Du tapis volant au… bus volant

Le tapis volant a fait rêver des générations de gamins, et pas seulement dans la péninsule arabique ou la Perse des Mille et une nuits. Mais, disons-le tout net, il s’est révélé difficile à mettre en œuvre pour optimiser les déplacements urbains dans les mégalopoles modernes. D’où l’abandon définitif de ce moyen de transport original et poétique malgré d’indéniables qualités environnementales caractérisées par un rejet de CO² nul. Qu’à cela ne tienne, les Chinois, dont les besoins sont immenses et dont la créativité est connue depuis des millénaires, ont imaginé de mettre au point un mode de transport alternatif presque aussi étonnant : l’autobus volant.

L’affaire est passée quelque peu inaperçue pour cause de vacances estivales. On peut le regretter, mais c’est ainsi : en août, les Français bronzent sur les plages et se détournent des médias où remplaçants et stagiaires essaient mollement de donner du relief aux habituels marronniers pour meubler les colonnes des quotidiens ou les temps d’antenne. Et pourtant les journalistes tenaient avec le bus volant un sujet de premier choix, une invention révolutionnaire de nature à détourner, fut-ce momentanément, l’attention des boulistes à défaut de capter celle des spectateurs émoustillés par l’élection de Miss T-shirt mouillé au camping des Flots Bleus. Mais la désinvolture de ces professionnels, d’une part, et l’irrésistible appel de l’apéro anisé sur les estivants, d’autre part, ont été les plus forts. Et c’est ainsi que la majorité de nos concitoyens n’a rien su de cette étonnante innovation.

Il faut se rendre à l’évidence : les Chinois sont de plus en plus nombreux dans les grandes villes. Conséquence directe de cette démographie galopante et de l’amélioration concomitante du PIB de ce géant asiatique, la congestion automobile gagne rues, boulevards et avenues. Et le pire est à venir : de 4 millions d’automobiles en 2009, le parc pékinois, en progression exponentielle, devrait passer, nous dit-on, à… 5 millions dès la fin 2010 ! Englués dans les embouteillages, les conducteurs perdent patience, notamment à Pékin et Shangaï, de plus en plus saturées par l’invasion de véhicules encombrants et polluants. Le temps des pousse-pousse et autres rickshaws est décidément bien révolu au pays de Hu Jintao. Confrontées au spectacle de Pékinois transformés en pitbulls au volant de leur Geely, les autorités de la capitale chinoise ont dû réagir. Faisant appel aux mânes des géniaux inventeurs de la roue ou de la poudre à canon, elles ont chargé les ingénieurs de trouver des solutions propres à résoudre un problème chaque jour plus aigu. C’est ainsi qu’est né le bus volant.

Vers la fin des bouchons ?

Ringardisé, le tramway ! Dépassé, le bon vieux métro ! Avec cette innovation, le bus s’envoie en l’air à la mode chinoise. De quoi faire pâlir de jalousie les anciens colonisateurs britanniques dont les « routemasters » – les fameux bus à étage londoniens si prisés des touristes – semblent désormais des jouets d’enfant comparés aux véhicules futuristes que l’entreprise Shenzhen Hashi Future Parking Equipment va tester dans les prochaines semaines à l’ouest de Pékin, dans le district de Mentougou, sur une ligne expérimentale de 6 km. Présenté en mai par Song Youzhou, le pédégé de l’entreprise, lors de l’International High-Tech Expo de Pékin, le « straddling* bus » se présente sous la forme d’un engin d’environ 25 m de longueur. Posé sur des rails, de part et d’autre de la chaussée, il enjambera deux voies de circulation automobile. Quant aux voyageurs, ils seront installés dans la partie supérieure tandis que les véhicules d’une hauteur inférieure à 2 m continueront de circuler normalement sur la route sans être gênés par ce tunnel mobile, nous affirment les promoteurs. Prévu pour se déplacer à 60 km/h, le bus volant devrait, selon les autorités pékinoises, réduire d’environ 30 % les bouchons, mais aussi la pollution, dans la capitale chinoise.

En terme d’infrastructure, la mise en œuvre d’un tel équipement demandera évidemment des travaux d’implantation de rails sur les rives des voies concernées, mais aussi la construction de stations adaptées à un accès direct des voyageurs au niveau supérieur. Coût pour 40 km de ligne : 56 millions d’euros, estime Song Youzhou, dix fois moins cher que le coût d’un métro, affirme le pédégé. De plus, une ligne de straddling bus peut être opérationnelle en un an seulement alors qu’il faut compter au bas mot trois années pour construire un métro de longueur identique. Autre avantage, le bus volant sera presque aussi propre que le tapis volant des contes persans car il fonctionnera à l’électricité. Une énergie fournie lors des arrêts en station, d’une part, et par l’implantation de panneaux photovoltaïques sur le toit des véhicules, d’autre part.

Tout sera-t-il parfait dans le meilleur des mondes du transport chinois avec l’émergence de ce nouveau mode aux confins de la technique et de la poésie ? Non, évidemment, car en admettant que les essais prévus en 2011 se révèlent concluants, encore faudra-t-il aménager les 180 km de voies pékinoises qui devraient bénéficier de ce nouveau service dans l’avenir si l’on en croit les autorités locales. Le temps pour le parc automobile d’enfler encore de manière spectaculaire et de réduire comme peau de chagrin l’ambitieux objectif de diminution des bouchons pékinois. De quoi regretter le bon vieux temps des tapis volants : eux n’ont jamais connu le moindre embouteillage dans le ciel parfumé de rose de la belle et mystérieuse Ispahan !

* to straddle : chevaucher, enjamber, être à califourchon

Vidéo intervention Song Youzhou

4 pensées sur “Du tapis volant au… bus volant

  • avatar
    28 novembre 2010 à 13 01 53 115311
    Permalink

    Il n’y a pas que la prise en charge des passagers qui va poser problème… Quid des virages, des intersections, des voitures qui voudront tourner alors qu’elles seront coincées sous le bus et qui, de fait, crééront un nouvel embouteillage ?

    Ne vaudrait-il pas meiux privilégier le tramway, qui assure une fréquence élevée pour une infrastructure peu couteuse, et qui réduit les voies de circulations dévolues aux voitures ?

    Répondre
    • avatar
      29 novembre 2010 à 3 03 26 112611
      Permalink

      Bonjour, Mmarvinbear.

      Je comprends vos réticences, et cela d’autant mieux que j’ai eu les mêmes. Mais les concepteurs ont étudié toutes les contraintes de leur projet et semblent y avoir apporté des solutions raisonnables. Cela dit, il faudra attendre la fin de la phase d’essai pour en savoir plus et avoir une idée plus précise de la pérennisation de cette innovation et de son extension à d’autres d’autres villes.

      Répondre
  • avatar
    28 novembre 2010 à 19 07 19 111911
    Permalink

    On peut CHOISIR de diminuer l’espace dévolu aux voitures privées, mais le genie du straddling bus est de permettre de créer un palier supplémentaire de transport en commun sans IMPOSER ce choix, sans enlaidir l’environnement par une superstructure permanente et sans le coût énorme de créer cet autre palier en tranchée ou pire en tunnel.

    PJCA

    Répondre
    • avatar
      29 novembre 2010 à 3 03 21 112111
      Permalink

      Bonjour, Pierre.

      Entièrement d’accord avec vous, le « straddling bus » est un compromis intéressant car il s’inscrit dans la ville sans équipements exorbitants en matière de coût et sans infrastructures envahissantes. Nul doute qu’il intéressera d’autres grandes cités pour peu que la phase d’essais se révèle concluante.

      Cordiales salutations.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *