France: 19 nouveaux phares bientôt classés

Au lendemain des Journées européennes du Patrimoine, coup de projecteur sur… les phares. L’information date du mois de juin mais, hormis dans la presse locale des régions concernées, elle n’a pas été relayée dans les grands médias. 15 phares étaient inscrits à l’inventaire des monuments historiques. 19 autres vont les rejoindre. Une excellente nouvelle pour tous les amoureux de ces émouvants témoins de l’histoire maritime de la France…

Il y a deux ans, seul était classé le phare de Cordouan, la prestigieuse vigie de la Gironde dont la construction avait été entreprise sous le règne d’Henri IV. Un classement intervenu dès 1862, eu égard à l’étonnante richesse patrimoniale de ce prodigieux édifice dont les surnoms, « le Versailles de la mer » ou « le phare des Rois », sont significatifs de l’attrait, voire de la fascination, qu’il a toujours exercé.

Les autres phares étaient restés dans l’ombre de ce glorieux précurseur mis en service en 1611. L’automatisation accélérée des systèmes, la disparition concomitante des gardiens de phare, la généralisation du GPS dans la navigation maritime, les difficultés budgétaires de l’administration des Phares et Balises, se sont en outre traduits au fil des ans par une dégradation de ce patrimoine particulièrement exposé comme le montre le remarquable film Tempête sur la pointe de la Bretagne réalisé en 2007 par Jean-René Kéruzoré.

Après des décennies d’inertie, changement de cap en l’an 2000 : une campagne d’inventaire et de protection des phares est initiée par les pouvoirs publics et activement soutenue par une association créée en 2002, la SNPB (Société Nationale pour le patrimoine des Phares et Balises). En 2010, le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, conscient de la sous représentation de ces édifices dans l’inventaire des monuments historiques et de l’urgence de les pérenniser dans leur splendeur ou leur fonction de « témoin », soutient les propositions des experts du patrimoine pour valider une 1ère phase de classements. Le 22 novembre de cette année, sur proposition de la Commission nationale des Monuments historiques, il signe l’arrêté entérinant le classement de 14 phares destinés à rejoindre Cordouan dans l’inventaire. Neuf d’entre eux sont situés en Bretagne, un en Normandie, trois dans le Nord-Pas de Calais et un en Corse (cf. liste ci-dessous).

Les nouveaux classements, annoncés avec une évidente satisfaction par Aurélie Filippetti le 25 juin 2012, s’inscrivent dans la suite logique des classements de 2010. La 1ère phase était consacrée aux côtes du nord et nord-ouest de la France ainsi qu’à la Corse. La 2e phase est centrée sur le reste des côtes françaises métropolitaines, de l’Atlantique à la Méditerranée, ainsi que sur le littoral de La Réunion et de l’archipel de Saint-Pierre-et-Miquelon. Les nouveaux phares classés seront officiellement connus lorsque Mme Filippetti signera les arrêtés ministériels. Tous les édifices concernés n’appartenant pas au domaine public, il importe en effet d’obtenir l’accord préalable des propriétaires. Un accord dont la ministre pourrait toutefois se passer, le cas échéant, mais à la condition expresse d’obtenir un feu vert du Conseil d’État.

Quels seront les monuments dont le nom sera entériné par la signature de la ministre de la Culture ? La liste est encore confidentielle, mais du Cap Ferret atlantique au Cap Ferrat méditerranéen, en passant par le phare de Béar et ses murs d’opaline bleue, le Planier sur son îlot marseillais, ou la lointaine sentinelle réunionnaise de Bel-Air, les jeux sont ouverts…

Il est toutefois possible d’en savoir d’ores et déjà un peu plus en se rendant au Musée de la Marine où se tient depuis le mois de mars et jusqu’au 4 novembre 2012 une formidable exposition consacrée aux phares de France et du monde. Pour tout savoir sur leur architecture, sur les lentilles de Fresnel, sur le ravitaillement en mer, et sur tous ces gens qui, au fil des siècles et parfois au péril de leur vie, les ont servis pour guider les navires et prévenir les naufrages, une seule adresse : 17 place du Trocadéro à Paris.

Les 14 phares « Mitterrand » : Cap Fréhel (Plévenon, Côtes d’Armor), Créac’h (Ouessant, Finistère), Eckmühl (Penmarc’h, Finistère), Grand phare de Belle-Ile (Bangor, Morbihan), Les Héaux de Bréhat (Bréhat, Côtes d’Armor), Ile Vierge (Plouguerneau, Finistère), Pontusval (Brignogan, Finistère), Saint-Mathieu (Plougonvelin, Finistère), Stiff (Ouessant, Finistère) ; Fatouville (Fatouville-Grestain, Eure) ; Calais (Calais, Pas-de-Calais), La Canche (Le Touquet, Pas-de-Calais), Risban (Dunkerque, Nord) ; La Giraglia (Ersa, Corse)

En lien avec cet article : Superbe et sauvage : l’île d’Ouessant

Photo : le phare du Créac’h (île d’Ouessant) par Hervé Inisan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *