France-Turquie: les joueurs turcs ont refait le salut militaire

Par Bernard Michel.  Sur Les voix du Panda.

 

Les joueurs de l’équipe de Turquie ont fait à deux reprises le salut militaire lors du match contre la France au Stade de France.  Roxana Maracineanu demande une “sanction exemplaire” à l’UEFA.

Un geste qui ne passe pas. Les joueurs de l’équipe de football de Turquie ont fait à deux reprises le salut militaire pendant le match contre la France, rapporte Le Parisien.  Alors que les autorités craignaient des tensions entre supporters lors de cette rencontre, aucun incident n’a été à déplorer durant toute la durée du match, jusqu’à ce que la France marque puis que la Turquie égalise.

Pour célébrer leur but, sept joueurs turcs se sont rassemblés et ont effectué un salut militaire, selon eux en soutien aux soldats de leur pays qui participent à l’offensive en Syrie.

Ils ont ensuite reproduit ce geste une main droite tendue et posée sur le front  à l’issue du match, accompagnés cette fois-ci de nombreux supporters turcs.

Un geste « contraire à l’esprit sportif »

 

Comme le précise le Huffington Post, les images de ces saluts militaires n’ont pas été diffusées à la télévision, ni côté français ni côté turc. Elle a par contre été diffusée en masse sur les réseaux sociaux, y compris par des membres du gouvernement turc comme le ministre des Sports Mehmet Kasapoglu.

Le geste des joueurs turcs est passé beaucoup moins bien en France et a notamment été critiqué par la ministre des Sports Roxana Maracineanu, présente au Stade de France. Sur Twitter, elle a dénoncé un geste « contraire à l’esprit sportif » et demande à l’UEFA « une sanction exemplaire ».

Elle a également tenu à remercier « les forces de l’ordre pour leur travail afin d’assurer le bon déroulement du match ».

Sur le même sujet

2000 policiers déployés autour du Stade : France – Turquie, un match à hauts risques.

 

Les joueurs turcs avaient déjà effectué ce salut militaire vendredi 11 octobre lors de leur match contre l’Albanie. La Turquie a lancé le 9 octobre une offensive en Syrie contre des forces kurdes, dénoncée par la communauté internationale et qui a récemment entraîné des sanctions de la part des Etats-Unis.

 

Les Kurdes ont conclu un accord avec l’armée syrienne de Bachar al-Assad, qui a envoyé ses troupes dans le nord-est du pays afin d’ « affronter l’agression » de la Turquie. Nous savons ce qui se passa au départ du second conflit mondial,  sommes-nous à l’orée, de portes que volontairement ont laisse s’ouvrir ?

Le tout est à souhaiter que cela, ne se produise plus jamais ?

Bernard Michel

 

 

 

avatar

Robert Bibeau

Robert Bibeau est journaliste, spécialiste en économie politique marxiste et militant prolétarien depuis 40 ans. http://www.les7duquebec.com

15 pensées sur “France-Turquie: les joueurs turcs ont refait le salut militaire

  • avatar
    15 octobre 2019 à 13 01 42 104210
    Permalink

    Erratum :
    Le lien figurant dans l’article, j’ai omis de faire figurer « la source » au départ de l’article.
    Cette source est « Le Parisien »
    Avec mes excuses
    Bernard Michel

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 15 101510
    Permalink

    Sa jambe était dans un tel état que les pompiers craignaient qu’on doive l’amputer. Un ressortissant Kurde âgé de 31 ans a été gravement blessé, durant la nuit de lundi à mardi, à Mantes-la-Jolie, sur fond de rencontre de football entre la France et la Turquie, et de guerre entre la Turquie et les Kurdes qui vivent à la frontière syrienne.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 16 101610
    Permalink

    Par Julien Constant
    Le 15 octobre 2019 à 11h28, modifié le 15 octobre 2019 à 18h33
    Sa jambe était dans un tel état que les pompiers craignaient qu’on doive l’amputer. Un ressortissant Kurde âgé de 31 ans a été gravement blessé, durant la nuit de lundi à mardi, à Mantes-la-Jolie, sur fond de rencontre de football entre la France et la Turquie, et de guerre entre la Turquie et les Kurdes qui vivent à la frontière syrienne

    La voiture encerclée par la foule en colère
    Vers 22h55 avenue de la division Leclerc, une vingtaine de Kurdes sortent d’un bar pour s’en prendre aux occupants d’une voiture qui venaient de passer à plusieurs reprises devant l’établissement. Le véhicule roulait, arborant un drapeau turc, pour fêter le match nul concédé par la France qui jouait contre leur équipe nationale.
    La voiture est encerclée par la foule en colère. Le véhicule est dégradé par des coups de barre de fer, les vitres latérales et la lunette arrière éclatent. Le conducteur et le passager arrière sont frappés au bras. « En manœuvrant, le conducteur a fait une marche arrière avant de percuter l’un de ses assaillants, lui occasionnant involontairement une double fracture ouverte à la jambe », précise une source proche de l’affaire.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 17 101710
    Permalink

    Deux interpellations
    Deux policiers municipaux assistent à la scène. Ils interviennent, ramènent le calme et préviennent les secours et les fonctionnaires du commissariat. La victime est conduite à l’hôpital. Elle a été opérée et devrait pouvoir conserver sa jambe mais des séquelles ne sont pas exclues. L’un des passagers de la voiture a aussi été conduit à l’hôpital mais il n’est que légèrement blessé.

    Le conducteur de la voiture, âgé de 23 ans, et l’un des assaillants, ont été interpellés et placés en garde à vue au commissariat. Le parquet a prolongé la garde à vue du conducteur de vingt-quatre heures car malgré des témoignages concordant, il persiste à affirmer qu’il n’était pas au volant.

    Ce mardi soir, les membres des deux communautés appellent au calme estimant que cette histoire ne doit pas créer de différend entre eux.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 17 101710
    Permalink

    Les joueurs turcs avaient fait ce geste pour célébrer leur but égalisateur lors de leur match face à la France, lundi soir.
    L’UEFA a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête disciplinaire contre la Turquie après que les joueurs turcs ont célébré leur but égalisateur par un salut militaire. Pas diffusée à la télévision, l’image s’est rapidement diffusée sur les réseaux sociaux, créant la polémique. Les supporters présents dans la tribune ont eux aussi repris ce geste à l’issue de la rencontre.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 18 101810
    Permalink

    Un inspecteur a été nommé par l’UEFA pour entamer « une enquête disciplinaire » en lien avec un comportement s’apparentant à une « potentielle provocation politique », après les saluts militaires effectués par les joueurs turcs à l’occasion des matches face à l’Albanie et à la France, qualificatifs à l’Euro-2020, a précisé l’instance sportive.

    La Turquie est au centre des critiques depuis mercredi dernier, date à laquelle elle a lancé une offensive dans le nord-est de la Syrie contre les forces kurdes.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 18 101810
    Permalink

    La Bulgarie elle aussi dans le viseur de l’UEFA
    Ce n’est pas le seul incident qui a poussé l’UEFA à réagir. Lors du match Bulgarie-Angleterre lundi soir, des joueurs anglais noirs ont subi les insultes et cris racistes de supporters adverses. Des cris de singe et des signes nazis ont fusé pendant ce match de qualification à l’Euro-2020 qui se tenait à Sofia et a été remporté par l’Angleterre, 6 à 0.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 19 101910
    Permalink

    En réponse à ces injures, l’UEFA a annoncé ce mardi l’ouverture d’une procédure disciplinaire visant la Bulgarie. La procédure a été ouverte par la commission de discipline de l’UEFA pour « comportement raciste », en raison des « chants et saluts nazis », adressés par le public bulgare, a indiqué l’UEFA.

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 14 02 19 101910
    Permalink

    L’offensive de l’armée turque dans le nord de la Syrie

    Jean-Yves Le Drian va se rendre en Irak pour discuter des djihadistes étrangers en Syrie
    Sanctions de Donald Trump contre la Turquie : beaucoup de bruit pour rien ?
    Syrie : Volkswagen suspend sa décision d’ouvrir une nouvelle usine en Turquie
    L’instance footballistique européenne, par la voix de son président, Aleksander Ceferin, a assuré que l’organisation européenne est « déterminée à tout faire pour éliminer cette maladie du football ». C’est « la seule instance dans le football à bannir des joueurs pour dix matches pour comportement raciste, la sanction la plus sévère existant dans le football », a-t-il insisté, rappelant ainsi la sanction contre le gardien de but ukrainien du club letton du FK Ventspils, qui avait eu un « comportement raciste ».

    Répondre
  • avatar
    15 octobre 2019 à 15 03 31 103110
    Permalink

    Le nationalisme turque vendu comme patriotisme aux sportifs n’est pas différend des autres nationalismes dans le football qu’il soit européen, latino ou africain, combien de fois on a vu des joueurs le manifester à maintes reprises, et il y en a même qui soient des stars du football et qui font le signe de croix en pleine coupe du monde ! Je ne comprend pas pourquoi est ce qu’on craindrait du plus de grabuge lors de ce match que dans un autre de même ampleur… ni pourquoi on devrait interpréter ce signe de salut militaire, regrettable certes, comme signe de tension qui créerait du grabuge dans cette rencontre sportive…. bref, on ne qualifie pas les footballeurs de  »footballeurs » pour rien, c’est quasiment une insulte lorsque vous voulez vilipender une équipe au travail, et donc il n’y a pas de quoi en faire tout un plat.

    Maintenant que l’actualité et les médias sont déchaînés sur ce qui se passe en Turquie, tout ce qui est turque deviendra suspect, et on ne comptera plus les réactions émotives et spontanées du troupeau par rapport au vendeur de pitta shawarma et autres shish kebabs ! :))) un peu comme la caricature qu’on m’a envoyé une fois sur mon téléphone sur la déclaration du politicien français nicolas dupont aignan qui avait déclaré que  »quand on apprend l’arabe, on devient islamiste et terroriste, c’est le danger » !:))) et ceux de répondre dans un tweet : »ben oui c’est evident, apprendre l’allemand c’est devenir nazi, le chinois devenir mangeur de chien, l’hébreux devenir escroc, le colombien, devenir trafiquant de coke, on touche vraiment le fond » :))) et un autre de renchérir : »C’est totalement vrai, j’ai commencé à apprendre le portugais depuis 3 ans maintenant, et me voila aujourd’hui maçon… pas un jour sans ma truelle » :))))

    alors n’exagérons rien ! et si on continue sur cette voie, je crois qu,on va finir comme dans un film de zombies plus tôt qu’on y pense… !

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2019 à 2 02 46 104610
    Permalink

    Sam bonjour,
    Il me semble qu’il ne faille pas tout mélanger. Or votre commentaire part dans tous les sens. Les turcs ont piétinés, les règles du sport. Dans toute sa splendeur. Ce qui s’est passé au Stade de France, s’est déroulé aussi en Albanie.
    Il ne me semble pas que les zombies jouent à quelque sport qu’il soit.
    Vous verrez dans moins de temps que vous ne le pensez que si un conflit plus important surgit, la Turquie portera une lourde charge.
    Mesurer le poids de vos propos et j’ai rapporté vos propos sur notre blog-site.
    Chacun se fera son opinion.
    En ce qui me concerne vous savez qui je suis et ce que je pense, de vous j’ignore tout et c’est votre droit.
    Bonne journée

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2019 à 3 03 05 100510
    Permalink

    De ce point de vue, les règlements sont clairs. Pour que l’UEFA s’empare du dossier et sanctionne éventuellement cette attitude, ces faits doivent être retranscrits dans le rapport de la rencontre établi par ses officiels. C’est officiellement le cas. Contactée lundi, l’instance européenne a confirmé qu’une enquête disciplinaire avait été ouverte «sur les comportements politiques potentiellement provocateurs» des Turcs lundi soir mais aussi vendredi contre l’Albanie. Un inspecteur disciplinaire avant d’éventuelles sanctions est en charge du dossier. Ce n’est pas la première fois que les joueurs turcs marquent leur soutien envers la politique de leur pays et de leur président Erdoğan.

    Répondre
  • avatar
    16 octobre 2019 à 15 03 29 102910
    Permalink

    @ Bernard Michel

    Ne voyez pas dans mon commentaire une atteinte ou une critique à votre liberté d’expression, vous aurez compris que je dénonçais surtout le sensationnalisme médiatique en général, ou les généralisations qui soient monnaie courante surtout à l’ère d’internet, ou tous les faits divers et autres incidents ou crimes ou peu importe sont rapporté par les médias pour mousser tel ou tel agenda… je disait simplement que le nationalisme le plus obtus n’est pas contradictoire avec le football hélas, et l’histoire du hooliganisme est bien fournie en apporte la preuve.

    Je ne cautionnerai jamais les nationalismes aveugles, et je dénonce et déplore comme tout le monde les massacres récents de l’armée turque, mais il faut rappeler que la Turquie avec Erdogan ou sans lui, celle des généraux de l’armée, n’ont jamais fait de cadeaux aux kurdes indépendantistes ou aujourd’hui coalisés dans un dessein suspect, mais globalement, la turquie est une mosaïque culturelle qui tente de sauvegarder la diversité autant que la laïcité kémaliste, mais depuis le conflit syrien, on cherche à faire péter cette diversité et cohabitation sans problèmes majeures et il semble qu’on y arrivera sous de multiples prétextes …. la turquie est aussi l’un des rares pays musulmans ou les rites musulmans ne sont pas encadrés par la loi au point de vouloir imposer certains comme faire le ramadan, et les turcs musulmans sont en majorité laïques ou au pire soufistes même si un sunnisme plus orthodoxe et significatif à commencé à se déployer dans ce pays depuis 30 ans, et les prises de positions de l’AKP d’Erdogan ont tendance à s’aligner sur ceux des frères musulmans d’égypte (en apparence) mais sont devenu plus prononcées depuis la résistance que manifeste Erdogan et son parti au coup d’état égyptien contre le président Morsi… bref, les enjeux sont complexes, et ce pays à plusieurs casseroles sur le feu depuis qu’il s’est porté volontaire pour accepter plus de 2.5 millions de refugiés syriens et qu’il en a fait un deal avec l’europe en échange du support de celle-ci sur le plan économique.

    Amicalement

    Répondre
  • avatar
    17 octobre 2019 à 14 02 31 103110
    Permalink

    Je ne cautionnerai jamais les nationalismes aveugles, et je dénonce et déplore comme tout le monde les massacres récents de l’armée turque, mais il faut rappeler que la Turquie avec Erdogan ou sans lui, celle des généraux de l’armée, n’ont jamais fait de cadeaux aux kurdes indépendantistes ou aujourd’hui coalisés dans un dessein suspect, mais globalement, la Turquie est une mosaïque culturelle qui tente de sauvegarder la diversité autant que la laïcité kémaliste, mais depuis le conflit syrien, on cherche à faire péter cette diversité et cohabitation sans problèmes majeures et il semble qu’on y arrivera sous de multiples prétextes …
    Là cette position est bien p^lus claire, sur ce chemin qui n’est pas celui de Laurence d’Arabie histoire réelle.
    Erdogan, s’est montré « sage ou pas? » en acceptant un cessez le feu de 120 h, à la suite de la visite des USA.
    Tout du moins en procédant de la sorte Trump a commit une « erreur énorme » en enlevant les forces américaines de ce brasier.
    Cet homme souffle le chaud et le froid et à présent les extrémistes musulmans de diverses nationalités de France et de l’Occident vont êtres jugés comment? Puis par qui?
    Comment faire comprendre à présent au peuple de la Turquie que la peine de mort ne peut s’appliquer et alors comment faire une exception pour les ressortissants de nationalité français?
    C’est ce que j’ai tenté de faire comprendre dans cet article.
    Lorsque l’on souhaite être respecté il faut aussi savoir le faire des deux côtés.
    Le temps joue en faveur de qui à présent?
    Vaste dilemme qui verra une solution positive pour le peuple ou pas?
    Merci de votre réponse.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *