Fuir le monstre

Oui, bon… Tout ça n’est pas très sérieux, mais c’est l’été et il me semblait que cet article allait pas mal avec le précédent. JMD

Pour l’avoir une nouvelle fois constaté en regardant l’excellent film « 28 semaines plus tard », ta stratégie pour échapper à la menace ne me paraît pas toujours frappée au coin du bon sens. Aussi me parait-il utile de formaliser un peu quelques conseils, dont tu pourras prendre ici connaissance à tête reposée, en attendant la prochaine attaque de zombies.

Ne pas courir en ligne droite dans une avenue large, rectiligne et dégagée

Certes, je peux comprendre qu’aller droit devant, en choisissant l’itinéraire le plus direct puisse être tentant, mais ce qui t’expose en semaine aux embouteillages t’expose également, dans les circonstances particulières où tu dois sauver ta vie, à l’inconvénient majeur d’être facilement rattrapé. De plus, au beau milieu d’une grande artère, tu restes exposé comme une victime de choix. Il vaudrait bien mieux zigzaguer par les petites rues. Bien sûr, je ne méconnais pas l’avantage statistique consistant à se regrouper pour diminuer les probabilités d’être happé. On voit ça dans les bancs de poissons. Mais quand tout s’effondre et que le souffle chaud du monstre commence à caresser ta nuque moite, est-il bien raisonnable de confier ta peau aux seules probabilités ?

Ne pas hurler à pleins poumons

Tu es bien parti pour courir et pour devoir le faire longtemps. Le moins que tu puisses faire alors est d’économiser ton souffle. Tout laisse penser que tu vas en avoir besoin. De plus, et ce n’est pas rien, tes cris signalent ta présence. Le monstre est souvent hypermotivé et un peu con, mais il n’est pas sourd.

Regarder devant toi !

Je comprends qu’il puisse être tentant de jeter un œil par-dessus ton épaule pour voir si le monstre gagne du terrain, mais tu ferais mieux de regarder où tu vas, ne serais-ce que pour éviter CE LAMPADAIRE QUI… Trop tard ! Regarder où tu vas te permettra également d’éviter de te jeter dans la gueule du cousin du beau-frère du monstre, velu lui prêter main forte.

Ne pas fuir seul

On a vu les désavantages de fuir en foule, mais fuir seul n’est pas plus conseillé. Il me semble utile de fuir au moins à deux. Quand le monstre sera sur vos talons, se séparer brusquement peut créer un effet de surprise et il serait bien étonnant qu’il arrive alors à vous suivre tous à la fois. Dans cette perceptive, et dans la mesure du possible, choisir des compagnons d’infortune dodus ou légèrement éclopés.

Ne pas fuir à pied

C’est quand même étonnant de te voir, toi qui prend la voiture même pour aller acheter le pain, vouloir fuir la ville en courant, quand n’importe quel moyen de locomotion, à commencer par le vélo, te permettrait d’aller beaucoup plus loin beaucoup plus vite.

Se réfugier dans un super marché plutôt que dans une cave

C’est bien gentil, le cache-cache et cette cave humide et sombre peut te paraître propice pour t’y faire oublier, mais si elle n’a qu’une issue ou si ton séjour devait s’y prolonger, ton havre va vite ressembler à un piège. En revanche, un bon gros supermarché me semble offrir bien plus de ressources. Tu pourras sans doute y reprendre ton souffle, planqué dans les cabines d’essayage ou sous le comptoir boucherie, et y manger à ta faim. Par ailleurs, le rayon « armes de guerre » peut offrir des opportunités.

Se débarrasser de la menace ?

La meilleure défense, c’est l’attaque, c’est bien connu. Il serait bien étonnant que tu ne finisse par tomber sur un John Connor de banlieue, bien décidé à botter le cul à vos poursuivants. Attention. Ne succomber à cette tentation que si l’on est très en confiance avec le scénariste. Ces gens là sont peu économes en dégâts collatéraux. Ce serait quand même dommage que tu en fasses les frais.

Espérant que ces conseils pourront t’être utiles, je me propose d’en ajouter d’autres au fur et à mesure qu’ils feront jour. Si tu es un zombie ou une créature animée d’intentions meurtrières, tu es prié de ne pas lire ce qui précède. Ce ne serait pas très sport.

 

2 pensées sur “Fuir le monstre

  • avatar
    5 juillet 2014 à 15 03 32 07327
    Permalink

    J’aurai beau suive tes conseils Godzilla est beaucoup trop rapide et je me réveille toujours en sueur.

    Répondre
    • avatar
      6 juillet 2014 à 3 03 59 07597
      Permalink

      Si ça se trouve, lui aussi. Hi hi !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *