France-23 août 2017 – Natixis pense que le pays est au bord de la révolution

Source : Vive la révolution sur http://mai68.org/spip2/spip.php?article664

Dans une note de conjoncture, la banque Natixis alerte les investisseurs de la possibilité de voir les salariés se révolter face à des inégalités de plus en plus fortes.

 

Et si les salariés faisaient la révolution ? Dans une note de conjoncture publiée vendredi 18 août 2017, la banque Natixis alerte les investisseurs de la possibilité de voir les salariés se révolter face à des inégalités de plus en plus fortes. La filiale de BPCE liste notamment cinq raisons à cela :

 

des inégalités des revenus toujours plus fortes, la déformation du partage des revenus en faveur des profits, la hausse de la pauvreté, la faible hausse du salaire réel depuis 2000 et la hausse de la pression fiscale.

 

 

Face à ce constat, Patrick Artus, auteur de l’étude et directeur de la recherche et des études de Natixis, s’inquiète des conséquences de cette éventuelle « révolution ». Il écrit notamment : « si les salariés se ’révoltaient’, le choc inflationniste, et donc de taux d’intérêt, qui en résulterait aurait des effets très négatifs sur les détenteurs d’obligations, sur les États et les entreprises« . Car une telle révolte occasionnerait selon lui « une hausse rapide des salaires » qui « conduirait à de graves déséquilibres financiers », explique-t-il à BFMBusiness. À savoir donc, « une chute des marchés et une hausse des taux d’intérêt et de l’inflation ». Certes les ménages en « bénéficieraient », mais pas les actionnaires, les finances publiques et les grands groupes.

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétaire depuis 40 années.

4 pensées sur “France-23 août 2017 – Natixis pense que le pays est au bord de la révolution

  • avatar
    27 août 2017 à 8 08 38 08388
    Permalink

    Natixis qui soutient, financièrement, la construction de l’oléoduc à Sioux Standing Rock, rappelons-le !
    Les 17 banques finançant le Dakota Access Pipeline dont 4 banques françaises
    Il y a donc 4 banques françaises qui sont des investisseurs directs du projet : BNP Paribas, le Crédit Agricole, Natixis et la Société Générale. Les 13 autres banques sont américaines (4), japonaises (3), allemande (1), britannique (1), italienne (1), espagnole (1), canadienne (1), hollandaise (1)

    Les mêmes banques, et l’assureur AXA, eux soutiennent financièrement l’extension des colonies juives en territoires occupés…
    Tenez, tout est là ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2017/03/29/ces-banques-francaises-qui-financent-la-colonisation/

    Faut pas croire que c’est nouveau. En janvier 2016, dans un rapport, UBS préconisait de doubler le nombre de migrants en Europe : En Europe, il va falloir doubler le nombre de migrants et de réfugiés, par rapport aux chiffres de ceux accueillis en 2015, afin de pouvoir maintenir la croissance économique ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/02/07/banksters-ubs-levez-vous/

    Pensez-y lorsque vous irez demander une autorisation de découvert, ou un petit prêt, et qu’on vous dira « Mais c’est la crise, vous n’y pensez pas ! »…
    JBL

    Répondre
  • avatar
    30 août 2017 à 7 07 44 08448
    Permalink

    Les peuples ne font pas la révolution.

    Répondre
    • avatar
      30 août 2017 à 9 09 41 08418
      Permalink

      @ Jean

      En effet, tu as raison, les « peuples » ne font pas la révolution.
      Tu sais pourquoi ??
      Parce que un « peuple » est un amalgame d’individus provenant de classes sociales ayant des intérêts divergents… La bourgeoisie veut maintenir son emprise directe sur le « peuple » afin de lui faire produire de la plus-value à partager
      La petite-bourgeoisie rève de revenir aux « belles années » de prospérités et donc elle souhaite que le prolétariat retourne au boulot sans maugréer car le fric du petit-bourgeois est une portion de la plus-value consacrer à la reproduction de la force de travail
      Les agriculteurs se croient propriétaires de leurs hypothèques et souhaitent d’échiner à la tâche pour rembourser le banquier
      Il n’y a plus de paysans dans nos sociétés hyper industrialisées
      Les ouvriers sont ceux qui n’ont rien à perdre que leurs chaines –
      Après l’insurrection populaire – qui brisera tout de l’ancien mode de production – le temps viendra pour la 2e étape de la révolution que seul le prolétariat portera = la construction d’un nouveau mode de production
      D’ici la il faut empêcher les petits bourgeois de s’emparer de la direction de l’insurrection puis de la révolution PROLÉTARIENNE qui est essentiellement CONSTRUCTION alors que l’INSURRECTION POPULAIRE EST ESSENTIELLEMENT DESTRUCTION

      Robert Bibeau http://www.les7duquebec.com

      Répondre
  • Ping : La politique du « Chaos » et une tactique pour la contrer – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *