De nature borgne et pointilleuse

img16

ALLAN ERWAN BERGER : sur un titre de Richard Monette, voici le commentaire d’une mienne photographie. Oui il s’agit d’insectes. Ou de coquillages, de fleurs, de paysages, d’oiseaux. Je n’ai pas envie de parler de choses humaines en ce moment. Mais je puis toujours, si vous y tenez, vous conseiller un petit lien à propos de l’Ukraine et de la mésinformation dont ce conflit fait l’objet. C’est ici…

De nature borgne et pointilleuse

Voici une punaise… Celle-ci est un juvénile de la traditionnelle punaise Nezara viridula (Linnæus, 1758 : Cimex viridulus), dite “Punaise verte”, qu’on ne doit surtout pas confondre avec la Palomena prasina (Linnæus, 1761 : Cimex prasinus), dite “Punaise verte” elle aussi. Une différence toutefois : les juvéniles de prasina sont entièrement verts, tandis que ceux de viridula non : ils varient du vermillon bébé à l’émeraude adulte en passant par cet habillage noir à points blanc qui signe l’enfance et l’adolescence. Donc : ceci n’est pas une coccinelle, nom d’une pipe.

Fabricius, dans sa Systema entomologiæ de 1775, redécouvre la bêbête et lui donne le nom de Cimex smaragdulus. Mais comme Linné avait décrit l’animal avant lui, smaragdulus devient “junior synonymon” de viridula, qui conserve donc l’antériorité, et par conséquent désignera l’espèce jusqu’à la fin des temps, poils aux ortolans.

Ce n’est pas tout. Comme viridula varie de couleur selon l’âge et la saison, Fabricius la redécouvrira deux autres fois : Cimex torquatus en 1775, et Cimex spirans en 1798. De son côté, de Villers, en 1789, invente Cimex variabilis : il est le premier, semble-t-il, à se rendre compte qu’il s’agit d’une seule et même espèce. À l’opposé, Wolff ne se rend compte de rien sinon que la punaise verte est décidément très verte : Cimex viridissimus (1801). En chemin nous trouvons aussi un Cimex transversus dû au célèbre Thunberg (1783).

Enfin vinrent Reiche & Fairmaire qui, en 1848, donnèrent le binomen Nezara approximata à cette pauvre punaise. Nous remarquons à cette occasion que le nom de genre a été modifié. On laisse tomber Cimex Linnæus au profit de Nezara Amyot & Serville (cf. Histoire naturelle des insectes Hémiptères, Roret, Paris, 1843). Pourquoi ?

Parce qu’on ne pouvait décemment mettre dans le même sac les punaises des bois et des fourrés avec les punaises des lits et des matelas. Les unes puent parfois, sont grosses et colorées, les autres piquent toujours et prennent la couleur du sang caillé. Or, Linné, en décrivant (il a dû commencer par elle, puisqu’il l’avait sous la main – ou sous la fesse) la punaise de lit, lui donna comme nom de genre le mot Cimex, qui signifie tout bêtement “punaise” en latin : « Ah, cette punaise de Pantilius ! » (Horace). Linné : « Eheu! Iste Cimex lectularius! » et voilà.

La taxonomie est pointilleuse ; il lui faut toujours aller au plus valide, selon des lois inflexibles. Mais souvent les taxonomistes sont à moitié aveugles : à ne jamais lire proprement ce qu’ont fait leurs prédécesseurs, ils refont le travail deux, trois, dix fois les uns derrière les autres, tous happés par la passion de décrire, et handicapés par l’angle mort de leur vision tournée presque exclusivement vers l’avant. Voilà pourquoi l’on peut dire que la taxonomie progresse d’une manière borgne. Elle est donc de nature borgne et pointilleuse. L’entomologiste : « Les animaux changent, les livres sont rares, il fait sombre dans le cabinet, le libraire trépigne et je n’ai toujours pas fini les planches. Ah, pourquoi n’ai-je pas plutôt collectionné les médailles ? »

avatar

Allan Erwan Berger

Le grand point est d'avoir l'oeil sur tout.

Une pensée sur “De nature borgne et pointilleuse

  • avatar
    9 février 2017 à 0 12 49 02492
    Permalink

    Un sot trouve toujours plus sot que lui afin d’être admiré.
    Ainsi depuis longtemps le terme science est utilisé pour donner un nom, à la religion qu’on vient de s’inventer.
    D’un cas particulier tout est perçu comme ci c’était une généralité.
    Un ivrogne s’accroche à un réverbère, et hop même einstein parle fréquence sans que jamais personne le vérifie que cela ne vaut que si la forme ne change pas, ce qui est jamais le cas avant nos dernière utilisations de formes électriques.
    Cordialement.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *