Des bombes sur New-York, Washington, Dallas, Boston, Los Angeles… !

Que l’Amérikaka soit dégueulasse, on le savait déjà. En l’an 1800, beaucoup d’autochtones y avaient été tués, mais il restait encore entre 7 000 000 et 8 000 000 d’Indiens dans ce qui allait devenir les États-Unis. On ne saura jamais le nombre exact. En l’an 1900, il en restait 350 000. Là, on sait le nombre !

Bombe-atomique-Hiroshima

 UNE FRAPPE CHIRURGICALE C’EST QUAND LES AMÉRICAINS BOMBARDENT UN HÔPITAL !

http://mai68.org/spip/spip.php?article1767

Samedi 8 mai 1999

Bombardement americain de la Yougoslavie. Réaction à chaud.

YOUGOSLAVIE

Vraiment, les Yougoslaves doivent regretter Tito. À son époque, il n’y avait pas tous ces problèmes. Les Américains sont bien des salauds. Et nous avec !

Le dernier des mohicans

Que l’Amérikaka soit dégueulasse, on le savait déjà. En l’an 1800, beaucoup d’autochtones y avaient été tués, mais il restait encore entre 7 000 000 et 8 000 000 d’Indiens dans ce qui allait devenir les États-Unis. On ne saura jamais le nombre exact. En l’an 1900, il en restait 350 000. Là, on sait le nombre ! Alors, comparé au génocide des Juifs par Hitler, le génocide des Indiens par les cows-boys est encore bien plus terrible. Si on nous dit que le génocide des Juifs est le pire de tous les temps, ce n’est pas seulement pour justifier le génocide des Palestiniens par Israël, mais c’est surtout pour nous faire oublier le génocide des Indiens.

Pourtant, la fondation des États-Unis (et du capitalisme), c’est le génocide des Indiens ! Pudiquement appelé « conquête de l’ouest », pour nous faire croire que les « héros » de « La petite maison dans la prairie » n’étaient pas des salauds. Comment après une telle naissance les États-Unis ont-ils évolués ? Ils sont restés fidèles à ce qu’ils étaient. Cela s’est bien vu pendant la guerre du Vietnam. Où ils se sont comportés comme un vulgaire Milosévic (d’après ce qu’on nous dit de Milosévic !).

Des bombes sur New-York, Washington, Dallas, Boston, Los Angeles…

Quelle est la différence entre un chien et un Américain ? Pour marquer son territoire, un chien ça fait pipi partout, tandis qu’un Américain, ça bombarde partout !

Moi je rêve de bombes sur les grandes villes américaines. Cela nous changerait des bombes américaines sur diverses villes de fRANCE pendant la dernière guerre « mondiale ». Pendant cette guerre, 25 000 000 de soviétiques sont morts, dont 16 000 000 de slaves. Mais les Russes n’ont jamais bombardé la fRANCE pour la libérer. C’est certainement pourquoi, dans la mémoire des français, ce sont les Américains qu’il faut remercier. Quand aux résistants, ça fait longtemps qu’on a oublié ce que ce mot veut dire. Car il faut à tout prix que les gens pensent que s’ils ne sont pas tombés sous la coupe d’Hitler, c’est grâce aux Américains, sinon, ces derniers ne pourraient peut-être pas tout se permettre.

Moi je rêve de bombes sur les grandes villes américaines. Cela nous changerait des bombes atomiques américaines sur Hiroshima et Nagazaki, au Japon, alors que l’Empereur du Japon avait déjà reconnu sa défaite. Oui, vous avez bien lu, c’est quelques jours après que le Japon ait reconnu sa défaite et demandé l’arrêt des combats qu’ont eu lieu les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagazaki. Mais pourquoi, me direz-vous ? Pour montrer leur puissance à Staline, répondent certains. Moi, je dis : Pour essayer leurs bombes ! Sinon, pour impressionner les Russes, une seule bombe aurait suffit. Par contre, les Américains avaient besoin d’essayer deux sortes de bombes atomiques : une bombe à uranium, et une au plutonium. La première sur Hiroshima, la deuxième sur Nagazaki. Merci, les Américains.

Moi je rêve de bombes sur les grandes villes américaines. Cela nous changerait des bombes sur Hanoï et le reste du Vietnam. Vous vous souvenez de Milaï ? Je crois bien que c’est comme ça que s’appelait cette petite ville vietnamienne où les soldats américains ont tué tout le monde, comme les Allemands à Oradour. La seule différence entre les deux, C’est que si les Allemands ont oublié de violer les filles et les femmes (et les hommes ?) d’Oradour, Les Américains, eux, n’ont pas oublié de violer les Vietnamiennes ! D’ailleurs, pour se prémunir contre le viol systématique, les femmes et filles de tout le Vietnam avaient fini par se mettre des lames de rasoir dans le vagin ! C’est dire si c’était général ! J’ai envie de pleurer rien que d’y repenser quand je suis obligé de me souvenir de ça pour vous l’écrire. Sachez aussi qu’un soldat américain qui a participé à la guerre du Vietnam m’a précisé que des Milaï, au Vietnam, il y en a eu partout.

Moi je rêve de bombes sur les grandes villes américaines. Cela nous changerait des bombes qui tuèrent des milliers (des centaines de milliers ?) d’Arabes en Irak pendant la guerre du Golfe. On nous dit qu’il faut empêcher certains pays d’avoir des bombes atomiques car il serait dangereux qu’ils en aient. Comment va-t-on s’y prendre pour empêcher les Américains d’en avoir ? On nous dit qu’il faut empêcher certains pays d’avoir des armes chimiques. Mais qui a oublié que toute la surface du Vietnam a été bombardée avec des défoliants appelés dioxines ? (oui, je sais, tout le monde ! Mais permettez-moi de rêver, et de penser qu’on s’en souvient encore.) Et ce qu’il faut bien se rendre compte, c’est que tout ce qui pousse et se mange aujourd’hui encore au Vietnam est sous l’influence des dioxines. Pas étonnant que beaucoup de vietnamiens aient des cancers du foie et ne supportent pas l’alcool. Pas étonnant que le communisme vietnamien n’ait pas réussi alors que ce pays était essentiellement agricole !

La fRANCE sous les bombes

Et puis, il ne faut pas oublier que tout n’est pas de la faute des Américains. Si on devait bombarder tous les peuples dont les dictateurs ont commis où sont encore capables de commettre des génocides, il ne faudrait pas seulement bombarder les États-Unis, mais aussi la fRANCE (petit « f » et grand « RANCE »), qui a commis le génocide du Rwanda (1 000 000 de morts en trois mois, tués lentement à la machette, en tranchant d’abord dans les articulations, là où ça fait mal) en 1994, à l’époque du national socialiste Mitterrand. Les français eux-mêmes ne sont pas au courant ? Il n’ont qu’à lire le livre de Colette Braekman sur le génocide du Rwanda, ou bien celui de Ronni Brauman qui était le chef de MSF à cette époque !

2 pensées sur “Des bombes sur New-York, Washington, Dallas, Boston, Los Angeles… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *