Énergie : connaissez-vous « L’arbre à vent ® » ?

François Hollande a fait de la « transition énergétique » l’une des priorités de son quinquennat. C’est dans le cadre de cette ambition présidentielle que la ministre de l’environnement Delphine Batho a lancé le jeudi 29 novembre un grand débat sur ce thème en vue de l’adoption d’une loi en juillet 2013. Différentes pistes d’action sur le développement des énergies renouvelables seront étudiées. Parmi les innovations évoquées pourrait figurer un nouveau venu : « L’arbre à vent ® »…

Originale sur le plan esthétique et ingénieuse sur le plan technique, cette innovation sera-t-elle appelée à jouer un rôle dans l’avenir énergétique de notre pays ? On peut le penser tant elle est séduisante et potentiellement de nature à répondre à de nombreux besoins énergétiques d’usage local. L’arbre à vent ® a été mis au point à Paris par le cabinet d’études New Wind, spécialisé en recherche et développement dans la récupération d’énergie cinétique. Pour en comprendre le principe, le mieux est de s’en remettre à ses concepteurs :

 « L’arbre à vent ® est un système éolien innovantde production d’électricité en forme d’arbre, avec un tronc, des branches et des feuilles mobiles conçues comme autant de mini-éoliennes capables d’assurer puissance et autonomie (3kW correspondant aux besoins d’un foyer de 4 personnes hors chauffage).

Sa disposition à 360° et ses turbines très légères lui permettent d’exploiter les vents les plus faibles (seuil de démarrage abaissé à 2 m/s de vent) comme les vents plus turbulents (vents coulis, vortex, et autres courants d’air ignorés par les autres machines).

Ses turbines étant dissimulées dans la forme même de l’arbre, il est en mesure de s’implanter partout, en ville comme à la campagne, sans choquer personne. Mieux : parce qu’il a été voulu beau, L’arbre à vent ® entend réconcilier Nature et Technologie, Environnement & Besoins Énergétiques. »

Dans le mensuel Côtes d’Armor Magazine, le créateur du projet, le scénariste et écrivain Jérôme Michaud-Larivière, insiste sur la capacité de L’arbre à vent ® à produire de l’électricité avec un flux inconstant et faible : 2 m par seconde, c’est l’assurance de pouvoir « produire de l’électricité 200 à 230 jours par an, contre 100 jours pour une éolienne traditionnelle », affirme-t-il. Une éolienne qui, précise-t-il encore, « nécessite un vent de 4 à 5 mètres par seconde pour fonctionner. »

Jérôme Michaud-Larivière croit en cette innovation née d’une inspiration littéraire. Il n’est pas le seul car, nous apprend Côtes d’Armor Magazine, New Wind vient d’obtenir un prix de la création et surtout 250 000 euros de l’association d’investisseurs Armor Angels en vue de l’installation d’un projet industriel en pays de Saint-Brieuc. L’arbre à vent ® sera donc développé en Bretagne dès l’été 2013 avant, peut-être, de s’étendre dans d’autres régions françaises et étrangères s’il parvient à convaincre les élus et les populations.

Décliné en deux modèles de taille raisonnable (8 et 12 mètres de hauteur) susceptibles de produire respectivement 2,5 et 3,5 kW, L’arbre à vent ®dispose pour s’imposer dans l’avenir comme un incontournable vecteur de production de micro-électricité d’atouts très sérieux. Á commencer par celui d’être éco-responsable du fait, d’une part de son absence totale de rejet de CO2, d’autre part de son indépendance vis-à-vis des réseaux de transport d’énergie.

Sur le plan esthétique, L’arbre à vent ®a les moyens de séduire les décideurs, tant en ville qu’à la campagne : avec son tronc en acier et ses feuilles de plastique, il s’inscrit en effet sans problème dans l’environnement, qu’il soit urbain ou campagnard, sans susciter le même rejet que les éoliennes.

Sur le plan de la pertinence industrielle, L’arbre à vent ® semble également très bien placé pour répondre à de nombreux usages locaux. Cela va de l’éclairage public et de l’alimentation des bornes de recharge des véhicules électriques à l’éclairage des vitrines de commerces ou aux besoins d’énergie électrique d’une habitation, un seul arbre pouvant répondre à la consommation d’une famille.

New Wind va désormais aborder la phase de test de ses prototypes, et l’on en saura plus dans quelques mois. L’arbre à vent ® se présente donc comme une aventure industrielle à suivre. Au trio majeur de New Wind, le gérant fondateur Jérôme Michaud-Larivière, le chef de projet R&D Nicolas Ruiz et le responsable de la conception des générateurs Benoît Dupuich, l’on ne peut souhaiter qu’une chose : bon vent !

Lien vidéo : L’arbre à vent ®New Wind

2 pensées sur “Énergie : connaissez-vous « L’arbre à vent ® » ?

  • avatar
    6 décembre 2012 à 5 05 46 124612
    Permalink

    Bonjour,

    Petite précision, l’image d’illustration n’est pas l’Arbre à Vent produit par New Wind. Vous pouvez le voir en image de synthèse sur la page Facebook de l’Arbre à Vent (www.facebook.com/arbre.a.vent)

    Nous espérons que notre innovation apportera sa pierre à l’édifice environnemental. C’est dans un esprit de réconciliation entre nature et technologie que New Wind souhaite agir.

    Sofia
    Community Manager pour New Wind
    Twitter : @NewWind_RD

    Répondre
  • avatar
    6 décembre 2012 à 8 08 35 123512
    Permalink

    Bonjour à tous.

    Voici les réponses apportées par Sofia, de New Wind, aux questions que peuvent se poser les lecteurs :

    Q : La vitesse d’exploitation minimum étant de 2 m/s, quelle est la vitesse maximale ?

    R : La turbine a été dimensionnée pour tenir par des vents allant jusqu’à 42 m/s. Nous procédons aux tests grandeur nature à partir de janvier pour confirmer ce qui a été validé en soufflerie

    Q : Les rendements de 2,5 kW et 3,5 kW sont-ils une moyenne réaliste ou quelque peu optimiste ?

    R : 2,5 kW et 3,5 kW sont des puissances nominales ; le chiffre important à retenir est le productible annuel : 5000 kWh pour le modèle de 8 m, 7250 kWh pour celui de 12m.

    Q : Comment réagirait l’arbre à vent au givre et à la neige ?

    R : Pas de risque de gel car le générateur est dans un carter étanche et il y a un très léger dégagement de chaleur dû à l’effet Joule provoqué par la circulation de courant dans le générateur. Pour la neige, il y a peu de risque car la forme des feuilles et leur mobilité dès 2 m/s limitera son dépôt.

    Q : Est-il prévu un système se stockage de l’énergie produite ?

    R : Oui, un pack de batterie permettra de tenir la charge durant plus de 48 heures sans mouvement d’aucunes feuilles.

    Q : Si l’expérimentation des prototypes se révèle positive en vue d’une exploitation future, pensez-vous produire les machines en France ?

    R : Oui, en commençant par la région Bretagne qui accueillera notre premier atelier d’assemblage.

    Q : Quelle est la surface équivalente du système par rapport à une éolienne classique pour un vent « unidirectionnel » ?

    R : 17 m² de surface d’éoliennes exposées au vent, ce qui est plus ou moins la surface des machines traditionnelles à 3 pales de 12 m de haut

    Q : Les capteurs sont-ils tous orientables indépendamment en fonction du sens du vent ?

    R : Les feuilles/turbines sont disposées à 360° autour du mât et sont capables d’exploiter tous les types de vent, quelle que soit leur direction.

    Q : De combien de turbines est composé cet « arbre à vent » ?

    R : Le modèle de 8 m compte 96 turbines, le grand de 12 m en compte 138.

    Cordiales salutations.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *