les craintes de récession. »

De quelques détails à oublier

Bon, bon, on passera sur le fait que ces mêmes +0,2% miraculeux apparaissent comme singulièrement inquiétants pour nos voisins allemands qui connaissent un résultat identique. Et que la zone euro dans son ensemble est officiellement entrée en récession.

On oubliera que 0,2%, c’est vraiment pas lerche, loin des prévisions du candidat Hollande à environ +1% annuel, et certainement archi-insuffisant pour inverser la courbe diabolique du chômage.

On négligera le fait que toutes les “premières estimations” de l’Insee sont TOUTES systématiquement revues en baisse (d’environ 0,35 points en moyenne, selon l’Observatoire des conjonctures économiques) quand il s’agit de les consolider officiellement, un peu plus d’un an après…

Dur réveil

D’ailleurs, à ce propos — tiens tiens ! —, que précise l’AFP à l’origine de cette bouffée d’euphorie, en petits caractères perdues à la fin de sa dépêche ?

« L’Insee a en revanche révisé à la baisse ses chiffres pour le deuxième trimestre, constatant un recul de l’économie de 0,1% alors qu’il avait auparavant annoncé une stagnation. »

Plus rigolo, en tout début de matinée (8h05), avant de céder à son tour à l’extase collective, la dépêche de l’AFP titrait, beaucoup moins emballée :

« La croissance connaît un léger rebond, le PIB un petit recul »

Et l’euphorie médiatique contorsionniste n’allait pas survivre à la matinée. Dès 12h13, l’agence préférée des médias du microcosme douchait l’enthousiasme de ses clients :

« France : rebond surprise, mais probablement éphémère, de la croissance »

Ho, Moscovici, fais-nous donc voir ta tête.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *